• Les écoliers discrètement entraînés à subir des attentats djihadistes ...

    La France plonge progressivement dans un état de guerre larvé sur fond de confrontations ethniques, raciales et religieuses induite par l’immigration de peuplement extra-européenne. L’État français veille à désinformer la population au sujet d’une réalité qui contredit le discours et l’idéologie officiels du régime.

    Les écoliers entraînés à vivre sous la menace islamique

    Dernier exemple en date, les petits Français sont désormais entraînés à faire face à des attaques djihadistes contre leurs écoles. Tel cet établissement d’une commune côtière de Cornouaille où, sans l’assumer, les enfants apprennent à vivre dans un environnement de djihad endémique.

    Ils sont ainsi entraînés à réagir grâce à des jeux de circonstance. « En maternelle, ils savent maintenant que lorsqu’ils l’entendent, ils doivent jouer au hérisson ou à la tortue : se mettre en boule et ne plus faire de bruit » indique un le chef de l’établissement dans un courrier adressé aux parents d’élèves.

    Les écoliers plus âgés comprennent que l’alarme signifie un danger et se voient expliquer les choses différemment. « En primaire, ils savent maintenant que l’alarme se déclenche lorsqu’un danger apparait à l’extérieur de l’école et qu’il faut donc se protéger » poursuit-il avant de préciser, « il faut donc se mettre dans un endroit spécifique de la classe. Ce matin a été l’occasion de réfléchir à l’endroit le plus adéquat pour se cacher. Les élèves s’assoient et font silence. La maîtresse ferme les rideaux et bloque les entrées ».

    Désinformation d’État

    Le chef de l’établissement préfère parler « d’événement majeur » plutôt que d’attentat mené par des combattants musulmans contre des civils.

    Ces circulaires émises par le gouvernement se veulent donc le plus floues possible afin de ne pas éveiller la suspicion de la population sur la nature du danger qui plane sur elle.

    C’est donc sans tambours ni trompettes que l’État glisse vers un état de guerre permanent, continuant de réprimer par ailleurs ceux qui annoncent cette conclusion inévitable au nom de l’idéologie égalitariste en place.

    Source : http://breizatao.com


    votre commentaire
  • Alexis Corbière et Raquel Garrido refusent toujours de quitter le logement HLM qu'ils occupent indument

    Décidément, Alexis Corbière et sa compagne Raquel Garrido sont de vrais Insoumis. En effet, les deux proches de Jean-Luc Mélenchon ne veulent toujours pas quitter leur logement social de quatre pièces où ils habitent avec leurs trois enfants depuis 2003. Et pourtant, en juin dernier, Alexis Corbière affirmait dans L’Obs, qu’il allait habiter dans sa circonscription. Les mois sont passés mais le couple continue d’occuper le HLM de 80m² situé dans le 12e arrondissement de Paris, et dont le loyer s’élève à environ 1.200 euros, affirme BuzzFeed ce mardi 10 octobre.

    “C'est du jamais vu, nous avons dû envoyer un huissier”

    Face à cette situation, la Régie immobilière de la ville de Paris (RIVP) a décidé d’agir car depuis 2009 la mairie de Paris fait pression sur tout élu ou ministre locataire d'un HLM. Sans oublier le fait que le salaire du couple a triplé après la présidentielle. BuzzFeed indique qu’Alexis Corbière gagne aujourd’hui 7 142 euros brut par mois contre 2 350 euros lorsqu’il était enseignant. Sa compagne, Raquel Garrido, quant à elle, perçoit en plus de ses honoraires d’avocate une rémunération pour ses chroniques sur C8 dans l’émission Les Terriens du dimanche de Thierry Ardisson.

    Le 21 juin 2017, la RIVP a donc envoyé un courrier simple et un recommandé, signé par la présidente de la RIVP et maire du 20e arrondissement de la capitale, Frédérique Calandra (PS), pour demander au couple de quitter l’appartement. Face au silence assourdissant, la RIVP a été obligée d’envoyer un huissier le 1er août. “Du jamais vu”, selon une source au sein de la RIVP, qui précise à BuzzFeed que l’organisme n’a “jamais fait cela auparavant avec des élus”. Les efforts de la RIVP ont été vains, encore une fois. “Nous n'avons reçu ni lettre de courtoisie ni préavis de départ”, indique la source de BuzzFeed. Un nouveau courrier sera envoyé le mois prochain si la situation reste inchangeable, précise le site d’information.

    “Depuis des mois, mon honneur est sali”

    Contacté par BuzzFeed News, Alexis Corbière se dit “victime d'une campagne de calomnie”“J'avais déjà reçu le courrier », affirme-t-il, précisant qu’il n’était pas “au courant pour le recommand锓Je faisais des sessions parlementaires jusqu'à 1h du matin”, se défend-il critiquant la régie “qui aurait pu l'appeler”, se justifie le député.

    “Cette lettre n'appelait aucune réponse et il faudrait peut-être que je trouve un logement d'abord”, fustige-t-il. “Depuis des mois, mon honneur est sali, j'ai dit à la presse que j'allais quitter ce logement. Je vais le faire. Je suis en train de chercher un logement, mais avec une famille de trois enfants, ça ne se fait pas en claquant des doigts”.

    Source : http://valeursactuelles.com


    votre commentaire
  • Sur 100 € payés à la pompe, vous avez pour 30 € de carburant et 70 de taxes !

    Nicolas Hulot a annoncé que le rapprochement des fiscalités du gazole et de l'essence se fera vite. Mais saviez vous que les taxes représentent désormais 70 % du prix d'un litre ? Explications.

    Nicolas Hulot veut aller vite pour modifier la fiscalité du diesel et de l'essence. Objectif :un prix semblable à la pompe pour les 2 carburants. "La fiscalité sur le diesel à la pompe sera la même dans un horizon assez  proche", a-t-il annoncé en juin, regrettant qu'une partie des Français aient été  "incités pendant des années (...) à acheter des véhicules polluants [diesel]".

    Mais saviez vous comment fonctionne cette fiscalité ? Et surtout, saviez vous qu'elle atteint des sommets ? Au mois de juin 2017, pour 100 euros de diesel payés à la pompe, l'automobiliste obtient moins de 30 euros de carburant, les quelque 70 euros restants allant dans les caisses de l'État. En 2014, la proportion était de 50 %.

    Une situation qu’avait déjà dénoncée l'Automobile club association en mars 2016 dans une étude consacrée à la fiscalité des carburants, évoquant à l’époque un "délire fiscal". Il faut dire qu’un paradoxe ressort : alors que le prix du baril de brut a baissé de près de 20 % entre 2015 et 2017, celui à la pompe n'a que très peu évolué, maintenant un niveau compris entre 1,3 euros et 1,5 euros par litre pour l’essence, entre 1 euro et 1,3 euros pour le gazole. La faute à la taxation du carburant. Voici les éléments qui la composent :

    TVA ⇒ D'abord, le carburant est soumis à la taxe sur la valeur ajoutée au taux dit "normal" de 20%,

    TICPE ⇒  Puis à la Taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques qui s’établit à :

    • 0,531 euro/litre de gazole                  

    • 0,651 euro/ litre d'essence

    TVA sur la TICPE ⇒  Enfin, cette TICPE est assortie de sa propre TVA (20% également), qui devient alors un impôt sur l'impôt.

    Le rapprochement des TICPE du diesel et de l'essence a été engagé en 2016. Un rapprochement qui s'est déjà traduit par une augmentation de 1 ct/litre pour le diesel et une baisse de 1 ct/litre pour l'essence. Comme prévu, cette mise à niveau des fiscalités du gazole et de l'essence se poursuivra, pour arriver au même niveau "dans un horizon assez proche", a confirmé le ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot, sans donner de calendrier.

    Source : http://lci.fr


    votre commentaire
  • Danièle Obono compare la Manif pour tous aux islamistes… pourquoi se gêner ?

    Sur les grands médias « gommettes vertes », ayant passé haut la main le contrôle qualité Décodex, on ne disserte, comme chacun sait, que de façon nuancée et étayée, tout y est hautement fiable.

    Ainsi, la députée Danièle Obono, sur France Info, a-t-elle pu, avec le plus grand sérieux, établir un parallèle entre le terrorisme islamique et… la Manif pour tous. Toujours plus loin, toujours plus fort : « Est-ce qu’il y a des personnes qui, au nom de leur religion, ont une idéologie réactionnaire et discriminante ? Oui ! De toutes les religions. Je vous rappelle qu’il y a quatre ans, il y a eu des dizaines de milliers de personnes qui sont descendues dans la rue au nom de leur religion (ah bon ?) pour s’opposer à une loi qui finalement a été votée » (c’est interdit ?). Et de poursuivre avec assurance : « Oui, il y a donc des personnes qui utilisent leur religion comme justification de leur comportement […] et qui justifient les actes d’autres personnes pour commettre des actes terroristes. » La journaliste de France Info lève un sourcil perplexe, émet une molle objection : « Ce n’est quand même pas du terrorisme. » Merci, vraiment, pour le gentil « quand même » qui ira droit au cœur desdits manifestants.

    Personne, sur le plateau, pas un seul de ces distingués journalistes décorés de l’ordre de la pastille verte, de ces grands officiers du Décodex, n’a osé demander à Danièle Obono de citer l’ombre du début du commencement d’un acte terroriste inspiré de près ou de loin – même de très, très loin – par LMPT.

    Pour minimiser l’horreur absolue, excuser l’inexcusable, il faut bien dire qu’à gauche, on commence à ramer… on donne d’un côté de la pagaie relativisme, de l’autre de la pagaie syllogisme. En rythme, et on recommence. « Tous les chats sont mortels. Socrate est mortel. Donc Socrate est un chat », expliquait doctement le Logicien dans Le Rhinocéros de Ionesco. Tous les islamistes sont monothéistes. Le christianisme est monothéiste. Donc le christianisme est islamiste. Saperlipopette, c’est clair comme de l’eau de roche.

    Et l’on peut décliner les variantes à l’infini : les terroristes sont croyants. Les catholiques sont croyants. Les catholiques sont donc des terroristes. J’ai bon, Danièle ? C’était déjà, du reste, peu ou prou la démonstration développée lors de son intervention à la tribune de l’Assemblée le 27 septembre dernier.

    C’est, d’ailleurs aussi, en filigrane, la philosophie générale de toute la rhétorique « laïcité ». « Religion au travail : comment les entreprises font face », titrait Le Parisien, il y a quelques jours. « Deux managers sur trois sont confrontés au fait religieux dans leur entreprise », pouvait-on lire… avant quelques exemples : « C’est le refus de travailler sous les ordres d’une femme, d’accomplir une tâche à l’heure de la prière ou pendant le ramadan. » Il ne s’agit donc que d’une seule religion. Mais ce sont toutes les autres que l’on fourre dans le même sac : l’islam pose des problèmes au travail. L’islam est une religion. Toutes les religions posent donc des problèmes au travail. 

    C’était encore le point de vue, il y a quelques jours dans Libération, de Nicolas Mariot, qui avait comparé la radicalisation islamique façon Merah à la radicalisation patriotique des poilus. L’historien, face à la vague d’indignation, a présenté ses excuses à ceux qu’il avait pu choquer – c’est assez rare et méritoire pour le signaler -, mais l’idée était là.

    C’était, enfin, l’angle de Sonia Nour, collaboratrice à la mairie de La Courneuve, renvoyant, à propos de la gare Saint-Charles, le « martyr (sic) [qui] égorge une femme et poignarde une autre » au « terrorisme patriarcal [qui] nous tue tous les deux jours ». Le terroriste islamiste, en somme, n’est pas plus criminel que le Français moyen, et Socrate fait miaou quand on lui gratte le cou. C’est moi, ou ce pays devient doucettement un asile de fous ?

    Gabrielle Cluzel

    Source : http://bvoltaire.com


    votre commentaire
  • Faute de soutien, Manuel Valls retire sa candidature pour la présidence du conseil syndical de son immeuble

    © Olaf Kosinsky© Olaf Kosinsky

    L’ancien premier ministre Manuel Valls enchaîne les désillusions. Après son échec récent lors des élections présidentielles, l’ancien membre du gouvernement de François Hollande a dû renoncer à sa candidature au conseil syndical de son immeuble.

    La cote de popularité de Manuel Valls n’a jamais été aussi basse. Après avoir essuyé plusieurs échecs et avoir été écarté d’office du gouvernement Macron, l’ancien homme fort du PS vient de vivre un des plus gros revers de sa carrière. Pourtant confiant après avoir reçu le soutien de la gardienne de son immeuble, celui qui pensait se diriger vers une victoire facile n’a pas réussi à réunir à nouveau. « Quand on voit comment il a géré la France , on n’est pas sûr qu’il soit apte à gérer une copropriété correctement »déclarait Gérard ce matin , près du local poubelle.

    Les derniers sondages le plaçaient en 6ème position juste avant le chat de Madame Rieu du 2ème. L’ancien pensionnaire de Matignon a donc surement voulu éviter une nouvelle déconvenue et a préféré se retirer. Pas rancunier, l’ancien Premier ministre a organisé une fête avec ses voisins pour son départ de la présidence, fête qui a dû être malheureusement annulée après le désistement de l’ensemble des participants – sa femme comprise.

    Finalement, c’est Manu Macroche, un voisin du 4ème qui a été élu à sa place. Un jeune homme qu’il avait lui même lancé en lui confiant l’organisation de la fête des voisins l’année dernière quand il était encore président du conseil syndical. Pas découragé pour autant, l’ancien maire d’Evry a décidé ce matin d’exercer son éloquence devant ses géraniums. Malheureusement, Manuel Valls s’est retrouvé à nouveau seul puisque les plantes ont inexplicablement fané alors que Manuel Valls s’approchait du balcon.

    http://www.legorafi.fr/


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique