• Communiqué de Jean-Marie Le Pen...

    Les raisons profondes de mes actions en justice

    Aujourd’hui encore, sûr de mon bon droit, c’est au tribunal que je suis venu chercher justice.
    D’aucuns voudraient faire croire qu’un soudain désir de nuire me pousserait à affaiblir les deux œuvres de ma vie : ma famille et le Front National. Comment croire une chose pareille ?
    C’est tout le contraire.
    Je ne m’accroche à aucun fauteuil, je n’exprime aucun ressentiment personnel à l’égard de quiconque parmi les miens.
    C’est parce que je crois que la route désignée par certains membres de l’actuelle Direction du Front National va lui faire manquer son rendez-vous historique avec les Français que je mets autant d’ardeur à en défendre l’âme, avec une détermination de sauveteur breton.
    Je crains que la seule actualité ne suffira pas à ouvrir les yeux de nos compatriotes. Je sais qu’un homme ou une femme politique doit incarner les aspirations légitimes et profondes du Peuple.
    Jusqu’au bout, j’agirai et parlerai, pour convaincre, encore et toujours plus, qu’une grande politique française, franche et libre, a plus de chances de succès que de médiocres compromis et de lâches renoncements.
    Le salut est dans le courage et la droiture.

    .


    votre commentaire
  • Et OUI !!! Cela intéresse des travailleurs !!

    Et OUI !!!   Cela intéresse  des travailleurs !!


    votre commentaire
  • Armée du Salut : les Français pauvres virés au profit des clandestins...

    L’information ne provient pas de Minute ou de Rivarol mais de Charlie Hebdo. Autant dire que vous pouvez la diffuser sans crainte d’être étiqueté « politiquement incorrect » puisque tout le monde se doit d’être Charlie dans la France de Manuel Valls.

    Or, voilà donc que Charlie Hebdo signale une anecdote ô combien révélatrice relative à une distribution de repas organisée par des bénévoles de l’Armée du Salut. Les pauvres habitués à venir y chercher de quoi manger en ont été écartés au profit… des « migrants », appellation délicate pour désigner les immigrés clandestins.

    Et dire qu’il y a quelques années des distributions de soupe au cochon ont été interdites sous prétexte qu’elles auraient été « discriminatoires »

    Source : http://www.medias-presse.info


    votre commentaire
  • Par: Pieds Noirs 9A.. Le port du voile qui plaise ou pas !!!

    Article N°0555 Du 16 Mai 2011dans Archives..

    Le port du voile qui plaise ou pas !!!

    Le port du voile qui plaise ou pas !!! 

    Le port du voile qui plaise ou pas !!!La pudeur se conçoit de manières différentes selon les cultures et les sociétés, et le voile islamique est ancré depuis des siècles comme faisant partie de la légitime pudeur des femmes dans le monde arabo-musulman. Il semble donc intéressant de se pencher d’abord sur nos propres histoires, nos propres interprétations, pour comprendre un peu mieux le regard que l’on porte sur l’autre, en l’occurrence sur la femme musulmane voilée par obligation ou sans obligation ..
    Je n’ai pas voulu m’intéresser au problème du voile du côté musulman, son obligation par le Coran d‘avant première guerre mondiale, qui est d’ailleurs très discutable. J’ai plutôt voulu me pencher, et c’est une réflexion, toujours en cours, sur cette fixation occidentale par rapport aux femmes musulmanes et à leur voile. C’est au XIXe siècle que l’ont peut trouver l’origine de cette fascination. Cela se trouve d’abord dans des récits de femmes occidentales qui voyagent en Orient, et qui plaignent les musulmanes obligées, selon elles, de porter un voile plutôt de par jalousie et ainsi se faire passé pour une traînée pas l’un ou l’autre ,ce faire cracher au visage ..

    Le port du voile qui plaise ou pas !!!

    C’est aussi pour cela que le fantasme de la femme dévoilée (visibles dans les tableaux d’Ingres par exemple) dans des bains turcs est si présent. C’est une manière de contourner ce refus. Ce problème symbolique est très important. Grâce au voile, les musulmans soustraient les femmes à la vue des occupants, et diminuent ainsi leur pouvoir de domination. C’est une sorte d’acte de résistance. Aujourd’hui, on constate que le voile islamique est plus que jamais une fixation de la part des Occidentaux.
    On voit également beaucoup de partis ou de groupes, notamment d’extrême-droite, pour qui le droit des femmes n’est absolument pas une priorité dans leur propre pays, mais qui sont à la tête du combat contre le voile sous prétexte de l’égalité homme/femme ,mais cela ne changera en aucun cas la situation de leur vie courante coutumière ….Cette manière de se concentrer sur le voile des musulmanes sans s’intéresser aux problèmes des femmes de son propre pays qui d’ailleurs par a la dérive, « bordeleste »dont le voile se retrouve d’ailleurs déjà au XIXème siècle, et perdure largement aujourd’hui.
    Enfin, il est important de le souligner, pour qui s’intéresse un tant soit peu Le port du voile qui plaise ou pas !!!à la condition des femmes dans les pays musulmans, le voile n’est pas un problème prioritaire. Cette obsession de vouloir faire retirer le voile aux femmes est d’ailleurs très souvent mal comprise par les principales intéressées, pour qui le foulard, hidjab, niqab etc., constitue d’abord un acte de pudeur et de respect envers leurs propres corps. C’est un peu comme si l’on demandait du jour au lendemain aux femmes occidentales de se balader dans la rue les seins nus, enfin nous le voyons déjà avec les « Femen » foute leurs souks et bien sur de nombreuses plages Françaises ,presque même voyant les fesses de certaines dans les transports urbains et après cela,l’ont s’étonnent qu’elles se font violée ,comme des gamines de 12 ans ou les parents acceptent cela de leurs m’enfoutisme car dans plus 98 % de ménage ,c’est la discorde ..Disons carrément le foutoir ..

    En Afrique du Nord, il est appelé "Muscharabia", et la grille est décorée en fer ou en bois.
    Sur Mohamedstid personnes vivaient dans des tentes ou des maisons avec quelques murs, avec un salon qui mouille la rue où les hommes étaient assis, et l'motsattaväggen salon était un "hidjab", rideau, en dehors de laquelle les femmes sont allées à leurs tâches.

    Dans les écoles "scolarisés" et appris les femmes, qui chemine avec le hidjab en Europe indique que la provocation et un peu de bonne volonté de montrer que ce sont les autres qui font le mal. La même «provocation» en tant que chrétien qui fument dans la rue pendant le Ramadan dans la Lybie ou au Maroc !!!
    Mais la question du port du voile, notamment à l'école, met aussi à
    l'épreuve des gouvernements et opinions publiques dans des pays musulmans. Le cheikh Mohammed Sayyed Tantaoui, l'imam d'Al-Azhar, la plus haute autorité de l'islam sunnite, avait d'ailleurs donné sa bénédiction à la loi Française en 2003. Si, selon lui, le voile est une "obligation divine" pour une femme musulmane vivant dans un pays musulman, elle doit se plier à son interdiction si un pays non-musulman le décrète, comme c'est son droit. Vis-à-vis de la loi d’un tel ou tel pays ..
    En Egypte, alors que 80 % des femmes sont désormais voilées, après trente ans de réislamisation, un interdit de fait reste sur le port du voile par une présentatrice des journaux des chaînes publiques de télévision. La Cour constitutionnelle turque a elle invalidé, il y u deux an, un amendement levant l'interdiction de porter le foulard dans les universités qu'avait fait adopter le gouvernement islamo-conservateur de Recep Tayyip Erdogan.

    Le port du voile n'échappe pas aux effets de la mode. De nos jours, les jeunes femmes voilées ont tendance de plus en plus à porter un hidjab puisé de deux cultures. L'une musulmane, avec un voile cachant les cheveux et l'autre occidentale, avec des vêtements «sexy».Plusieurs jeunes filles ont choisi de porter le voile, sans pour autant renoncer à jouer la coquette. Comment cela peut être possible ?? La question est très simple. Il leur suffit de mettre sur la tête une petite pièce de toile qui laisse paraître les cheveux, mettre généreusement du maquillage et porter un jean serré. Un voile light et moderne, une sorte de mélange entre l’authenticité et la modernité. Porter un foulard et  pour le reste du corps s’habiller à l’occidentale, associer son hidjab à des vêtements plutôt « sexy ». Elles sont désormais nombreuses à s’habiller de la sorte et à défiler dans la rue en attirant les regards des passants. Cette mode ne cesse de prendre de l’ampleur. Si le Niqab (le voile qui ne fait montrer que les yeux), le Sadl (qui cache carrément tout le corps), le Khimar (un voile large qui s’étend sur les épaules et la poitrine et laisse montrer le visage) ou le voile simple, sont connus depuis longtemps des théologiens, le voile light commence lui aussi à  faire son entrée sur la scène vestimentaire. Le sujet ne manque pas d’ailleurs de faire l’objet d’une polémique. Ainsi, entre ceux qui affirment qu’il s’agit d’une liberté individuelle, et ceux qui pensent qu’il s’agit plutôt d’une hypocrisie ni plus ni moins, les avis divergent. «Il ne sert à rien de cacher ses cheveux tout en exhibant sa silhouette dans des pantalons serrés», le débat est loin de se cantonner à des constats qui se rapportent au fait de savoir si le hidjab est obligatoire en Islam, mais il s’agit plutôt de question d’éthique. «A chaque fois que j’observe une fille qui porte un voile d’une manière incorrecte, en connaissance de pied noir ,je me demande que signifie finalement pour une femme porter un voile?», Pour d’autres, la question est encore plus grave et il vaut mieux de ne pas porter carrément le voile que de le porter d’une façon qui viole son caractère sacré. 
    «Je trouve que c’est une atteinte aux préceptes de l’Islam, encore plus grave que de ne pas porter le voile. Une hypocrisie tolérée à grande échelle. Je n’oublierai jamais un jour quand un vieux monsieur musulman année 1960 ,m’avait accosté au « Triolet » arrêt du bus ,en hauteur de Bab El Oued ..,alors étant tout jeune ,pour me faire la morale et m’expliquer que le port du hijab est indispensable, ainsi me donnant l’exemple de sa fille. Celle-ci portait un Slim super serré avec une chemise courte à la taille et un voile transparent qui laissait généreusement apparaître une mèche blonde bien coiffée en frange. Franchement ridicule!», moi « tant en culotte courte ,Mahhh Mahhh,Mahhh ..déjà a mon âge , effet soleil d‘Afrique quoi ??une jeune petite Algérienne du Climat de France .. Cela étant, qu ‘il y en a d’autres qui s’opposent catégoriquement à cette vision des choses. J’estime que le port du voile «light» est une chose très positive car il s’agit pour lui d’une première étape vers un engagement plus mûr. «Je pense que le hidjab light  n’est souvent qu’une première étape. Ensuite, on passe au hidjab un peu plus correct. On ne peut inculquer à une fille les préceptes de l’Islam d’un seul trait. C’est normal, les choses devant évoluer graduellement. Et quoi qu’il en soit, je remarque qu’il y a de plus en plus de Musulmanes voilées en occident

    Le prédicateur Abdelbari Zemzmi, a fermement dénoncé cette manière de s’habiller.  «Le voile tel qu’il est édicté par l’islam doit dissimuler la beauté de la femme. Si le voile porté par une femme met en relief sa beauté, il nécessite lui-même dans ce cas un autre voile. Celles qui portent un voile, que certains qualifient de light, essayent en réalité de contourner les préceptes de l’Islam», explique M. Zemzmi. «Le voile en Islam et plus précisément à la marocaine doit être accompagné par le port de vêtements larges et non pas serré. Des vêtements qui ne mettent surtout pas en relief les détails du corps. Ben oui quoi c’est bandant même pour mon frère Mohamed qui a 72 ans .. « C’est-à-dire généralement une djellaba ou une robe large avec un voile», a-t-il ajouté. Pour ce prédicateur, toute fille qui n’observe pas cette règle est taxée de «motabarrija» (immorale) une Putain terme Français. Que l’on soit pour ou contre ce phénomène vestimentaire, force est de constater que selon les préceptes de l’Islam, nul n’est en mesure de porter un jugement sur la foi d’une personne. Et comme le dit l’adage : «Les apparences peuvent être trompeuses», ou encore «L’habit ne fait pas le moine», nous dirons aussi que «le voile ne fait pas la pieuse» ..Pieds Noirs 9A..

    Voilà ce qui arrive ,vous les occidentaux d'être dénudée ..Que des dégâts ! 

    Le port du voile qui plaise ou pas !!!


    votre commentaire
  •  UN PEU D'HISTOIRE 

    Proposé par :pieds Noirs 9A.. 

    Article N°H10 dans Archives déc 2011..    

    DE Jean-Louis PANICACCI (Professeur honoraire de l’Université de Nice)

     DE GAULLE TRAITRE ?? BOURREAU ?? ASSASSIN ??

    A l'occasion de l'inauguration de la statue du général de GAULLE, le 18 juin dernier, une importante campagne d'opinions hostiles (relayée par NICE-MA TIN comme par France Nice sans aucune version contraire) a précédé et suivi cet événement, certains des termes employés m'ayant révolté, voire indigné en tant que citoyen, historien et fils de résistant du MNRPGD.

    Nous avions déjà eu, au mois d'avril, un avant-goût avec la campagne médiatique des nostalgiques de l'Algérie française et de l'OAS visant à réhabiliter, à l'occasion du 50e anniversaire du «putsch d'Alger», le «quarteron de généraux factieux» et les officiers les ayant suivis dans un combat d'arrière-garde menécontre la République et le processusde paix approuvé par une très grande majorité des Français. A : cette époque-là, je n'étais pas majeur et je ne nourrissais pas de sympathie particulière pour le gaullisme mais j'approuvais la politique d'autodétermination et la parole donnée au peuple français qui entérina à deux reprises, en 1961 et en 1962, le processus pacificateur. Que des Pieds Noirs en veuillent encore au général de GAULLE de les « avoir trompés » en 1958 avec la célèbre phrase « Je vous ai compris » ne me choque pas mais ce qui me scandalise, ce sont les arguments utilisés pour refuser une inauguration de statue, représentant «l'homme du 18 juin » en train de descendre les Champs-Élysées le 26 août 1944, sur la place qui porte son nom depuis 1973, précédemment place GAMBETTA (l'animateur de la résistance contre les Prussiens en 1870) puis de la Libération (en raison des combats s'étant déroulés dans le secteur le 28 août 1944): «on ne saurait honorer un général qui a été un traître », «il a été notre bourreau », « il est le responsable de l'assassinat de milliers d'entre nous» « c'est la statue de la honte», «non à la statue d'un bonimenteur ».

    Primo, il est vrai que de Gaulle fut condamné à deux reprises pour « désertion» et « dissidence» par le tribunal militaire de Toulouse, le 4 juillet 1940, à quatre ans de prison puis à mort, le 2 août suivant, par le tribunal militaire de Clermont-Ferrand, mais, 71 ans après les faits, comment peut-on justifier cette attitude néo-pétainiste qui conduirait à approuver, en condamnant la voie suivie par le général rebelle, la suppression de la République, l'abolition des Droits de l'Homme, l'adoption du statut des Juifs (les' très nombreux1 juifs d'Algérie se voyant retirer la nationalité française jusqu'en juin 1943, date de l'installation du générai de Gaulle à Alger et la politique de collaboration avec le vainqueur initiée à Montoir !

    Ensuite, comment accepter l'idée que de GAULLE ait été « le bourreau des Français d'Algérie » ou le «responsable de l'assassinat de plusieurs milliers de Pieds Noirs»? Non seulement cela ne correspond pas àla réalité des faits s'étant déroulés, mais que faudrait-il dire alors de personnalités qui ont été réellement des «bourreaux» et des « assassins», parfois de centaines de milliers voire de millions de victimes telles que, parmi bien d'autres, Barbie, Eichmann, Heydrich, Kaltenbrünner, Pol Pot, Videla et les généraux argentins, Milosevic, le général Mladic, Taylor, Khadafi, El Assad?

    Ces détracteurs, comme les a qualifiés le maire de Nice, sont des « gens haineux» et ont osé scander «assassin» durant La Marseillaise, Le Chant des Partisans ou la minute de silence. Ils oublient également que si le scénario de l'indépendance de l'Algérie s'est dramatisé à partir d'avril 1961, ce fut bienà cause de l'OAS qui pratiqua la politique du pire, multiplia les attentats (y com­pris en métropole et pas seulement contre le chef de l'Etat au Petit-Clamart et au Mont Faron) contre les partisans du dialogue franco-algérien et les membres de la communauté algérienne afin d'entraîner des actes de représailles et que, si le FLN a bien organisé des attentats ayant fait couler le sang des Pieds Noirs, avant comme après le putsch d'Alger, ces actes « terroristes» n'ont jamais étécommandités par le premier président de la République lequel n'a pas tranché seul en faveur de l'indépendance mais s'est appuyé sur prés de 85% de l'électorat (76% en décembre 1961 et 93% en avril 1962).

    N'oublions pas, également, que si les « événements de 1954 » se sont déroulés, ce fut également parce que la majorité des Pieds Noirs avaient refusé, depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, tous les projets de réforme qui auraient pu déboucher, comme ce fut le cas un peu plus tard sur le continent africain, sur des situations de décolonisation pacifique comme en Angola, au Mozambique et en Afrique du Sud où, après quelques incidents intercommunautaires, la minorité européenne accepta de perdre son pouvoir politique tout en conservant son pouvoir économique et en continuant, à plus de 80%, à vivre sur place dans une société multiraciale et multiculturelle sans subir le traumatisme du déracinement et de l'exil source d'aigreur, de rancœur, voire de haine pérenne.

    Il conviendrait donc de mieux peser le sens des mots avant de polémiquer et, dans un Etat de droit, les médias devraient veiller à ce que des présentations manifestement erronées ou mensongères puissent être équilibrées par des points de vue différents exprimés àcôté des propos contestés, ce qui permettrait d'organiser un débat dans la clarté, sinon dans la sérénité.

    Jean-Louis PANICACCI (Professeur honoraire de l’Université de Nice)

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique