• La Cour des comptes dénonce les abus du droit d’asile

    Publié par :Dominique CHALARD..cazeneuve octobre 2014

    cazeneuve octobre 2014

    Un rapport publié par la Cour des Comptes en avril dénonce les coûts exorbitants pour la France de la gestion des demandeurs d’asile, qu’ils évaluent à 2 milliards d’euros par an. Ils s’indignent également et regrettent que 99% des déboutés du droit d’asile restent quand même en France.

    C’est devenu la nouvelle méthode à la mode pour immigrer en France : demander l’asile, même si cela n’est pas particulièrement justifié. Cette tactique permet aux étrangers de bénéficier de droits de travail et de séjour durant la procédure de demande. Ils ont également le temps de faire appel à des avocats et aux association pour essayer de maîtriser les rouages du système d’aides à la française. Quand ils sont déboutés de leur demande de droit d’asile, ils restent en France et essayent alors d’obtenir un titre de séjour après avoir bénéficié abusivement des largesses du système de demande de droit d’asile.

    La Cour des comptes déplore ainsi le problème des raccompagnements non effectués, que la réforme Valls Cazeneuve ne résoudra évidemment pas :

    «Le projet de loi sur la réforme de l’asile (…), ne répond pas à la question centrale de la gestion des déboutés qui provoquent une embolie (…)»; «Tant que la question de l’organisation systématique et rapide de leur retour ne sera pas réglée, le système ne pourra fonctionner correctement» ; «La politique d’asile est devenue la principale source d’arrivée d’immigrants clandestins en France.»…

    Les sages estiment enfin que cette pratique coûte plus de 2 milliards d’euros pas an à la France, soit le double des estimations faites par les autorités… Sans compter qu’ils annoncent que seulement 1% des demandeurs d’asile déboutés quittent la France une fois leur demande refusée…

    Sans surprise, le rapport s’étonne du manque de clarté et d’une “forme de renoncement” des préfets à cause de la pression des politiques et des médias.

    La France est devenue une telle vache à lait qu’on ne peut même pas leur reprocher d’en profiter…

    source 24 heuresactu.com


    votre commentaire
  • Fusillades avec des armes lourdes en plein centre-ville à Grenoble.

     

    Une fusillade s’est déroulée vers 18 h 30 vendredi soir dans le centre de Grenoble, près de la place Saint-Bruno, « connue pour son trafic de drogue », précise un média, sans mentionner « avec la complicité active de leur République ». Les assaillants ont ouvert le feu sur la place puis à l’intérieur de la boucherie Les Halles Saint-Bruno, gérée par un étranger, Cheims Boudoudou.

    Selon les premiers éléments de l’enquête, un individu de 23 ans, circulant à scooter, s’est réfugié dans l’établissement après avoir essuyé des tirs. Il a été blessé d’une balle dans chaque jambe. L’individu, amené aux urgences par des « inconnus », très probablement un trafiquant de drogues, affirme ne pas avoir d’informations sur l’identité et les motivations qui ont conduit ses agresseurs à lui tirer dessus.

    Quatre heures plus tard, vers 22 h 30, un groupe de criminels très lourdement armés s’est invité sur la place. Les individus ont ouvert le feu en pleine rue, à une heure où la place était fréquentée avec la chaleur préestivale, à une vingtaine de reprises avec des fusils à pompe, des pistolets automatiques et une kalachnikov.

    Ils auraient tiré dans tous les sens, mais visé plus particulièrement une table où étaient assis cinq individus dont l’un a été touché.

    Dans les deux cas, il n’y a eu aucune interpellation, aucune intervention de la police, aucun criminel abattu sur place, les autorités se contentant d’évoquer l’hypothèse de règlements de comptes comme si cela justifiait les faits et dédouaner la passivité du régime.

    Source : http://www.jeune-nation.com/actualite/actu-france/20237-fusillades-avec-des-armes-lourdes-en-plein-centre-ville-a-grenoble.html


    votre commentaire
  • Dans la série « Les grands chantiers du quinquennat » : Royal et le Nutella (par Marie Delarue)

    Elle est sur tous les fronts, maman : pour accueillir le pape, le roi et la reine d’Espagne, au monument aux morts, aux commémorations du bout du monde… à la fois ministre des Affaires étrangères, « cheffe » de la diplomatie et ministre de l’Environnement rapproché du Président. Se rêvant en moderne Jeanne d’Arc – souvenir prégnant d’une jeunesse chrétienne à l’ombre des militaires ? -, elle n’en finit plus de lancer des croisades salvatrices : dimanche le Roundup pour préserver les nains de jardin, mardi soir le Nutella pour sauver la planète.

    C’était au « Petit Journal » de Canal+. Elle lance : « Il faut replanter massivement des arbres, parce qu’il y a eu une déforestation massive qui entraîne aussi du réchauffement climatique. Il faut arrêter de manger du Nutella, par exemple, parce que c’est de l’huile de palme. » Oui, maman, sauf que « c’est bon, le Nutella », dit le monsieur du poste. Et maman Ségolène d’expliquer : « Oui, mais faut pas, parce que c’est l’huile de palme qui a remplacé les arbres, et donc c’est des dégâts considérables. »

     

    Chère Ségolène, avant d’aller au fond, arrêtons-nous un instant sur la forme. En cette journée où l’on nous rebat les oreilles des épreuves du bac, de la philosophie, de tout ce qui se conçoit bien et s’énonce (paraît-il) clairement, on a forcément des doutes sur la clarté de votre pensée…

    Tout d’abord : « Oui, mais faut pas. » C’est bon pour ma petite Mahaut qui a deux ans et demi. La ministre que vous êtes pourrait s’offrir le luxe d’une négation correctement construite : « Oui, mais il ne faut pas. » La suite est encore meilleure, si l’on ose dire : « C’est l’huile de palme qui a remplacé les arbres », dites-vous. Mazette ! Ça doit faire de drôles de flaques… des lacs, des mers, des océans, peut-être. À moins que vous n’ayez voulu dire « Ce sont les palmiers à huile qui ont remplacé les espèces endémiques » ? Et, pour finir, « occasionnant des dégâts considérables » aurait été plus judicieux que « et donc c’est, etc. ». Mais bon, hein, il se peut que ce français relâché soit une volonté de votre part, pour faire « peuple », à l’instar d’un Sarkozy qui hésite entre Louis de Funès et Christian Clavier.

    Quant au fond, nonobstant les dégâts dus à l’huile de palme et la fabrique des bourrelets propices au diabète, on se demande s’il n’y aurait pas de combats plus importants à mener pour la vie des Français. Des trucs qui concernent aussi leur environnement, comme le chômage par exemple, le logement, les soucis d’une immigration massive, l’éducation qui part en quenouille… Et puis, chère Madame, peut-être l’ignorez-vous (comme la syntaxe) : quand les gens ont le moral dans les chaussettes, ils se font souvent un petit shoot de sucre : une tartine de Nutella, par exemple. C’est vrai, par souci hygiéniste, vous leur avez déjà interdit la cigarette, le petit verre d’alcool, le chichon, les rêves d’avenir… Alors, vous pouvez peut-être les laisser se tartiner de Nutella ?

    Source : http://www.bvoltaire.fr


    votre commentaire
  • La Cour des comptes dénonce les abus du droit d’asile.

    Publié le 18 juin 2015 par Dominique CHALARD..

    cazeneuve octobre 2014

    cazeneuve octobre 2014

    Un rapport publié par la Cour des Comptes en avril dénonce les coûts exorbitants pour la France de la gestion des demandeurs d’asile, qu’ils évaluent à 2 milliards d’euros par an. Ils s’indignent également et regrettent que 99% des déboutés du droit d’asile restent quand même en France.

    C’est devenu la nouvelle méthode à la mode pour immigrer en France : demander l’asile, même si cela n’est pas particulièrement justifié. Cette tactique permet aux étrangers de bénéficier de droits de travail et de séjour durant la procédure de demande. Ils ont également le temps de faire appel à des avocats et aux association pour essayer de maîtriser les rouages du système d’aides à la française. Quand ils sont déboutés de leur demande de droit d’asile, ils restent en France et essayent alors d’obtenir un titre de séjour après avoir bénéficié abusivement des largesses du système de demande de droit d’asile.

    La Cour des comptes déplore ainsi le problème des raccompagnements non effectués, que la réforme Valls Cazeneuve ne résoudra évidemment pas :

    «Le projet de loi sur la réforme de l’asile (…), ne répond pas à la question centrale de la gestion des déboutés qui provoquent une embolie (…)»; «Tant que la question de l’organisation systématique et rapide de leur retour ne sera pas réglée, le système ne pourra fonctionner correctement» ; «La politique d’asile est devenue la principale source d’arrivée d’immigrants clandestins en France.»…

    Les sages estiment enfin que cette pratique coûte plus de 2 milliards d’euros pas an à la France, soit le double des estimations faites par les autorités… Sans compter qu’ils annoncent que seulement 1% des demandeurs d’asile déboutés quittent la France une fois leur demande refusée…

    Sans surprise, le rapport s’étonne du manque de clarté et d’une “forme de renoncement” des préfets à cause de la pression des politiques et des médias.

    La France est devenue une telle vache à lait qu’on ne peut même pas leur reprocher d’en profiter…

    source 24 heuresactu.com


    votre commentaire
  • La corrompue du jour : Brigitte Barèges, maire de Montauban..

    La maire de Montauban, Brigitte Barèges, du parti Les Républicains (LR, ex-UMP), a été placée en garde à vue pour détournement de fonds publics. L’élue est entendue dans le cadre d’une enquête concernant le financement présumé d’un emploi fictif, un chargé de communication, par la municipalité qu’elle dirige. Elle devrait être, ainsi que trois autres « républicains », mise en examen dans la journée.

    Brigitte Barèges est une républicaine exemplaire récidiviste : elle a été condamnée en octobre dernier à seulement un an d’inéligibilité pour avoir financé sur les fonds de la mairie une partie de sa dernière campagne municipale. Seul l’appel qu’elle a interjeté devant le Conseil d’État lui a permis jusqu’ici de conserver sa place.

    Source : http://www.jeune-nation.com/actualite/jdj/20137-journal-du-17-juin-2015.html


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique