• Europe : la population musulmane en hausse à l'horizon 2050

    D'après une étude du Pew Research Center, la population musulmane sera en hausse en Europe d'ici à 2050, entre 7,4 et 14 % de la population européenne.

    SOURCE AFP
    Publié le 30/11/2017 à 08:29 | Le Point.fr
    Les musulmans de France représentent la plus grande communauté d'Europe.

    Les musulmans de France représentent la plus grande communauté d'Europe. © AFP/ LUDOVIC MARIN


    votre commentaire
  • Affaire des eurodéputés FN: Dominique Bilde condamnée rembourser 40.000 euros

    Photo d'illustration© LIONEL BONAVENTURE / AFP Photo d'illustration

    Dominique Bilde n'a pas pu prouver l'effectivité du travail de son assistant au Parlement européen et doit donc rembourser 40.000 euros à l'institution.

    Le tribunal de l'Union européenne (TUE) a annoncé mercredi la confirmation d'une décision du Parlement européen sommant la députée Front national Dominique Bilde de rembourser 40.000 euros versés pour l'emploi d'un assistant parlementaire.

    Députée européenne depuis 2014, Dominique Bilde n'a pas démontré l'effectivité du travail de l'assistant parlementaire pour lequel la somme de 40.320 euros lui a été versée pour la période d'octobre 2014 à juin 2015, estime le TUE.

    Le tribunal a en revanche décidé d'annuler partiellement une décision analogue du Parlement européen concernant une autre eurodéputée du FN, Sophie Montel. Il estime que le Parlement n'a pas apporté d'élément permettant de réfuter les preuves produites par Sophie Montel concernant le travail de son assistant parlementaire pour la période de février à avril 2015. Le Parlement européen avait estimé qu'elle avait indûment reçu la somme de 77.276 euros pour la période d'août 2014 à juin 2015.

    Système frauduleux

    La justice française et le Parlement européen soupçonnent le FN d'avoir instauré un système frauduleux de rétribution de ses salariés avec des fonds européens en les faisant passer pour des collaborateurs parlementaires.

    Marine Le Pen a été mise en examen pour abus de confiance dans ce dossier et le Parlement européen estime à près de cinq millions d'euros le préjudice potentiel qu'il a subi. Le FN dénonce depuis le début de la procédure une instrumentalisation de la justice à des fins politiques.

    https://www.msn.com/fr


    votre commentaire
  • Presse algérienne du 2 juillet 2017 //////Posté par : Sylvestre Brunaud..  Français d'Algérie

    VOILA LE RÉSULTAT !!!


    Il n’est jamais trop tard... mais 55 ans pour s’en rendre compte...?
    Presse algérienne 2 juillet 2017 soit 55 ans après l'indépendance ...
    D'autant plus que la rédaction écrit : 


    "Et ce n'est ni la faute de Bigeard ni celle de Massu !" ... si l'Algérie est dans la misère ! ! !
    Quand on se rappelle les propos de notre actuel président ! ! ! Quel réquisitoire, mes aïeux ! ! !
    Certains journalistes algériens font preuve d'un très grand courage en rédigeant de tels articles. Qu'il est loin, et sans retour, le Bon Temps de la Colonisation, glorifié, entre autres, par le philosophe algérien Boualem Sansal qui écrivait 
    " Trente ans après l'indépendance, nous voilà ruinés, avec plus de nostalgiques que le pays comptait d'habitants, et plus de rapetoux qu'il n'abritait de colons. Beaucoup d'algériens regrettent le départ des pieds noirs, nous aurions, peut-être, évité cette tragédie" ou encore. 
    "En un siècle, à force de bras, les colons ont, d'un marécage infernal, mitonné un paradis lumineux. Seul, l'amour pouvait oser pareil défi. Quarante ans est un temps honnête, ce nous semble, pour reconnaître que ces foutus colons ont plus chéri cette terre que nous, qui sommes ses enfants"
    Le Matin d'Algérie | lematindz.net <http://lematindz.net/> <http://www.lematindz.net/>
    Algérie, France, Repentance : Et vous, M. Bouteflika, qui vous pardonnera ?
    Nous devînmes pauvres, par inadvertance, un jour d’été particulièrement chaud où l’on commémorait le cinquante-cinquième anniversaire de l’indépendance, la fin d’une guerre dont personne ne se rappelait plus si elle avait été gagnée ou perdue et que le président nous apprit que les caisses de l’État étaient vides.
    Ce jour-là, on revint sur terre : nous voilà pauvres pour longtemps ! Au 55è anniversaire de l'indépendance, nous apprîmes que notre pain, nous l'achetions auprès de l'ancienne puissance colonisatrice ! Celle-là à qui le président algérien, expert en matière de diversion, vient d'exiger la repentance pour les crimes coloniaux.
    C'est toujours utile de sortir la carte de la mémoire et du patriotisme, quand on veut noyer le poisson dans l'eau. Bouteflika sait que les peuples sont incorrigibles : il succombent au premier serment venu. Il suffit de poser la main sur le Livre ou de parler d’une voix étranglée par l’émotion. C’est gagné ! Ça marche à tous les coups. Ainsi se gouvernent les hommes.
    Il convient de savoir faire semblant. Simuler est le seul lien qui unit la base et le sommet. Simuler le bonheur, la démocratie, la sérénité, l'amour de la patrie, la piété...Ou, comme sait si bien le faire le président, invoquer Dieu, le Coran, les martyrs, la nation en danger...
    Ce 55è anniversaire de l'indépendance, Bouteflika a préféré parler de "crise économique grave", d'appeler le peuple à la "résistance" et d'exiger des dirigeants français qu'ils se repentent de leurs actes de colonisateurs. Oui, mais cela ne résout pas la question, la seule question qui n'a jamais rencontré de réponse :
    - Comment est-on passé d'exportateur de céréales à importateur de pain ?
    En 1962, la part des hydrocarbures dans les ventes à l'étranger n'était que de 53 pour cent ! Cela veut dire ce que cela veut dire : 47 pour cent de nos recettes provenaient de produits hors-hydrocarbures. Aujourd'hui, ce taux est passé à 3 pour cent ! L'Algérie ne produit plus rien, n'exporte plus rien. Et ce n'est ni la faute de Bigeard ni celle de Massu ! C'est la responsabilité des "libérateurs" qui ont pris le pouvoir en 1962, et dont notre président est un échantillon fort représentatif.
    Aucune vision, aucune stratégie, rien que l'exercice absolu du pouvoir. La gouvernance ? Plus tard ! En près de 19 ans de règne, Bouteflika n'aura pas diminué d'un seul dinar la facture alimentaire du pays, bien que les caisses de l'Etat n'ont cessé de déborder de dollars. Huit mille milliards de dollars plus exactement, de quoi devenir un pays quasi-développé, capable, en tout cas, de se passer de pétrole.
    A l'échelle des crimes historiques, condamner 40 millions d'Algériens à la précarité est-il plus pardonnable que le crime de les avoir colonisés ?
    Aucun président n'a bénéficié d'une si généreuse manne financière. Ce 5 juillet, un président digne de ce nom aurait annoncé à son peuple la fin de la dépendance pétrolière, la fin du chômage et des incertitudes. Au lieu de cela, il leur apprend qu'ils seront plus pauvres et sans aucune politique de rechange.
    Parce qu'il n'a pas diversifié l'économie nationale malgré un afflux financier sans précédent, Bouteflika laisse une Algérie à l'agonie :
    - Dès cet automne, les subventions seront supprimées, nous connaîtrons le temps des licenciements de fonctionnaires, des produits de première nécessité inaccessibles de même que l'électricité, le temps du retour à la bougie et au charbon de bois, de la réduction des budgets santé et de l'éducation. mais aussi de l’incertitude sur les versements des retraites et des prestations sociales.
    Vous attendez repentance des dirigeants français pour les crimes du passé.
    Et vous, M. Bouteflika, qui vous pardonnera les crimes d'aujourd'hui et de demain ?
    La rédaction


    votre commentaire
  • Patriote, il diffuse des images des exactions djihadistes pour dénoncer l’islam radical : 2 mois de prison

    La censure et la répression gouvernementales n’ont de cesse de s’intensifier en France où il devient de plus en plus difficile d’exprimer ses opinions. Dernier épisode en date, le procès politique dont a été victime le secrétaire national du Parti de la France, Thomas Joly.

    Le crime du cadre de ce parti patriotique ? Avoir publié sur son site internet une photographie des exactions commises par l’Etat Islamique afin d’avertir le public de la gravité de la menace représentée par l’islam radical. La diffusion d’images à caractère djihadiste est effectivement réprimée par la loi en vigueur, mais uniquement si elle vise à faire l’apologie de l’usage du terrorisme. Ce qui n’est naturellement pas le cas ici, tout au contraire puisqu’il s’agissait d’une dénonciation formelle de ce dernier.

    Las, Thomas Joly et sa formation sont considérés comme des cibles politiques par le gouvernement français et c’est donc en évacuant le cadre de cette diffusion – la condamnation du djihadisme – que le procès s’est déroulé. Une situation ubuesque pleinement assumée par les magistrats qui se sont focalisés sur la diffusion de la photographie tout en écartant son contexte.

    Après être revenu sur les débats surréalistes de son procès (lire ici), Thomas Joly a annoncé avoir été condamné à 2,000 euros d’amende et 2 mois de prison assorti de sursis (lire ici). Le secrétaire national du Parti de la France a annoncé faire appel de cette décision prise dans le cadre d’un véritable procès de Moscou.

    Plus généralement, on voit que toutes les lois visant à censurer et réduire la liberté d’expression, y compris pour contenir la propagande djihadiste, sont systématiquement utilisées à des fins politiques, y compris en les détournant de leur objet premier.

    Chacun comprendra qu’outre le caractère totalement arbitraire de la notion « d’apologie de terrorisme » – qui en décide, sur quelle base ? – la diffusion d’images fait partie intégrante de la liberté d’expression.

    Si c’est le caractère « violent » d’une image ou la célébration de la violence à visée politique qui doivent être réprimées par le gouvernement, la diffusion des images du petit Aylan ou de la décapitation de Louis XVI pourraient tout aussi bien être considérées comme contraire à la loi.

    Naturellement, aucun magistrat ne poursuivra ceux qui diffuseraient ces images en raison même du caractère subjectif de la loi qui permet au gouvernement de décider arbitrairement quel discours est légitime ou non.

    Pour ces raisons, l’abolition de toutes les lois de censure est plus que jamais une nécessité.

    Source : http://breizatao.com


    votre commentaire
  • Communiqué de Jérôme de Bourbon ...

    La colère en soit pour agression physique ... 

    Si la secte de Labruyère croit m'intimider ou me faire reculer en m'agressant physiquement, elle se trompe lourdement. Un dossier spécial et sans concession sera consacré à cette bande de tarés dans le prochain RIVAROL.
    Je publierai tous les courriels de menaces reçus d'Antoine Duvivier, secrétaire des Brigandes.. Avec l'ultimatum de 48 heures et le passage à l'acte au lendemain de l'expiration de l'ultimatum. Que toute la vérité soit dite et que toute la lumière soit faite !
    Si ce que nous disions était faux dans le long dossier qu'on leur avait consacré, ils pouvaient nous faire un procès en diffamation. Ils s'en sont bien gardés. Et pour cause ! Nous avions les témoins, les preuves. Nous disons la vérité.
    Il est consternant que certains, et non des moindres, dans la “mouvance nationale” aient préféré prendre le parti d'un groupe sectaire sorti de nulle part plutôt que celui d'un hebdomadaire qui a près de 70 ans au service du combat national et qui avait publié un dossier étayé.

    Je constate que dans la vidéo de 9 minutes où il reconnaît et revendique mon agression, Antoine Duvivier condamne le révisionnisme et les révisionnistes. Il est vrai que Labruyère, d'après nos témoins, a déjà dénoncé d'ex-adeptes à la LDJ et à la LICRA. Qui donc sert le Système ?

    Au lendemain de mon agression, Antoine Duvivier m'a envoyé un courriel m'annonçant qu'une lettre de rétractation me serait envoyée et que je devrais la signer. Des méthodes de mafieux, de voyous et de crapules !
    L'agression était préméditée et orchestrée, comme le prouve l'ultimatum reçu par courriel et certainement planifiée par Labruyère qui a pour habitude de faire faire à ses acolytes les basses œuvres.
    Se rendre jusqu'à mon domicile privé (comment a-t-il eu l'adresse ?) et s'introduire derrière moi dans le local désert des boîtes aux lettres pour me frapper en me menaçant de nouvelles agressions physiques, voilà les méthodes de la secte !

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique