• Toutes ces trahisons qui tuent lentement la France

    L'auteur

    Cicéron disait :
    « Une nation peut survivre à ses fous, et même à ses ambitieux. Mais elle ne peut pas survivre à la trahison de l’intérieur. Un ennemi aux portes est redoutable, car il est connu et porte ses bannières ouvertement. Mais le traître évolue librement parmi la collectivité, ses rumeurs perfides courent dans les ruelles et se répercutent dans les couloirs du gouvernement. Le traître parle avec l’accent familier de ses victimes, épouse leurs coutumes et fait appel à la bassesse qui se trouve profondément dans le cœur de tous les hommes. Il se nourrit de l’âme d’une nation, il travaille en secret dans la nuit à saper les piliers de la ville, il infecte le corps politique de sorte à briser sa résistance. Un meurtrier est moins à craindre, le traître c’est la peste ».
    Marcus Tallius Cicéron (né en 106 av. J.-C. et assassiné en 46 av. J.-C.) était un homme d’État romain, avocat et écrivain.
    La trahison ne date pas d’aujourd’hui, elle a toujours accompagné les pouvoirs en faisant des dégâts aux nations jadis prospères.
    De nos jours, elle étale ses ailes au grand jour pour le grand bonheur de l’islam conquérant.
    Elle est capable de détruire n’importe quelle société développée et ouverte au nom du mondialisme.
    La trahison, c’est le déni du réel.
    La trahison, c’est le halal et le voile dans les rues de France, en toute liberté au nom des droits de l’homme.
    La trahison, c’est le burkini comme plat de résistance.
    La trahison, c’est la charia qui s’impose au nom de la liberté religieuse.
    La trahison, c’est la soumission à la bêtise agarène.
    La trahison, c’est le culte du communautarisme.
    La trahison, c’est la collaboration assumée.
    La trahison, c’est l’abandon des pans entiers du territoire du pays à l’ennemi.
    La trahison, c’est faire le contraire de ce que l’on dit.
    La trahison, c’est la politique du renoncement.
    La trahison, c’est l’Église qui se met au service de l’islam.
    La trahison, c’est d’abord servir l’étranger surtout le clandestin, avant l’habitant.
    La trahison, c’est la fin du peuple souverain.
    La trahison, c’est la dictature des minorités.
    La trahison, c’est le règne du politiquement correct.
    La trahison, c’est une justice qui défend le coupable et pas la mère et l’orphelin.
    La trahison, c’est le larbinisme dans toute sa laideur.
    La trahison, c’est l’agenouillement permanent.
    La trahison, c’est la repentance quotidienne.
    La trahison, c’est la république en déperdition.
    La trahison, c’est le suicide de la culture française, et la fin de la France.
    Ce texte a été écrit ce jour ( 20 juillet 2021), journée de la fête de l’aïd al-adha ( dite fête du mouton), symbole de la submersion de la déferlante islamique.

    Hamdane Ammar


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :