• Un collégien de 12 ans tué par balle dans un bus scolaire .

     Alsace:  un collégien de 12 ans tué par balle dans un bus scolaire

    Le bus scolaire dans lequel un collégien a été tué par balle ce lundi 16 novembre 2015à Hégenheim (Haut-Rhin).

    Le bus scolaire dans lequel un collégien a été tué par balle ce lundi 16 novembre 2015à Hégenheim (Haut-Rhin).

    Une arme à feu a été retrouvée sur un de ses camarades, âgé de 13 ans. Les raisons du drame restent inexpliquées pour le moment, selon le procureur.

     

    Apprenez l'italien Premier cours OFFERT, Profitez-en !

    Meurtre ou accident? Un collégien de 12 ans a été tué par balle dans un car scolaire, ce lundi, à Hégenheim, dans le sud de l'Alsace, et un camarade de 13 ans a été interpellé peu après en possession d'une arme à feu.

    «Je n'ai actuellement aucun élément permettant de dire que ce soit volontaire, involontaire, que ce soit un accident», a précisé le procureur de Mulhouse, Dominique Alzéari, lors d'un point de presse.

    Les faits se sont déroulés peu après 16 heures, alors que trente-cinq enfants quittaient en car le collège des Trois Pays à Hégenheim, à deux kilomètres de la frontière suisse et à huit kilomètres de l'Allemagne. Alertés pour un «jet de pétards dans le bus avec personne inconsciente», les gendarmes et les secours découvrent le garçon de 12 ans, inanimé. La jeune victime, atteinte d'un projectile, «est décédée sur place malgré tous les soins qui lui ont été prodigués», a précisé le procureur.

    Des fouilles systématiques «ont été immédiatement diligentées sur tous les abords de l'établissement», ainsi que sur les élèves, par les gendarmes, qui ont permis de découvrir une arme à feu sur un jeune de 13 ans. Ce dernier a été placé en garde à vue vers 17 heures, a souligné le procureur. Le collège a été entièrement bouclé pendant plusieurs heures, les gendarmes ayant même engagé des chiens pour en ratisser les abords.

    «Cellule d'urgence médico-psychologique»

    Pendant que les élèves étaient confinés dans l'établissement, les enquêteurs ont commencé à recueillir un nombre important de témoignages, pour tenter d'identifier les principaux témoins de la scène. L'audition du jeune de 13 ans, sur lequel une arme à feu a été découverte, devait commencer en fin d'après-midi, a précisé le procureur.

    L'inspectrice départementale de l'Education nationale, Anne-Marie Maire, a annoncé la mise en place d'une cellule psychologique. Dès mardi matin, «la cellule d'urgence médico-psychologique va entrer en action pour accueillir les enfants et les adolescents qui sont concernés par ce drame», a ajouté Mme Maire.

    Peu après 19 heures, encadrés par la gendarmerie, de nombreux élèves commençaient à être évacués par des cars scolaires ou par leurs parents venus les chercher. Très émus, certains étaient en larmes, a constaté une journaliste de l'AFP. Dans un communiqué, le président du conseil départemental du Haut-Rhin, Eric Straumann (Les Républicains), s'est ému de cet «effroyable drame». «Ce soir, nous pensons à ce jeune garçon décédé, à cette vie brisée. Nous adressons à ses parents nos pensées les plus attristées. Notre compassion va aussi à la famille de l'auteur de cet acte incompréhensible», a ajouté M. Straumann.

    Par lefigaro.fr

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :