• Le traiteur Fauchon souhaite être placé en redressement judiciaire


    Le traiteur Fauchon annonce ce mardi avoir sollicité auprès du tribunal de commerce «l'ouverture d'une procédure de redressement judiciaire» pour son siège et ses boutiques parisiennes, après avoir souffert des conséquences de la crise sanitaire.
    Le chiffre d'affaires de l'entreprise a été «durement impacté» successivement, par les mouvements sociaux des gilets jaunes et de protestation contre la réforme des retraites, puis les semaines de fermeture imposées par l'épidémie de Covid-19, précise dans un communiqué la chaîne emblématique.
    Cette procédure concerne pour l'instant ses activités en propre, c'est à dire le siège social et les magasins parisiens situés place de la Madeleine.
    Source

    votre commentaire
  • Taxes et impôts : pas de masques pendant l'épidémie, mais le gouvernement achète pour 120 millions d’euros de radars !


    Un nouveau modèle de radar automatique est train d’être testé sur l’A15 près de Paris. […]

    Il en reprend en tout cas toutes les caractéristiques que nous lui connaissons déjà, à savoir qu’il doit pouvoir être installé facilement sur le mobilier urbain, être capable de verbaliser plusieurs types d’infractions (vitesse, feu rouge, sas vélo, etc) et pouvoir faire office de cabine leurre.

    Selon le marché public signé fin 2018 pour 150 millions d’euros et qui s’étend sur 12 ans ( ! ), les deux fabricants retenus, qui sont Idemia et Parifex, disposent de deux ans pour réaliser la phase de développement et d’expérimentation de ces nouveaux modèles avant leur homologation et le début de leur déploiement.

    […]

    Illustration et lire la suite sur Radar Auto 

    votre commentaire
  • Gerbe a la poubelle à l’île de Sein avec même la bravoure du maire ...Par :Pieds Noirs 9A..

    Marine trahi les Français d'Algérie en se rendant à l’île de Sein ,dont a bien était remercier par les gauchos de l'Iles

    De Gaulle et les Pieds-Noirs

    Il faut dire que De Gaulle dédaignait les Arabes, et qu’il n’avait aucune envie de les intégrer dans la Nation Française. Mais il ne faudrait pas oublier qu’il haïssait les Français d’Algérie,des gens de sang et du drapeau tricolore ,patriote de la mère patrie ! Cela remontait bien sûr à la Deuxième Guerre mondiale, au cours de laquelle lesdits Français d’Algérie avait successivement pris parti pour Pétain, puis pour le grand rival de De Gaulle, le général Giraud, poussé par les États-Unis.
    Dans « Le Canard enchaîné » du 14 août 2012, il y avait en page 7 un compte-rendu d’un livre de Georgette Elgey, De Gaulle à Matignon (il a été Président du Conseil, c’est-à-dire Premier ministre, du 1er juin 1958 à sa prise de fonction comme président de la République, le 8 janvier 1959). Georgette Elgey est une historienne qui avait 83 ans et très compétente, qui n’écrit pas n’importe quoi. Or elle rapporte que De Gaulle, qui prétendait, depuis son départ en janvier 1946, s’être « retiré dans son village avec son chagrin », n’a en réalité jamais cessé de comploter pour préparer son retour. En effet, il avait démissionné bêtement, sur un coup de tête, et s’était imaginé que le bon peuple, en larmes, viendrait à Colombey le supplier de revenir. Le bon peuple s’est abstenu, et a vite adopté le président Vincent Auriol, un socialiste débonnaire, jadis énergique ministre des Finances du Front Populaire, qui invitait les chansonniers à sa table et ne faisait pas de chichis.
    D’ailleurs, en 1959, un livre avait paru, Les treize complots du 13 mai, qui détaillait tout cela et faisait valoir que le retour de De Gaulle n’avait pas été si spontané qu’on a voulu le faire croire. Les gaullistes, qui s’étaient chargés, durant les douze ans de la mythique traversée du désert, de faire tomber les gouvernements de la Quatrième République, l’un après l’autre, pour déconsidérer le régime, ont agité le spectre du coup d’État militaire afin de faire accroire que seule leur idole était capable d’empêcher ça !
    La thèse a été reprise par Jean-Louis Tixier-Vignancour, avocat du général Salan, qui a réussi de la sorte à sauver la tête de son client (alors que le général Jouhaud, jugé avant Salan, avait été condamné à mort), en exposant que De Gaulle s’était servi des aspirations pour endormir les Pieds-Noirs ,ainsi leur faire croire qu’il était le seul à pouvoir garder Française l’Algérie. De Gaulle les a méprisés , trahis en faisant cadeau sur un plateau d'argent clés en mains l'Algérie Française aux égorgeurs du FLN , et le pire n’a rien fait, le temps de l’exode venu, pour leur faciliter la réinstallation en métropole des Français d'Algérie. cela fut une honte .Rappelons que, pour les harkis, ce fut pis, ils les a froidement envoyés au massacre au mains des égorgeurs .

    Et voila bien fait pour notre girouette ,qui veut se ravitailler à tous les râtelier ...

    HONTE A MARINE ! ELLE N'AURA PAS MA VOIX !...


    votre commentaire
  • Posté par: Pieds Noirs 9A..

     Junie Stella K : « Mon avis sur les manifestations dites anti racistes en France par les africains. »

    <<Je suis Africaine et je ne me reconnais pas dans les messages de haine qui sont actuellement à la une dans toute la presse française. Je ne me suis jamais sentie offusquée en France ou quoique ce soit à cause de ma couleur de peau.>>



    votre commentaire
  • L'auteur

    Ecrivain

    Si les « cons » volaient, Gérard Miller ne serait pas chef d’escadrille mais ministre de l’Aviation. Comment peut-on débiter autant d’âneries sur un plateau télé et comment peut-on inviter à débattre un aussi pitoyable représentant de la gauche française ?

    Sa dernière affirmation, vendredi, est à retenir parmi les absurdités les plus remarquables car, pour lui, il n’est pas absurde de « déboulonner » les statues des généraux et maréchaux français qui ne sont que des « assassins ».

    Sait-il que dans les guerres les armées sont en présence pour se massacrer et que c’est celle qui massacre le plus qui l’emporte ?

    Est-ce que les généraux et les maréchaux qui dirigeaient, sous son copain Staline, les armées de l’URSS et envahissaient la Pologne et la Prusse en massacrant et violant n’étaient pas également des « assassins » ?

    Est-ce que ses copains communistes qui collaboraient avec les nazis jusqu’à l’automne 1941, assassinant des partisans et sabotant les usines n’étaient pas des « assassins » ?

    Est-ce que ses amis communistes qui appelaient sur l’Humanité à massacrer les Arabes au mois de mai 1945, à Sétif, n’étaient pas des « assassins » ?

    Est-ce que ses amis communistes qui aidaient le FLN à tuer des jeunes soldats français en Algérie, et des policiers dans la région parisienne, n’étaient pas des assassins ?

    Et il explique, Gérard Miller, que l’on pourrait mettre des « plaques » sous les noms des avenues, des rues, des places, des statues, afin de renseigner sur ce que ces « assassins » ont fait de leur vivant. Il me semble qu’on devrait le prendre au mot et expliquer à la jeunesse, totalement désinformée, les millions de gens que les amis communistes de Miller ont « assassinés » durant des décennies, en France et dans le monde.

    Il va même plus loin, le Miller, « Pourquoi ne pas baptiser une rue « Traoré » » a-t-il osé répliquer ! Si l’on devait baptiser des rues, des avenues ou des places du nom de tous les « Français » qui ont été assassinés par ceux devant lesquels il est à la mode de s’agenouiller aujourd’hui, qu’ils soient de couleur ou maghrébins, Paris ne serait pas assez étendu.

    Nous vivons non pas l’une des pires périodes de notre histoire, il y en a eu bien des pires, mais l’une des plus humiliantes et des plus décevantes ! Nous avons un président de la République, un ministre de l’Intérieur et une ministre de la Justice qui nous font honte par leur comportement proche de la soumission.

    Non seulement ils permettent à des manifestations interdites de se dérouler en toute tranquillité, mais demandent aux commerçants de fermer leurs magasins afin qu’ils ne soient pas vandalisés, pillés, frappés.

    Ils laissent les statues de « nos héros » se fracasser sur le sol, être piétinées, peinturlurées et pas une voix ne s’élève, pas un geste protestation et des forces de l’ordre totalement muselées.

    Ce n’est pas sous Clemenceau que cela aurait pu se produire.

    Monsieur le Premier ministre, si vous n’êtes pas d’accord, si vous ne cautionnez pas, éloignez-vous, ne restez pas à leurs côtés : démissionnez !

    Nous n’avons pas à nous excuser, à cause de notre couleur de peau, en tant que Français, pour la mort d’un Afro-Américain aux États-Unis. Nous n’avons pas à nous excuser pour la mort d’un délinquant, Adama Traoré, une mort accidentelle qui a eu lieu à la suite d’une interpellation qui n’était pas liée, c’est important de le rappeler, à sa couleur de peau, mais aux crimes qu’il aurait commis

    Adama Traoré avait été interpellé lors d’une opération qui visait son frère Bagui, suspecté d’extorsion de fonds.

    Nous n’avons pas à nous excuser car nous n’avons colonisé personne. Nous n’avons jamais mis personne en esclavage de la même manière que tous ces groupes politiques et tous ces militants politiques eux-mêmes n’ont jamais été colonisés ou mis en esclavage en France »

    « Ils demandent non seulement de nous mettre à genoux, mais en plus de salir la mémoire de nos ancêtres, de cracher sur notre histoire, d’abattre nos statues… et demain, que nous demanderont-ils ? ».

    Manuel Gomez


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique