• L'ex-chef des cuisines de l'Élysée raconte les caprices des présidents

    L'ancien chef des cuisines de l'Elysée, Bernard Vaussion

    LE SCAN POLITIQUE - Parti à la retraite en octobre dernier, Bernard Vaussion a passé 40 ans dans les cuisines de la présidence de la République. Il publie Au service du palais (Editions du Moment) où il livre ses anecdotes.

    De Claude Pompidou à François Hollande, de Mouammar Kadhafi à Angela Merkel, tous ont un jour goûté aux plats de Bernard Vaussion. L'ancien chef des cuisines de l'Elysée publie le 5 juin prochain Au service du palais (Editions du Moment) où il raconte ses souvenirs. On y découvre que Nicole Bricq n'a pas été la seule à juger durement les cuisines républicaines.

    » La tarte qui fait honte à VGE

    Valéry Giscard d'Estaing est strict quant à la confection des profiteroles: la pâte des choux doit être molle et non croustillante. Mais l'ex président de la République n'a surtout pas apprécié la confection d'une tarte aux pommes. Servie au roi marocain Hassan II lors d'un dîner, le dessert a été l'objet d'un courroux présidentiel. VGE a fait part de «sa honte» d'avoir vu une tarte «aussi médiocre». Au fort de Brégançon, raconte le cuisinier, le président ne fait pas autant de manières, déambulant dans les cuisines en maillot de bain, palmes aux pieds, à la recherche de biscuits Petits Lu.

    » Le caviar à la cuillère sous Mitterrand

    Le cuisinier fait un bilan très dur du passage de François Mitterrand à l'Élysée: «L'expression gauche caviar se justifie pleinement», ironise-t-il. Bernard Vaussion narre «les goûts de luxe de la cour qui entoure François Mitterrand». «Un grand pot de caviar trône souvent à côté d'un plat de saumon fumé (...) les convives sont priés de se servir sans retenue». Michel Charasse le déguste «à la cuillère». «Vous allez voir, on va leur presser le citron aux Français», lance alors le ministre du Budget de l'époque.

    Le grand chef parle d'un président «capricieux». «Le pain est jugé trop mou (il vient pourtant de la meilleure boulangerie de Paris), la garniture est jugée trop fade ou manque d'originalité. Il préfère souvent envoyer son chauffeur ou un garde dans une boulangerie: ‘Même pas capables de faire des sandwichs'», lance-t-il aux cuisiniers du palais.

    Lors d'un déjeuner avec Anne Lauvergeon, celle-ci s'interroge sur la provenance des pétoncles en doutant de leur fraîcheur. «Encore du congelé», critique François Mitterrand.

    » De la viande de choix pour le chien de Chirac

    La gamelle de Sumo, le bichon du couple Chirac, n'échappe pas à la surveillance de Bernadette Chirac. «Pas de croquettes, une nourriture fraîche, pas de conservation au frigo plus d'une journée, la viande doit être coupée en lamelles plutôt qu'en carrés», se souvient Bernard Vaussion. «Les recommandations changent fréquemment (...) il deviendrait plus difficile de s'occuper de Sumo que du président lui-même», estime-t-il. Ce dernier, plus simple, tient à faire bouillir son lait le matin, quitte à l'oublier sur le feu.

    » De la glace au café pour Sarkozy

    Nicolas Sarkozy a un faible pour la glace au café. Le cuisinier doit toujours veiller à en avoir en stock. Y compris dans l'avion présidentiel. Mais il est arrivé au chef de l'oublier. Un aide de camp est aussitôt venu lui parler de cette «négligence». «On aurait cru qu'Air Sarko One (le surnom donné à l'avion présidentiel, ndlr) avait failli s'abîmer en mer (...)». Avant chaque vol, Bernard Vaussion accrochait une grande pancarte dans la cuisine: «Surtout n'oubliez pas la glace au café du président.»

    Le patron des cuisines souligne enfin la rapidité avec laquelle les repas sont expédiés par le précédent locataire de l'Elysée, avec un record de douze minutes pour un déjeuner entre Nicolas Sarkozy et Barack Obama.

    Au service du palais, Bernard Vaussion - Christian Roudaut, Editions du moment, 16.95 euros

    http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/coulisses/2014/05/28/25006-20140528ARTFIG00222-l-ex-chef-des-cuisines-de-l-elysee-raconte-les-caprices-des-presidents.php

     


    votre commentaire
  • Haitem et Mohamed dépouillaient les touristes sur la plage de Nice : 4 mois ferme ...

    Deux voleurs de plage ont été condamné ce lundi à quatre mois ferme assortis d’un mandat de dépôt.

    Ils pourrissent les vacances de nombreux estivants qui profitent des plages niçoises, y compris la nuit tombée. Haithem, 23 ans, et Mohamed, 30 ans, ont été arrêtés par la police, soupçonnés d’avoir subtilisé des sacs près du Quai des Etats-Unis la nuit du 18 au 19 juillet et d’avoir couvert leur fuite en lançant des galets.

    Ils avaient été repérés rue Jules-Gilly dans le Vieux-Nice moins d’une heure après leur forfait. Ils ont été formellement reconnus par leurs victimes mais ont nié farouchement à leur procès ce lundi, en correctionnelle.

    Sauf que Mohamed a été trouvé en possession d’un téléphone portable qui appartenait à l’une des touristes dépouillées. Et que lors de sa garde à vue, il a accusé formellement Haithem d’avoir volé un sac sur la plage en faisant mine de faire tomber sa serviette.

    Le procureur Jean-Michel Prêtre a requis quatre mois ferme assortis d’un mandat de dépôt pour chacun des prévenus.

    Peine qu’a prononcée le tribunal présidé par David Hill.

    Source : Nice Matin


    votre commentaire
  • Paris : les migrants de La Chapelle évacués, un nouveau camp préparé en grand secret

    Paris : les migrants de La Chapelle évacués...

      >Île-de-France & Oise>Paris>Paris XV|Céline Carez|18 août 2017, 6h43 | MAJ : 18 août 2017, 7h32|   0
     

    Ce vendredi, à l’aube, les bus de police ont repris leur ballet. Après l’opération colossale du 7 juillet dernier, ils ont commencé à évacuer le campement de migrants situé porte de la Chapelle, dans le XVIIIe arrondissement de Paris.

    Une partie d’entre eux doit être transférée dans un campement installé en grand secret dans le XVe arrondissement, rue Lacretelle. L’Etat, la Préfecture de région, la Préfecture de police et la Ville y ont aménagé un terrain près de la porte de Versailles.

    Géré par l’association Aurore, ce campus sportif de l’Institut d’éducation physique, de l’université Paris II Panthéon Assas, propriété de l’Université de Paris, devrait accueillir plusieurs centaines de migrants sur ce terrain qui s’étale sur plusieurs hectares entre les rues de Vaugirard et Lacretelle.

     -
    Rue Lacretelle (XVe), porte de Versailles. Le nouveau camp devrait accueillir 500 migrants sur un site universitaire. LP/Céline Carez

    Ce jeudi après-midi, des ouvriers montaient les latrines du camp. « On a bien travaillé », commentait un ouvrier devant un horizon de tentes géantes montées au centre de la piste d’athlétisme.

    La colère du maire du XVe arrondissement de Paris

    Le « bon travail » n’est pas du goût de Philippe Goujon… « J’ai appris fortuitement qu’un camp de 500 migrants allait s’installer sur mon arrondissement, sur un site universitaire, s’étrangle le maire LR du XVe, un camp avec des tentes de la Croix Rouge comme en Syrie ou au Liban ! Le préfet de région m’a dit qu’il n’avait pas trouvé d’autres sites en Île de France ». Le maire du XVe cite ses gymnases Cévennes et Keller, déjà réquisitionnés pour y accueillir ponctuellement des migrants.

    Reste que rue Lacretelle, les migrants ne devraient rester que quinze jours. « C’est ce qu’on m’a dit en tout cas, mais est-ce pour me rassurer ? », s’inquiète le maire. Sur l’association Aurore qui gère le camp, le maire n’a pas de reproches. « Ils gèrent ça très bien ».

    Côté riverains du XVe, certains sont déjà montés au créneau, sur les réseaux sociaux - notamment Twitter - mais également au standard de la mairie du XVe. Anne, habitante du XVe, s’indigne « d’un camp installé en douce dans la nuit par la Mairie de Paris ».

     

    Un terrain qui appartient à l'Etat
     

    « C’est une décision qui ne nous appartient pas !, recadre le porte-parole de la mairie de Paris. Et c’est un terrain qui appartient à l’Etat ».
     

    A l’Hôtel de ville, on demande « une orientation des migrants vers des CAO (centres d’accueil et d’orientation) répartis sur le tout le territoire. Sur l’évacuation du camp de la porte de la Chapelle, « il n’a que trop duré. 2 000 personnes qui dorment dans la rue, ce n’est pas possible ! ».
     

    Ce vendredi, à l’aube, les agents de la ville devaient aussi participer à l’évacuation du camp de la porte de la Chapelle. « Nous serons présents pour les publics vulnérables, mineurs, familles avec enfant de moins de trois ans et femmes enceintes ».

      leparisien.fr


    votre commentaire
  • Charivari autour de Neymar pour faire oublier le gouffre financier des JO d’Hidalgo

    Cette journée bruisse, que dis-je, s’époumone sur le fait d’actualité du moment : un très coûteux transfert dans le monde du football réputé pour sa pureté, sa transparence, son honnêteté, son absence de matchs truqués, son sens de la mesure. Pensez donc, Neymar, footballeur qui gagnait déjà à l’âge de 16 ans 6.800 euros mensuels, est pressenti pour devenir un migrant pour la bagatelle de 222 millions d’euros.

    222 millions, c’est indéniablement une somme énorme, disproportionnée, obscène, d’autant plus que le Qatar qui possède le PSG investit sur l’étoile montante du foot pour engranger de juteux bénéfices qui fortifieront encore cette terre de djihadisme, de maltraitance des femmes, d’absence de liberté, etc. Tout cela est archi connu, régulièrement dénoncé à juste titre, rien de nouveau sous le soleil. Cet abject pays où la civilisation n’est pas encore arrivée ne débarque pas chez nous, cela fait un bout de temps qu’il achète notre pays par petits morceaux, nos terres, nos bâtiments, nos fleurons français, notamment le PSG, objet actuellement de toutes les attentions. On ne remerciera jamais assez Nicolas Sarkozy pour avoir aidé à tout cela. Quand on peut rendre service aux amis argentés…

    En comparaison de ce gros chèque qatari pour se payer un fervent catholique qui se signe et proclame que  » la vie n’a de sens que lorsque notre idéal le plus élevé est de servir le Christ ! », l’achat de Zidane en son temps n’avait coûté, lui, « que » 75.000.000 d’euros. Eh oui, l’inflation, mesdames, messieurs…

    Faut-il rappeler par ailleurs que si le PSG rapporte gros au Qatar, c’est avant tout parce qu’un public friand de ce sport le permet. Chaque place payée, chaque t-shirt acheté, chaque match regardé avec son lot de publicités, tant dans le stade même que durant la mi-temps, participe activement à l’enrichissement du Qatar qui nous achète et finance ceux qui nous égorgent, même si ce n’est pas l’unique source de revenus de ce pays hostile. Un fleuve ne sort pas de nulle part quand il se jette dans la mer, il a une source… Regarder un match du PSG-Qatar en mangeant sa pizza, c’est aussi une façon de cautionner malgré soi le djihadisme et son lot d’horreurs, que cette évidence plaise ou non.

    Alors, la somme est choquante, certes. Mais on pourrait tout aussi bien gloser sur les cachets exorbitants de certains acteurs ou encore fustiger les salaires tout aussi injustifiés des gros cadres du CAC 40 et de leurs parachutes dorés, de leur stock options, et autres petits avantages divers. Mme Pénicaud s’est récemment illustrée pour avoir gagné plein de pépettes sur le dos de 900 licenciés de chez Danone, un scandale autrement plus révoltant en termes de conséquences sociales et financières sur les malheureux sacrifiés.

    Au-delà du montant vertigineux de ce transfert, du point de vue de quelqu’un « qui n’est rien » et qui ne peut revendiquer qu’un salaire ordinaire, il faut tout de même comprendre que ce changement de club tarifé ne coûtera pas un seul centime aux contribuables. Cet argent ne sort pas de votre poche, pas de panique !

    Ce qui sortira de votre poche, en revanche, ce sont les milliards que vont coûter ces monstrueux JO parisiens de 2024, lesquels ne rapporteront de bénéfices qu’aux entreprises dûment agréées par le CIO et en aucun cas à l’économie de notre pays. Mieux vaut d’ailleurs ne pas trop se poser de questions sur les marchés négociés ni sur les contreparties. Le sans-dents n’a pas à savoir ces choses-là, ce n’est pas de son niveau intellectuel. Qu’on resserve plutôt à ce gueux une louche d’Hanouna pour lui rectifier les neurones ! Les 222 millions pour Neymar passent, à côté des JO, pour un pourboire mesquin.

    L’affaire Neymar couve depuis plusieurs jours, après que son ami Gérard Piqué a vendu une mèche mouillée, mais il ne vous aura pas échappé qu’elle éclate en bouquet bien garni pile poil le lendemain de la confirmation de Paris pour l’organisation de ces prochains JO d’un coût de 6,6 milliards d’euros. Et encore, cette somme prévisionnelle risque non seulement d’être sous évaluée mais, de surcroît, les équipements construits pour l’occasion continueront dans les décennies suivantes de générer des coûts d’entretien très lourds pour les collectivités. A moins qu’à l’instar d’autres villes olympiques, les prohibitives infrastructures ne soient, aussitôt les 15 jours de festivités terminés, abandonnées à la décrépitude, aux petites bêtes et aux orties, comme en attestent les images de France Info.

    Ces jeux à visée distractive générant ces temps-ci des étranglements indignés et quelques dérangements aux entournures, hop-là, les gros sabots financiers du transfert de Neymar arrivent à point nommé pour détourner le regard et la grogne du quidam sur ce montant, pour le coup ridiculement dérisoire – et je le répète : privé – au regard de l’abyssale dépense, cette fois bien publique, des Jeux Olympiques vendus avec force publicité par Anne Hidalgo. L’argent public ne sortant pas de la poche de l’amère de Paris, elle peut le dépenser comme elle veut. Comme dirait l’autre « ça ne nous coûte rien, c’est l’Etat qui paie« .

    Et je ne vous parle même pas de la construction du métro d’Abidjan dont le coût astronomique de 1,4 milliard sera, lui aussi, intégralement prélevé dans les poches des Français, avec la satisfaction générale du pigeon ravi de se faire plumer par les Droits de l’Homme et la République enchantée.

    Sur Boulevard Voltaire, le journaliste Floris de Bonneville expliquait cette opulente générosité par ces mots : « la France sait être généreuse pour les autres. Sans doute pour se faire pardonner de son colonialisme d’antan dont on tait l’évidence même qu’il a sorti de la misère et de bien d’autres fléaux les pays où il a sévi et où il a bâti toutes les infrastructures actuelles« .

    Toujours est-il que l’histoire ne dit pas qui portera les mallettes, ni en-dessous de quelles tables elles s’échangeront.

    L’affaire Neymar n’est somme toute qu’un appât à gogos qui n’a d’autre visée que de vous faire râler sur un non évènement, aussi indécent soit-il, plutôt que sur deux autres faits autrement plus scandaleusement pharaoniques en termes de dépenses publiques.

    Caroline Alamachère

    Source : http://ripostelaique.com


    votre commentaire
  • Richard Roudier (70 ans) opéré en urgence après des violences policières (21 jours d’ITT)

    Richard Roudier (70 ans) opéré en urgence après des violences policières (21 jours d’ITT)

    26/07/2017 – 19h15 Montpellier (Lengadoc Info) – Le président de la Ligue du Midi, Richard Roudier, et son fils Olivier -porte parole du mouvement- étaient convoqués ce lundi 24 juillet au commissariat de Montpellier pour une simple audition. Aussitôt placés en garde à vue, ils sont sortis 30h après, avec un placement sous contrôle judiciaire et convocation au tribunal. Richard Roudier, quant à lui, a du être transféré aux urgences pour subir une opération chirurgicale suite à des violences policières en cellule.

    Le président de la Ligue du Midi passe 30 heures en garde à vue

    Richard Roudier et son fils Olivier, étaient convoqués ce lundi au commissariat de Montpellier pour une simple audition suite à l’occupation spectaculaire par des militants de la Ligue du Midi, des locaux d’une association subventionnée qui accueille des mineurs isolés étrangers. Des immigrés clandestins qui sont à l’origine de nombreuses agressions et violences dans le centre-ville de Montpellier.

    Arrivés au commissariat, Richard Roudier et son fils ont été immédiatement placés en garde à vue et ont passé la nuit en cellule pour être présentés devant le procureur le lendemain au Tribunal de Grande Instance.

    Au final, plusieurs chefs d’accusation ont été rapidement écartés, comme, par exemple, les accusations de racisme. Richard Roudier et son fils ont donc été libérés au bout de 30 heures de garde à vue mais placés en contrôle judiciaire et convoqués au tribunal début décembre. Ils sont poursuivis pour les faits de dégradations en réunion. « En guise de dégradations, on me reproche la casse de 4 tasses à café, c’est n’importe quoi ! » précise Olivier Roudier.

    Violences policières contre Richard Roudier et refus de soins pendant la garde à vue

    Mais l’affaire ne s’est pas arrêtée là puisque Richard Roudier a du être évacué par les pompiers et hospitalisé suite à des violences exercées contre lui par au moins un policier alors qu’il était en cellule. Les faits nous ont été relatés par Olivier Roudier, témoin direct de la scène, joint par téléphone et confirmés par une source policière présente dans le bâtiment au moment des faits.

    « Mais le pire est arrivé au moment où nous allions partir au moment de passer devant le Juge des Libertés et de la Détention (JLD). Un officier de police, qui s’est présenté comme étant le chef de la souricière, avait pris mon père en grippe et après lui avoir refusé son cachet d’aspirine, il lui refusait d’aller aux toilettes. Afin de mettre fin à la discussion, le policier a violemment fermé la porte de la cellule en coinçant les doigts de mon père dans la charnière. Il a même verrouillé la porte, les doigts de mon père encore coincés à l’intérieur ! Et pendant une ou deux minutes ! Il est ensuite parti au bout du couloir. Mon père hurlait de souffrance et moi je criai pour que quelqu’un vienne ouvrir la porte. Le policier est revenu et a enfin ouvert, juste le temps que mon père retire ses doigts. Il a ensuite refermé et est reparti. Mon père est resté sans soins pendant plus de dix minutes dans la cellule. Il y avait du sang partout et on croyait qu’un des doigts était sectionné. Mon père hurlait et moi je criai pour qu’on appelle les pompiers. Toujours le même flic, un gaillard de 100 kilos, nous a alors dit que si nous n’arrêtions pas de crier, il n’appellerait pas les pompiers… Hallucinant ! Même ses collègues étaient espantés. Les pompiers sont arrivés au bout d’un quart d’heure et mon père a pu avoir les premiers soins. La JLD était furax et elle a même du faire signer ses papiers à mon père dans le camion des pompiers. »

    Richard Roudier

    Richard Roudier a donc été transporté aux urgences de l’hôpital de La Peyronie. Il a été opéré avec succès durant 1 heure par plusieurs spécialistes de la main dans la soirée. Il est ressorti ce mercredi avec 21 jours d’ITT.

    La Ligue du Midi promet de ne pas en rester là et une plainte serait à l’étude.

    Richard Roudier

    Photos : Ligue du Midi/Roudier

    http://www.lengadoc-info.com/5352/politique/richard-roudier-70-ans-opere-urgence-apres-violences-policieres-21-jours-ditt/


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique