• « Arrêté kebab » à Pau : et si, pour les municipales, on mettait enfin les pieds dans le kebab de nos centres-villes ?

     

    Les infos kebab que je vous rapporte ne proviennent ni de Béziers ni de Benoît Hamon, mais de Pau, la bonne ville du bon roi Henri, dirigée par François Bayrou, parrain d’Emmanuel Macron.
    Pau, une ville historiquement socialiste, désormais macroniste. 

    À la présidentielle de 2017, Emmanuel Macron faisait 30 % au premier tour, 78 % au second. Et aux dernière européennes ? 27 % pour LREM, 15,5 % pour EELV et seulement 14 % pour le RN (ce qui est tout de même historique). 
    Une sociologie et des résultats en phase avec Paris, Deauville et les grandes métropoles, à quelques nuances près, notamment la tradition de gauche (Mélenchon y arriva second en 2017, avec 21 %, et le PS y a fait encore 10 %).
    Et pourtant, dans ce bonheur bourgeois rose-vert des centre-villes à l’immobilier inaccessible, sous le soleil du Sud-Ouest, quelque chose cloche. 
    On apprend, ce samedi, que la mairie de Pau a publié un arrêté instaurant une sorte de couvre-feu, d’obligation de fermeture nocturne pour les « épiceries de nuit et commerces de restauration nocturne », qui devront baisser le rideau de minuit à 6 heures en semaine et de 1 h à 6 heures du jeudi au samedi. 
    Le journal Sud-Ouest, en titrant « Un arrêté kebab pour limiter les nuisances », est sorti de sa bien-pensance habituelle et a mis les pieds dans le plat, loin des périphrases « bayrouesques ». 
    Oui, ce sont bien les kebabs, leur clientèle, leurs habitudes et leurs habitués, et peut-être aussi leurs trafics annexes qui, comme le rapporte le quotidien, empoisonnent la vie de « nombre de riverains » qui « se plaignent des incivilités, nuisances sonores et autres nuisances olfactives, générées par les commerces nocturnes ».
    La municipalité Bayrou reconnaît ce que nous, habitants des petites villes de la France périphérique, pouvons tous constater dans nos centres-villes à la fois désertifiés, abandonnés, mais « kebabisés ».
    Mais à Pau, c’est la France macroniste qui est visiblement dérangée, et c’est peut-être tant mieux : cette France commence à subir les nuisances qui gâchent son petit confort bourgeois. 
    Ce n’est qu’un début.
    Les prochaines municipales doivent être l’occasion d’une réflexion sereine mais ferme sur les centres-villes que nous voulons : est-il normal que ce type de commerces se multiplient alors que le reste des commerces est à l’abandon ? 
    Nos parvis et nos églises restaurés l’ont-ils été pour assister à cette prolifération du kebab ? 
    Le patrimoine, c’est aussi cela : des traditions commerciales, culinaires, urbaines. 
    Et le kebab n’en fait pas partie. 
    La civilisation, la culture, cela commence là : au café, en terrasse, sur nos places et nos boulevards. Nous avons inventé des labels pour produire, consommer français : viandes, volailles, fruits, textiles, etc. 
    Il nous faut la même démarche pour la gestion de nos villes et nos villages.
    Plus que jamais, le « label » pour les municipales MVMF « Ma ville – Ma France » doit s’imposer, attirer et motiver des candidats et des équipes, en ces temps où les vieilles étiquettes sont démonétisées, pour inscrire dans leur « programme commun » cette revitalisation des centres-villes, mais en mettant franchement les pieds dans le kebab, et pas seulement pour en « limiter les nuisances », comme le timide François Bayrou qui est en train de se cogner à la réalité. 

    Dominique Monthus

    votre commentaire
  • Par: Sylvestre Brunaud ..

    La vérité est tronquée et manipulée…

    Quant à la triste fin de cette affaire, on refait plus ou moins l'Histoire..

    En avril 2006 monsieur Bouteflika déclarait que « la France était responsable d’un génocide de l’identité, de l’histoire, de la langue et des traditions algériennes »,"C'est faux" niant le bilan positif de la France  et mettant ainsi fin au projet de traité d’amitié franco-algérienne en gestation. 
    Cette affirmation, jamais reniée, est un mensonge inacceptable et une contre-vérité historique absolue et de ne pas subir au chantage ...

    Mais avant d’évoquer ce que fut réellement notre œuvre Française pendant 132 ans, rappelons à monsieur Bouteflika que la population algérienne entre 1830 et 1962 est passée de 2 millions à plus de 9 millions, ce qui ne fut pas le cas des Maoris de Nouvelle Zélande, des Aborigènes d’Australie ou des Indiens d’Amérique du Nord qui virent leur nombre divisé par dix avec l’arrivée des Européens. 
    Si nul ne conteste les exactions, les violences et les crimes qui ont toujours accompagné les conquêtes et les périodes de pacification au cours de l’histoire des peuples, la France n’a jamais cherché à détruire la culture et les traditions berbères ou arabes, ni à interdire leur religion ou leur langue. Par contre nul n’ignore que les Arabes ont conquis de façon définitive les contrées berbères pour y imposer la religion musulmane et la langue arabe. Où est le véritable génocide culturel ? .Comme ainsi pavoise aussi Choupinet  avec son crime contre l'humanité ...

    Quant aux exactions en tout genre, faut-il souligner que les Algériens n’ont pas été les derniers à faire preuve de barbarie, notamment en suppliciant des centaines de milliers de harkis dans d’abominables souffrances ? 
    Nous n’avons donc aucune leçon de morale à recevoir de monsieur Bouteflika . Ni de monsieur Macron !

    En 1830 cette région sous Régence turque et soumise à la loi coranique, ne possédait ni monnaie propre, ni routes, ni écoles, ni hôpitaux, ni agriculture. Elle n’était qu’un repaire de pirates esclavagistes, les redoutables Barbaresques qui écumaient la Méditerranée depuis des siècles, en quête de captifs pour alimenter leurs harems et leurs marchés aux esclaves. (vendre les les femmes sur les marchés)  Cette terre hostile s’appelait encore la Barbarie. C’est donc en 1830 que la France décida de mettre fin à la piraterie et s’empara d’Alger. A partir de cette date, et pendant 132 ans, ce pays qui allait devenir l’Algérie, connut le plus grand bond en avant de son histoire. D’un sol désertique et marécageux, les colons ont fait un verger en construisant de nombreux barrages, en forant des puits et en irriguant des centaines de milliers d’hectares. A son indépendance l’Algérie avait son autosuffisance alimentaire et pouvait exporter vins et agrumes. Il allait devenir 10 à 15 ans plus tard ,le pays positionner après le Japon en développement ...

    D’une population totalement analphabète, la France a scolarisé 50% de la jeunesse en construisant une cinquantaine de lycées et collèges et quatre facultés dont une de médecine. 
    Au plan médical, alors que le taux de mortalité infantile atteignait 50% en 1830, nous avons éradiqué la dysenterie, le paludisme, la variole, la peste, le choléra et le typhus par des campagnes de vaccinations massives et des soins gratuits pour tous. 138 hôpitaux furent construits et ainsi de nombreux relais de relais avec véhicules de soins sophistiqués  
    L’infrastructure ne fut pas en reste avec 54000 kms de routes et 80000 kms de pistes sahariennes, 4500 kms de voies ferrées, 23 ports et de nombreux aéroports. La France a installé des câbles sous-marins, des faisceaux hertziens et des structures de communications modernes qui faisaient de l’Algérie le pays le plus avancé d’Afrique...

    Dans le domaine industriel et minier nous avons exploité le fer, le zinc, le plomb, les phosphates et créé une industrie chimique et métallurgique moderne. Nous avons construit 4 centrales thermiques et mis en valeur le pétrole saharien qui a donné à l’Algérie une richesse inestimable équivalant à 95% de ses recettes. 
    Sans oublier les milliers de logements, les 274 stades et les complexes sportifs disséminés dans le pays. 
    Tel est le bilan de la France ,dont nous n’avons pas à rougir ,ou a s'incliné comme le gamin "Choupinet"  Saluons au contraire le courage et la volonté de ces  courageux explorateurs, ces militaires, ces missionnaires, ces médecins, ces paysans ,agriculteurs et tous ces « pieds noirs » anonymes qui ont bâti ce pays sans relâche dans le sang et les larmes pour le conduire vers la modernité. Ils ont non seulement fait de l’Algérie un État moderne, mais ils ont également fait la grandeur de la France... 

    On pourrait faire aujourd’hui le bilan de ses départs des Pieds Noirs et de l’indépendance bradé sur un plateau d'argent par De Gaulle et le bon vouloir de toutes les gauches confondus , mais laissons plutôt la parole aux Algériens eux mêmes, que nul ne pourra soupçonner d’Arabophobie. : 

    • « S’il est en Algérie, un domaine où l’effort de la France ne se discute pas, c’est bien le domaine de l’enseignement. On peut et on doit dire que l’école a été un succès certain. Les vieux maîtres, les premiers instituteurs ont apporté toute leur foi pédagogique sans arrière pensée et leur influence a été extrêmement heureuse ». (Abderrhamane Fares instituteur.) 

    • « La scolarisation française en Algérie, a fait faire aux Arabes un bond de mille ans ». (Belkacem Ibazizen, Conseiller d’Etat.) 

    • « Trente ans après l’indépendance nous voilà ruinés avec plus de nostalgiques que le pays comptait d’habitants et plus de rapetoux qu’il n’abritait de colons »….  « Beaucoup d’Algériens regrettent le départ des pieds-noirs, s’ils étaient restés nous aurions peut-être évité cette tragédie ».(Boualam Sansal écrivain) .

    • « En un siècle, à force de bras, les colons ont, d’un marécage infernal, mitonné un paradis lumineux. Seul l’amour pouvait oser pareil défi…..Quarante ans est un temps honnête, ce que nous semble, pour reconnaître que ces foutus colons ont plus chéri cette terre que nous qui sommes ses enfants ».(Boualam Salam) 

    • « Dire que du temps des Français, ici c’était un jardin ». (Aït Ahmed. ex leader FLN) 


    • « L’œuvre de la France est admirable ! Si la France était restée 20 ans de plus elle aurait fait de l’Algérie l’équivalent d’un pays après le Japon ». (Un ministre syrien à Ferhat Abbas au cours d’une visite à Alger). 


    • « Je ne pardonnerai jamais à la France d’avoir quitté l’Algérie » (Une Algérienne à Chirac lors d’un bain de foule). 


    • « Si les pieds-noirs n’étaient pas partis en masse, l’Algérie ne serait peut-être pas dans l’état désastreux dans lequel elle se trouve…Franchement on pourrait presque leur en vouloir »(Malika Boussouf journaliste). 


    • «  A son indépendance, nul pays extérieur au monde occidental, Japon et Afrique du Sud exceptés, ne disposait d’une infrastructure aussi développée que celle de l’Algérie »(Bechir Ben Yahmed Directeur de « Jeune Afrique »). 


    • « La France a commis un crime. Elle a livré le peuple algérien aux tueurs et assassins ». (Ferhat Abbas, leader du FLN). 

    Comme tout dirigeant incompétent qui tente de s’exonérer de ses propres responsabilités, Bouteflika a trouvé en la France le bouc émissaire idéal : un pays qui se complaît dans l’auto-flagellation et la repentance à tout propos. 

    C’est une grave erreur et si nos dirigeants n’ont pas le courage de défendre notre œuvre Française , c’est pour nous un devoir d’honorer la mémoire de nos ancêtres qui ont fait la grandeur de la France au temps où elle rayonnait sur un magnifique empire de 11 millions de kilomètres carrés et où les noms de Dakar, Nouméa, Hanoï, Cayenne ou Djibouti évoquaient des paradis lointains pour des générations de Français nostalgiques d’aventures exotiques. 
    N’en déplaise aux esprits chagrins et timorés, la France et ses hommes , fut pour des millions d’hommes le plus grand fait de l’histoire.

    Le destin des Français d'Algérie fut détruit par De Gaulle et les gauches complice de la destruction d'une partie de la France et le reste des départements Français suivront par cette Europe destructeur ...

    Il faut partir ou mourir.

    Tout bascule en ce mois du 19 mars 1962  qui fut le final , Le FLN arrive se sent fort , De Gaulle leurs a bradée ce pays plein de richesse . Aussitôt, c’est la terreur.Pour les indépendantistes algériens, tout ce qui vient de la France est suspect , la haine de ses habitant chrétiens d'Algérie. La panique nous gagne nous PN . Chaque jours dans les journaux, nous découvrons l’horrible spectacle sanglant de la veille . les guerriers du FLN ont pendu un couple d'agriculteur juste devant l’entrée d'un établissement scolaire etc etc..Et de pire en pire !...

    Alors là ! Le message est clair : il faut partir ou mourir voir (la valise ou le cercueil) Sans la protection de France et de nous avoir abandonnés aux bras des barbares ... 

    Ce qui se passe aujourd'hui en France comme en Europe, le devient petit a petit ce drame des Pieds Noirs..

    Je vous remercie  Sylvestre Brunaud


    votre commentaire
  • Transports : la Chine prépare sa « société de l’hydrogène »

      Le Parisien| 15 juin 2019 La Chine a investi plus de 10,7 milliards d’euros dans la technologie pile à combustible LP/Jean-Baptiste Quentin
     
    Les autorités chinoises engagent une vaste réorientation industrielle qui prévoit un million de véhicules à hydrogène en circulation d’ici 2030.
     
    Les véhicules électriques fonctionnant avec des batteries sont-ils déjà dépassés ?
     
    La Chine est déjà en train de préparer le coup d’après, avec les véhicules à pile à combustible.
    Il y a quelques jours, un haut responsable du régime, Wan Gang, a été très clair : « Nous devons créer une société de l’hydrogène », a-t-il déclaré sur la chaîne de télévision Bloomberg.
    Si ces propos sont passés inaperçus, l’homme occupe pourtant une position-clé dans les choix stratégiques de la Chine.
    Vice-président du Conseil national pour l’élaboration des politiques, c’est lui qui planifie à long terme les orientations de l’économie chinoise.
    Et c’est d’ailleurs lui qui, il y a une vingtaine d’années, avait convaincu le gouvernement de parier sur... le véhicule électrique à batteries.
     
    Aujourd’hui, la Chine est le premier marché au monde avec plus d’un million de véhicules électriques à batterie en circulation.
    C’est aussi le plus important fabricant de batteries.
    Une expansion qui lui a permis de réduire sa dépendance au pétrole et de diminuer un peu la pollution dans les villes.
     
    «Nous allons surmonter tous les problèmes»
     
    En décrétant que l’hydrogène allait devenir la nouvelle priorité nationale, la Chine va investir en masse. 
    Wan Gang estime que le véhicule à hydrogène n’a pas encore trouvé sa place en raison des coûts et d’obstacles industriels.
    « Nous allons surmonter tous les problèmes qui ont empêché le développement du véhicule à pile à combustible », promet-il.
    En mars dernier, le gouvernement a coupé les aides accordées jusqu’alors aux véhicules électriques pour consacrer ses ressources au développement des véhicules à pile à combustible.
    Actuellement, moins de 2 500 véhicules à hydrogène sont en circulation dans le pays.
    Le cap du million de véhicules pourrait être atteint d’ici 2030.
    Le gouvernement a déjà investi l’équivalent de plus de 10,7 milliards d’euros dans la technologie des piles à combustible et devrait offrir des incitations pour accélérer la construction de stations de distribution d’hydrogène.
    En avril, le Français Air Liquide, en pointe dans ce domaine, s’est associé avec l’entreprise de Chengdu Huaqi Houpu pour développer des stations de distribution d’hydrogène dans tout le pays. Par ailleurs, les constructeurs Great Wall Motor, Yutong Bus et Foton Motor se sont engagés dans le secteur grâce aux subventions gouvernementales destinées à soutenir les efforts de R & D.
    Déjà, une usine d’un montant de 1,6 milliard d’euros est en cours de construction dans la province du Guangdong.
    Elle devrait avoir d’ici 5 ans, avoir une capacité annuelle de 160 000 véhicules par an.
     
    30.000 véhicules « propres » dans les transports en commun dès 2020
     
    Par ailleurs, les avancées technologiques sur la fabrication des piles à combustibles semblent progresser rapidement avec l’arrivée de nouveaux matériaux pour remplacer certains métaux rares comme le platine ce qui aurait pour conséquence de faire baisser considérablement les coûts de fabrication.
    Dans un premier temps, ce sont les transports en commun qui devrait profiter de ce développement. Le gouvernement central ambitionne chaque année et dès 2020 de mettre en circulation 30 000 véhicules « propres » dans 30 villes principalement alimentés à l’hydrogène.
    Parallèlement, la Chine a aussi l’intention de tester l’hydrogène dans certaines régions en mettant en place un écosystème comprenant la production à partir d’énergie renouvelable mais aussi le stockage d’hydrogène.
    Un « carburant » qui peut ensuite être acheminé vers des centres économiques.
     
    En France, les avancées dans ce domaine se font à pas comptés.
    Les premiers bus à hydrogène dans la ville de Bruay-la-Buissière (Pas-de-Calais) vont être mis en service à partir de juillet.
     
    Quant au plan hydrogène mis en place par Nicolas Hulot, avec 100 millions d'euros pendant 5 ans, il est selon plusieurs industriels en train d’être revu à la baisse…
     
    leparisien

    votre commentaire
  • Rappelez-vous !!!

    00 - Hollande-brandit-le-sabre-de-l-islam.jpg

    L'homme méprisant le Peuple Français, borné, stupide et inculte, Hollande n'hésite pas à brandir le “sabre de l'Islam”. Le pire cela le faisant rire ..Cela est vrai les Français sont des veaux ..

    ///////////////////////////////

    Qui arme l’Etat islamique ?

    Qui arme l’Etat Islamique ?

    On sait que c’est une lecture à la lettre de certaines sourates qui inspire le bras des « criminels au nom de l’islam »… Si cette lecture du Coran est en quelque sorte le commanditaire du crime, qui a fourni les armes ?

    La question est dans tous les esprits et les regards se tournent spontanément vers les pays du Golfe. C’est un peu rapide. Ces Etats ne disposent d’aucune industrie, ni d’aucun savoir faire pour procéder à un tel équipement.

    Le 4e exportateur mondial est la France, derrière les Etats-Unis, la Grande Bretagne et la Russie. Seuls ces pays sont en situation de capacité et disposent des réseaux pour livrer à peu près tout et n’importe quoi partout dans le monde, du lance-pierre au porte-avions. Prenez le budget de l’Etat islamique en Irak : 1 milliard d’euros dévoués à la guerre et l’extermination. Un budget militaire qui ferait envie à bien des Etats dans le monde.  Aujourd’hui, d’autres ouvertures de nouveaux califats en Libye et au Nigeria : bientôt près de chez vous.

    En 2011, pour démontrer la qualité de leur matériel militaire la France et la Grande Bretagne ont réduit en cendres l’état libyen en quelques semaines. Par la grâce de Nicolas Sarkozy, la bénédiction de BHL et pour liquider un différent personnel, le pays le plus riche d’Afrique est revenu à l’âge de pierre. Victoire : 600 000 personnes y attendent aujourd’hui de se jeter sur les côtes européennes. Pour peaufiner le boulot la France a livré des armes aux rebellions du coin, en Libye, puis en Syrie. Les décideurs éclairés de cette époque pas si lointaine ont jugé qu’il était de l’intérêt supérieur de la France d’armer des rebellions ethniques et religieuses dans un état souverain. Imaginons que demain quelque pays étranger arme des rebelles islamistes dans nos banlieues… On aurait l’air malin avec nos éducateurs en kway et nos CRS syndiqués…

    « Acheminer des caisses de grenades est devenu aussi carré que la chaîne du froid chez Système U. »

    Ces livraisons, apprend-t-on dans la presse, étaient « validées » après que la « traçabilité » et le « circuit » ait été « vérifié et inspecté ». Pour s’en assurer, on a commencé par envoyer des couvertures et des médicaments. Nos fonctionnaires étaient contents : magie de l’internet, suivez votre colis de bastos en temps réel ! La livraison d’armes aux normes ISO 9000-1 avec une sorte de Bureau Veritas du flingue ; Signez l’envoi des fusils d’assaut tranquillement depuis votre bureau du quai d’Orsay, recevez un Paypal et rentrez chez vous le soir dans le 5e arrondissement pour un plateau sushis – DVD.

    Que le populo se rassure et n’aille pas tout de suite voter FN en lisant ma prose : des « experts » avaient trié le bon grain de l’ivraie. Au beau milieu des 1 500 bandes, groupuscules, tribus, mafias qui pullulent dans ces guerres civiles, nos experts ont identifié les « bons » rebelles, ceux que nous pouvions fournir en calibres avec la main sur le cœur. Acheminer des caisses de grenades est devenu aussi carré que la chaîne du froid chez Système U.

    Un peu plus tard, en 2013, nos soldats au Mali ont fait d’incroyables découvertes au fond des grottes des terroristes : au milieu des kalach, des feuilles Pôle emploi et des cartes vitales. C’est malin et bien pensé le djihad ! Mon frère, si un para te colle un pruneau et ne t’expédie pas au paradis des 70 jeunes vierges (de moins de quinze ans) : pas grave, t’as la sécu. Tu rentres en France et si t’as un bobo, tu vas aux urgences. Les dhimmis paieront. Et surtout les gars, n’oubliez pas d’actualiser en fin de mois : le djihad d’accord, mais il faut faire bouillir la marmite.

    Pendant ce temps le petit patron franchouillard dans sa PME haut-marnaise, lui, se porte caution pour payer les cotisations sociales de sa boutique. Et s’il se plante, il n’aura pas les allocations. Mais lui on s’en fout, il est de la « France d’avant ».

    Ce qu’on sait aussi  et c’est plus grave, c’est qu’il y a une forme de complaisance, voire de complicité au plus haut sommet de l’Etat à l’égard de ces réseaux criminels. C’est ainsi que le haut fonctionnaire responsable de ces transferts d’armements au Quai d’Orsay en 2012 et 2013 reportait directement au ministre Laurent Fabius : il est l’actuel ambassadeur de France en Israël. Ce qu’on sait encore c’est que sa compagne était en charge pour la Caisse des Dépôts des investissements de certains fonds souverains en France ; parmi lesquels en premier lieu les champions qataris et saoudiens dont on connaît l’appétit et les ambitions culturelles. Ceux qui ont rebaptisé le théâtre de Fontainebleau « Khalifa bin Zayed al Nahyan » contre 10 millions d’euros de pétrodollars pris dans le panier de la ménagère qui paye son mazout avec… Les mêmes qui sont mouillés jusqu’au cou dans le financement de l’EI…

    « Le doute n’est plus permis, de sérieuses enquêtes s’imposent sur les liens, les réseaux et les complicités dont disposent ces gens dans notre pays. »

    On comprend mieux pourquoi nos grands chefs politiques sont gênés aux entournures par l’usage du couteau de cuisine que font leurs bons rebelles. Leurs grands experts et très hauts fonctionnaires vont plaider l’erreur collective, la bonne foi : on avait des ordres, on ne pouvait pas savoir, on faisait la sieste, on n’était pas encore poste, etc. Mais tel le préfet de police giflé en plein Paris, ils sont rattrapés par la réalité. Car, en fait, si, on savait très bien. Depuis le 11 septembre 2011, on sait qu’armer une rébellion islamo-djihadiste, c’est mal. On sait que leurs katibas se font et se défont au gré des finances des caïds qui les commandent ou des fatwas des prêcheurs qui glapissent leur charabia maudit autour des mosquées radicales.

    Selon le bon mot de l’excellent Plenel, la France a la chance d’être le premier pays musulman d’Europe. La France a-t-elle aussi la chance d’être le premier pays européen à aider l’Etat islamique pour redorer le fronton de quelques beaux bâtiments ?

    Si c’était vérifié, ce n’est plus de la complaisance, mais de la complicité. En France, celui qui a fournit l’arme du crime est toujours jugé complice de l’assassin. Le doute n’est plus permis, de sérieuses enquêtes s’imposent sur les liens, les réseaux et les complicités dont disposent ces gens dans notre pays.

     http://www.ndf.fr/poing-de-vue

    votre commentaire
  • Discours de politique générale, déclarations de la cheffe de l’IGPN sur les violences policières, estimation de la participation à l’acte 31 des Gilets jaunes.. Le point à 15h30

     
    15 juin 2019
     
    Acte 2 du quinquennat Macron : la dictature en marche !
     
    Selon un sondage Elabe, 80% des Français ne croient ni « à un changement de style » ni « à un changement de méthode » après le discours de politique générale du Premier ministre.
     
    Pire, 56% des sondés trouvent Edouard Philippe autoritaire.
    Malgré le rejet quotidien de sa politique nauséabonde, le fils spirituel d’Alain Juppé compte bien finir de ruiner la France qui se lève tôt tout en s’assurant qu’elle crève au travail sans jamais pouvoir profiter d’une retraite pourtant bien méritée.
    La Macronie a décidé de sonner le glas des régimes spéciaux de retraites ! 
    Premières victimes ? 
    Les policiers eux-mêmes qui, en remerciements d’avoir sauvé les politiciens de la colère des Gilets jaunes, vont désormais devoir travailler douze ans de plus !
    Aujourd’hui, un policier peut partir à la retraite dès 52 ans avec une décote. 
    Demain, il devra attendre 62 ans pour avoir le droit de s’en aller, sans pour autant pouvoir prétendre à une pension à taux plein ! 
    Il lui faudra travailler jusqu’à l’âge de 64 ans minimum pour atteindre les fameux 75%..
    Entre les policiers qui se suicident, ceux qui perdent la vie dans l’exercice de leurs missions, ceux qui sont victimes de cancers grâce aux bons pesticides et autres perturbateurs endocriniens, ceux qui meurent d’AVC et autres maladies cardiaques.. 
    Combien seront-ils à atteindre l’âge de 64 ans pour espérer toucher leur pension de retraite ?

    La cheffe de l’IGPN Brigitte Jullien a estimé qu’il n’y avait pas eu de violences policières lors de la crise des Gilets jaunes. 
    Le syndicat France Police – Policiers en colère dénonce un double discours visant à faire croire aux collègues qu’ils sont soutenus par la hiérarchie alors qu’en réalité, ils sont sacrifiés sur l’autel des intérêts particuliers des politiciens.
    Pour mémoire, le procureur de la République de Paris Rémy Heitz a indiqué de son côté que des collègues allaient bien être renvoyés en correctionnelle et jugés pour des violences commises lors des maintiens de l’ordre GJ. 
    Pendant ce temps, les donneurs d’ordres, eux, ne sont toujours pas inquiétés par la justice..

    Notre syndicat France Police – Policiers en colère estime la participation à l’acte 31 des Gilets jaunes à environ 35.000 manifestants dans toute la France.

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique