• Assemblée nationale : où étaient les 350 députés absents ?

     

    Le projet de loi sanitaire « / obligatoire » a été adopté en première lecture par 117 voix pour, 86 contre, soit environ 35 % des députés. 

    C’est cohérent avec la désaffection dont ont témoigné les Français lors des dernières , sauf que là, il s’agit de personnes élues pour représenter toute la nation et payées pour ça. 

    Lorsqu’un texte est aussi critique en matière de , d’égalité et de fraternité, le citoyen lambda s’attendrait à un effort exceptionnel de ses élus, par exemple rester massivement dans l’Hémicycle jusqu’à 5 h 00 du matin pour voter. Encore raté.

    Chacun des absents connaît ses propres motivations, il est bien possible que des députés de la majorité trop lâches aient souhaité se soustraire à la discipline de groupe pour que leurs noms ne soient pas associés à cette loi. C’est juste abject. S’ils ont des problèmes avec ce texte destructeur, qu’ils fassent comme la courageuse Martine Wonner et assument leurs convictions. Pour ceux qui sont hostiles à ce texte et qui n’étaient pas présents, qu’il leur soit rappelé que Dieu vomit les tièdes.

    Le gouvernement a refusé d’exclure les bureaux de vote du dispositif du passe sanitaire, l’amendement  qui proposait de le rétablir ayant été rejeté. Mais le taux d’abstention, en , n’est pas assez préoccupant pour douter que nos scrutins soient sincères et que les citoyens demeurent égaux.

    Le texte initial prévoyait l’interdiction à tous ceux qui ne détiennent pas un passe sanitaire d’accéder à un hôpital ou un établissement de soins, hormis en cas d’urgence.

    Le vote d’un amendement, jeudi, avait fait sauter cette restriction abjecte. Le gouvernement a fait revoter cet amendement, qui a été rejeté. L’électrocardiogramme d’effort ou la chimiothérapie seront désormais réservés aux seuls détenteurs du passe sanitaire. L’hôpital qui pallie comme il peut la pénurie de spécialistes refusera du monde à l’entrée, non sur des critères de capacité, mais sur des critères de soumission à des diktats sanitaires.

    Petit aparté : l’Église catholique a inventé l’hôpital, celui qui accueille et soigne chacun sans restriction ni discrimination, et elle dispose donc d’un droit moral imprescriptible sur le concept. Elle s’est fendue d’un communiqué lénifiant qui reprend un mensonge d’État (la vaccination serait LA solution). Elle suppose hardiment qu’il existerait un contrôle du Parlement sur le gouvernement ainsi que des contre-pouvoirs. Et elle se défausse et renonce à clamer haut et fort qu’il est criminel de priver de l’accès à l’hôpital quelqu’un qui en aurait besoin parce qu’il ne serait pas assez soumis.

    Ministres, , députés, après toutes vos trahisons, tous vos mensonges, faire confiance à votre  sanitaire relève de la bêtise ou de la cécité. Des Français voyants et pensants seront poussés au  et à l’exclusion sociale et ne s’en remettront pas. Certains ne pourront plus être soignés. Le temps des lavages de mains est passé. Trahis par ceux qui nous gouvernent ou nous représentent, il nous faut retourner dans la rue.


    votre commentaire
  • Non vacciné


    votre commentaire
  •  11 sites vandalisés en 8 jours !

    http://

    Jeudi 15 juillet, les préfets ont reçu l’ordre d’assurer une meilleure sécurité aux abords des centres de vaccination, selon nos informations. En quelques jours, onze centres de vaccination et dépistage ont été vandalisés.

    Du tag à l’incendie, les installations mises en place dans le cadre de la politique sanitaire ont été prises pour cible. Centres de vaccination, de dépistage et laboratoire d’analyses médicales : onze infrastructures ont été vandalisées dans toute la France depuis le 14 juillet, selon nos informations. 

    Conséquence directe : le ministre de l’Intérieur a demandé aux préfets de renforcer la sécurité des centres de vaccination depuis le 15 juillet, ont révélé des sources concordantes à TF1/LCI. Des “consignes de vigilance”, indique le ministère, sans préciser pour le moment quels seront les moyens déployés. 

    Sabotage, tags, incendie… Ces actes de vandalisme anti-vaccin ont pris des formes diverses au cours des derniers jours. À Urrugne, dans les Pyrénées-Atlantiques, le centre de vaccination de la ville a été incendié dans la nuit de samedi 17 juillet à dimanche, laissant une partie de son chapiteau éventré. 

    Dans le Doubs, à Audincourt, les disjoncteurs d’alimentation électrique ont été coupés dimanche. Une coupure d’une heure à une heure et demie, si bien que 3500 doses, stockées dans les réfrigérateurs, ont dû être analysées pour savoir si elles avaient été affectées. “Il n’y a aucun doute là-dessus, le centre de vaccination était ciblé”, avait déclaré à l’AFP Martial Bourquin, le maire de la ville.

    Du côté des Landes, la violence de ces attaques est montée d'un cran : à Saint-Paul-lès-Dax, des croix gammées taguées sur les murs du centre de vaccination ont été découvertes lundi 19 juillet. Selon plusieurs témoins, un homme aurait aussi proféré des insultes et des menaces mardi et mercredi à l'encontre du personnel d'accueil, l'accusant de "tuer des gens" rapporte France Bleu Gascogne. 

    Parmi les autres infrastructures vandalisées depuis le 14 juillet, on compte aussi les centres de vaccination de Lans-en-Vercors (Isère), de Lamballe-Armor (Côtes-d’Armor), de Chambéry (Savoie) et de Neuillé-Pont-Pierre (Indre-et-Loire). Les centres de dépistage de Kembs (Haut-Rhin) et des Sables-d’Olonnes (Vendée), ainsi que le Pôle Santé de Périers (Manche) et le laboratoire d’analyses médicales de Crémieu (Isère), ont également été pris pour cible. 

    Si ce phénomène s’est accéléré ces derniers jours, il n’est toutefois pas nouveau. "Fuck Vaccin""Dégage de là""Le vaccin tue" : le 2 juillet dernier, la Ville de Nice a porté plainte après la découverte de tags anti-vaccin sur les tentes du centre de vaccination de Las Planas. 

    Source


    votre commentaire
  • Il faudrait qu’une personne refoulée d’un commerce pour non possession de pass sanitaire porte plainte pour refus de vente. Opposer une loi qui existe bel et bien à un décret illégal, il doit bien exister en France un juge incorruptible qui est contre le pass arbitraire et qui donnerait raison au plaignant. Cela créerait une jurisprudence qui ferait tomber leur combine.


    votre commentaire
  • L'auteur

    Cicéron disait :
    « Une nation peut survivre à ses fous, et même à ses ambitieux. Mais elle ne peut pas survivre à la trahison de l’intérieur. Un ennemi aux portes est redoutable, car il est connu et porte ses bannières ouvertement. Mais le traître évolue librement parmi la collectivité, ses rumeurs perfides courent dans les ruelles et se répercutent dans les couloirs du gouvernement. Le traître parle avec l’accent familier de ses victimes, épouse leurs coutumes et fait appel à la bassesse qui se trouve profondément dans le cœur de tous les hommes. Il se nourrit de l’âme d’une nation, il travaille en secret dans la nuit à saper les piliers de la ville, il infecte le corps politique de sorte à briser sa résistance. Un meurtrier est moins à craindre, le traître c’est la peste ».
    Marcus Tallius Cicéron (né en 106 av. J.-C. et assassiné en 46 av. J.-C.) était un homme d’État romain, avocat et écrivain.
    La trahison ne date pas d’aujourd’hui, elle a toujours accompagné les pouvoirs en faisant des dégâts aux nations jadis prospères.
    De nos jours, elle étale ses ailes au grand jour pour le grand bonheur de l’islam conquérant.
    Elle est capable de détruire n’importe quelle société développée et ouverte au nom du mondialisme.
    La trahison, c’est le déni du réel.
    La trahison, c’est le halal et le voile dans les rues de France, en toute liberté au nom des droits de l’homme.
    La trahison, c’est le burkini comme plat de résistance.
    La trahison, c’est la charia qui s’impose au nom de la liberté religieuse.
    La trahison, c’est la soumission à la bêtise agarène.
    La trahison, c’est le culte du communautarisme.
    La trahison, c’est la collaboration assumée.
    La trahison, c’est l’abandon des pans entiers du territoire du pays à l’ennemi.
    La trahison, c’est faire le contraire de ce que l’on dit.
    La trahison, c’est la politique du renoncement.
    La trahison, c’est l’Église qui se met au service de l’islam.
    La trahison, c’est d’abord servir l’étranger surtout le clandestin, avant l’habitant.
    La trahison, c’est la fin du peuple souverain.
    La trahison, c’est la dictature des minorités.
    La trahison, c’est le règne du politiquement correct.
    La trahison, c’est une justice qui défend le coupable et pas la mère et l’orphelin.
    La trahison, c’est le larbinisme dans toute sa laideur.
    La trahison, c’est l’agenouillement permanent.
    La trahison, c’est la repentance quotidienne.
    La trahison, c’est la république en déperdition.
    La trahison, c’est le suicide de la culture française, et la fin de la France.
    Ce texte a été écrit ce jour ( 20 juillet 2021), journée de la fête de l’aïd al-adha ( dite fête du mouton), symbole de la submersion de la déferlante islamique.

    Hamdane Ammar


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires