• Christian Estrosi appelle à embarquer sur le navire macronien

     
     a dévoilé sa stratégie pour 2022. 
    Après examen des forces en présence au sein de son parti, il se rend à l’évidence : le combat ne pourra être gagné.
    Partant de là, son plan d’attaque se dessine : éviter un affrontement perdu d’avance et passer dans le camp adverse qui aura eu la bonté d’aménager un strapontin aux généraux  en panne d’électorat. En patois niçois, la tactique s’énonce ainsi : « Pour ne pas gâcher tous les talents de la droite, passons un accord avec  pour qu’il soit notre candidat commun à la présidentielle et que ceux-ci puissent participer au redressement de notre pays. »
    Rappelant les pirates d’Astérix qui préfèrent saborder leur navire plutôt qu’affronter les gaulois, le maire de Nice, du haut de son poste d’observation, aperçoit les troupes macroniennes et crie à la cantonade : « Les mama, les crocro, les macroniens !
    Plutôt se joindre à eux que sombrer dans les abysses de la politique ! »
    Mais Christian Estrosi n’est pas du bois dont on fait les radeaux de La Méduse.

    Il y a un bémol à cette rémission précoce : « Bien évidemment, il y a des conditions et cela doit se faire sur la base d’un projet commun. » Le mot d’ordre pour la campagne 2022 pourrait être « Parce que c’est notre projet !! » avec deux points d’exclamation au lieu d’un seul.
     Le Président acceptera-t-il cet apport des Républicains ?
    Outre cette épineuse affaire de ponctuation, l’unificateur niçois affirme qu’une entente entre LR et LREM est possible si Emmanuel Macron reprend les engagements de la droite visant à « agir avec force pour établir l’autorité et l’ordre »
     Les Républicains disposent, en effet, d’un Kärcher™ état neuf. 
    Encore dans son emballage.
     La majorité présidentielle ne saurait rester insensible à une telle chance.
    Enfin, du haut de sa mairie où flotte désormais le drapeau blanc, Christian Estrosi appelle le chef de l’État à faire « le choix de s’appuyer sur des compétences de la droite et du centre, face à la gauche »

     Lors du second tour qui pourrait opposer la célèbre gauchiste Marine Le Pen à Emmanuel Macron, Les Républicains feront barrage de leur corps. 
    Ségolène Le Pen ne passera pas.
    La brochette pré-primaire composée de Valérie Pécresse, Xavier Betrand, Bruno Retailleau et François Baroin (qui, d’après les météorologues, pourrait se porter candidat avant la fin de l’automne) continue, pour l’instant, à tourner sur son axe. 

    Pas encore complètement grillée. 
    Le grand chef niçois surveille la cuisson. 
    Les convives LREM ont noué leur serviette autour du cou… À quelle sauce les manger ?

    votre commentaire
  • Ces donneurs de leçon pas très Charlie…

     
    L’ouverture du procès des attentats de janvier 2015 donne au Point l’occasion de revenir sur ceux qui, à l’époque, n’avaient pas été franchement Charlie, tous ou presque évidemment issus de notre intelligentsia de gauche. 
    Jadis, Sartre ne voulait pas « désespérer Billancourt » avec le sinistre bilan de l’URSS ; en 2015, nos donneurs de leçons craignaient visiblement de désespérer ces mosquées dans lesquelles ils comptent des amis.

    Ainsi Edwy Plenel (qui tient Tariq Ramadan pour un « intellectuel respectable » et ne voit dans le burkini qu’un vêtement comme un autre) estimait que « la proclamation de la liberté d’expression […] n’implique pas que notre vie publique doive s’abaisser et s’égarer dans la détestation d’une partie de notre peuple en raison de son origine, de sa culture ou de sa religion. La haine ne saurait avoir l’excuse de l’humour. »
    Mais où était la haine, dans les dessins de Charlie ?
    Il est vrai que pour le « maître-étalon » des écoles de journalisme, sont haineux tous ceux qui ne pensent comme lui.
    Mais le patron de Mediapart était en bonne compagnie, puisque le pape François « himself » y alla de sa paternelle et très chrétienne compréhension ; mais… pour les assassins !
    « On ne peut provoquer, on ne peut insulter la foi des autres, on ne peut la tourner en dérision ! » et « si un grand ami parle mal de ma mère, il peut s’attendre à un coup de poing, et c’est normal ».

    Il est vrai que d’Argentine, les islamistes, on ne les voit que de très loin.
    Mais assimiler rafale de kalachnikov et crochet du droit, il fallait quand même le faire !
    Quant à Virginie Despentes, écrivaine grande productrice d’écrits vains (merci Lacan), l’assassinat de 17 personnes par des demeurés lui a fait plus d’effet que sa collection de sextoys.
    Hébergée par Les Inrocks (évidemment) du 17 janvier 2015, elle s’y pâme : « J’ai été aussi les gars qui entrent avec leurs armes. Ceux qui venaient de s’acheter une kalachnikov au marché noir et avaient décidé, à leur façon, la seule qui leur soit accessible, de mourir debout plutôt que de vivre à genoux. J’ai aimé aussi ceux-là qui ont fait lever leurs victimes en leur demandant de décliner leur identité avant de viser au visage [1] […] Je les ai aimés dans leur maladresse – quand je les ai vus armes à la main semer la terreur en hurlant “On a vengé le prophète” et ne pas trouver le ton juste pour le dire. Du mauvais film d’action, du mauvais gangsta rap. Jusque dans leur acte héroïque, quelque chose ne réussissait pas. Il y a eu deux jours comme ça de choc tellement intense que j’ai plané dans un amour de tous – dans un rayon puissant. » 

     Dans un rayon de viseur laser, peut-être ?

    Un an et demi plus tard, l’attentat au camion sur la promenade des Anglais a dû la laisser sacrément pantelante !

    (1) Certains survivants disent toutefois que c’est leur religion que les victimes ont été priées de décliner.

    votre commentaire
  •  

    L'auteur

    Ancien Médecin-chef de secteur de pédopsychiatrie

    Un député d’extrême gauche racialiste offensé : Obono, c’est l’arroseur arrosé !

    Ligue défense juive : “Quand les médias et politiques français défendent Daniele Obono qui admire les tueurs de juifs !” La députée d’extrême gauche Obono admire les tueurs de juifs ! Daniele Obono, députée de La France insoumise, apporte son soutien à la libération du terroriste anti-juif Georges Abdallah ! Octobre 2017, Obono signe un appel pour la libération du terroriste Salah Hamouri. Novembre 2017, Israël refuse aux islamo-gauchistes, Autain et Obono, d’entrer pour soutenir le chef terroriste emprisonné Marwan Barghouti.

    QUAND LES MEDIAS ET POLITIQUES FRANÇAIS DEFENDENT DANIELE OBONO QUI ADMIRE LES TUEURS DE JUIFS

    Plusieurs personnalités reprochent à Daniele Obono une grande proximité politique avec le parti des Indigènes de la République. Elle a signé des tribunes communes ou participé à des manifestations ou à des débats avec des personnalités du parti des Indigènes de la République. Pour le politologue et essayiste Laurent Bouvet, Obono serait un exemple de collusion entre l’islamisme et le gauchisme et de longue date proche du Parti des Indigènes de la République. Dans une interview pour le site crypto-communiste Regards en juin 2017, elle indique qu’elle n’est pas membre des Indigènes mais qu’elle est une militante politique antiraciste et qu’elle continuera à participer aux mouvements antiracistes. Le 5 novembre 2017, lors d’une interview sur Radio J, elle prend la défense d’Houria Bouteldja, critiquée pour des déclarations antisémites.

    Quand on lui demande si les propos d’Houria Bouteldja : “Les juifs sont les boucliers, les tirailleurs de la politique impérialiste française et de sa politique islamophobe” relèvent du racisme et quand on lui montre la photo d’Houria Bouteldja à côté d’une pancarte “Les sionistes au Goulag“, elle répond : “Je ne sais pas” !

    Les médias français et nombre de politiciens français ont l’indignation sélective. Dessiner la députée d’extrême gauche Obono en esclave noire est dénoncé par la gauche comme un crime. Par contre, quand la députée d’extrême gauche amène son soutien à des terroristes tueurs de juifs, c’est le silence complet !

    Valeurs actuelles est habitué aux polémiques. L’hebdomadaire propose une fiction mettant en scène la députée La France insoumise (LFI) Daniele Obono dans la peau noire d’une esclave.

    Signé Harpalus (pseudonyme), le texte est accompagné d’une illustration, entre autres, où la femme politique est représentée avec une chaîne (racialiste) autour du cou. Dans ce récit, la députée (LFI) à la peau noire expérimente la responsabilité des Africains dans les horreurs de l’esclavage au XVIIIème siècle.

    Ce qui a intéressé Valeurs actuelles a été de faire émerger le soubassement racialiste d’une pensée politique raciste soi-disant anti-raciste, une pensée mentalement esclavagiste soi-disant anti-esclavagiste qui, à la faveur d’un discours enchanteur alliant indigénisme et esclavagisme, racialise en profondeur la société.

    Le Salon beige : S’en prendre à Valeurs Actuelles pour éviter les sujets de fond ! Mise en scène dans une fiction de Valeurs Actuelles, le députée extrémiste-gauchiste (racialiste) Daniele Obono s’indigne sur les réseaux sociaux, rejointe par la classe politique gauchisante, de Jean-Luc Mélenchon à Jean Castex…

    Le Salon beige : “Insécurité : des collectifs citoyens forcent l’État à agir ! Le tribunal administratif de Marseille a condamné l’État à des dommages et intérêts du fait de mesures insuffisantes pour restaurer la tranquillité publique dans un quartier souffrant du déroulement régulier de rodéos motorisés impunis.

    “Le quartier Saint-Leu à Amiens fait aussi entendre sa voix. À Lyon aussi la colère gronde !

    “Et pas seulement dans les banlieues chaudes, comme celles de Vénissieux, mais en plein centre-ville. Le 9 novembre 2018, l’association La Vie Dejean, ayant pour objet la défense des riverains d’une rue piétonnière du 18ème arrondissement de Paris, a obtenu la condamnation de la Ville et de l’État au titre de la carence du préfet de police. La Ville et de l’État ont été tenus d’indemniser des préjudices résultant de leurs manquements dans l’exercice de leurs missions de maintien de la sécurité, de la tranquillité et de la salubrité.

    “Des collectifs réclament plus de sécurité sur Stalingrad et à la Chapelle. Le préfet Frédéric Péchenard, vice-président LR de l’Île-de-France le dit : Les collectifs renvoient l’image de la déliquescence de l’État. État que la justice sanctionne aujourd’hui… C’est ce qui doit bien amuser les voyous.”

    Les islamo-gauchistes anarcho-libertariens exigent toujours plus de dérégulation et moins d’État pour l’islamisation de la France En Marche ! L’islamisation de la France gagne du terrain avec une doctrine fondée sur l’irresponsabilité absolue et sans limite des élus LREM-socialistes vis-à-vis des activistes voyous islamo-gauchistes anarcho-libertariens ! Alors que l’épidémie de l’islamisation de la France est En Marche !, le pays réel doit faire face à une contestation massive du Grand Remplacement. Les Français s’opposent à l’invasion d’Africains avec Macron En Marche !, arguant que le Grand Remplacement est une menace pour les libertés, pour l’identité des Français et pour la civilisation de l’Occident chrétien. La doctrine libertarienne prône la liberté de l’invasion d’Africains et la colonisation de la France par des étrangers avec la complicité de Macron En Marche ! L’islamisation de la France doit être débarrassée de toute entrave et de toute régulation.

    Marianne : La déroute de “l’esprit Charlie Hebdo” : cinq ans de capitulation ! L’esprit Charlie s’est dissipé, au profit d’un politiquement correct porté par les organisations dites de gauche. Désolant. Cinq ans après la tuerie de Charlie Hebdo, les frères Kouachi peuvent-ils se targuer d’une victoire posthume dans leur guerre pour terroriser définitivement ceux qui auraient l’outrecuidance folle de se moquer des religions ?

    20minutes : Valeurs Actuelles présente ses excuses à Daniele Obono après l’avoir représentée en esclave. La députée LFI a dénoncé la merde raciste du récit et des illustrations qui la dépeignent en esclave.

    Daniele Obono au temps de l’esclavage ! est-il annoncé sur la couverture de Valeurs Actuelles. Les journalistes racontent l’histoire d’Obono l’Africaine, où la députée insoumise expérimente la responsabilité des Africains dans les horreurs de l’esclavage, selon les termes de l’article. Un dessin montre Daniele Obono, chaînes au cou, en tant qu’esclave. Elle a réagi sur Twitter : Heureusement on peut écrire de la merde raciste dans un torchon illustrée par une députée noire africaine repeinte en esclave. L’extrême-droite, odieuse, bête et cruelle. Bref, égale à elle-même ! Mélenchon a demandé que cesse le harcèlement nauséabond contre Daniele Obono, et Hamon a exprimé sa solidarité à Daniele Obono, bafouée par la presse d’extrême droite.

    Élisabeth Moreno, ministre noire déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances, condamne totalement cette publication : Faire l’apologie du racisme est contraire aux valeurs républicaines. Sopo a évoqué une nouvelle abjection de Valeurs Actuelles !

    Le président de SOS Racisme, Sopo, a dénoncé : Représenter la députée en tant qu’esclave est la place que fantasme pour les Noirs ce torchon d’extrême droite. Macron a  fait part de sa condamnation claire de toute forme de racisme, a indiqué à l’AFP le service de communication de l’Élysée.

    Valeurs Actuelles répondu : “Il s’agit d’une fiction mettant en scène les horreurs de l’esclavage organisé par des Africains au XVIIIème siècle, la terrible vérité que les indigénistes ne veulent pas voir.”

    Le Salon beige : “Aymeric Chauprade/Daniele Obono : La gauche joue sa comédie, normal, mais voir la droite se faire promener est bien triste ! Quelques personnalités politiques courageuses comme Aymeric Chauprade ou Nadine Morano ont pris la défense de Valeurs Actuelles. Si les gens lisaient et réfléchissaient avant de céder à la peur et à l’émotion, ils comprendraient que le choix éditorial de @Valeurs est légitime.

    Après tout n’est-ce pas @Deputee_Obono elle-même qui est obsédée par la race et l’esclavage ?

    Arroseuse arrosée et leçon d’histoire ! Aymeric Chauprade (@a_chauprade) August 29, 2020. Dans “l’affaire” #Obono @Valeurs le spectacle d’une classe politique terrorisée, et des cadres du @RNational_off, par l’extrême-gauche en dit long sur la prise en otage de ce pays. La gauche joue sa comédie, normal, mais voir la droite se faire promener est bien triste. Aymeric Chauprade (@a_chauprade) August 29, 2020.

    Unanimité chez les lâches et/ou bien pensants. Pas chez les Français libres qui lisent, réfléchissent, se font une opinion par eux-mêmes et n’obéissent pas aveuglément aux injonctions de l’extrême-gauche.

    Aymeric Chauprade (@a_chauprade) August 29, 2020. Le roman fiction de @Valeurs veut plonger des personnalités contemporaines dans le passé. Obono qui défend des thèses indigénistes est confrontée à la réalité de l’esclavage en Afrique au 18ème siècle. Nadine Morano (@nadine__morano) August 29, 2020.

    Voici la réaction de Tugdual Denis, directeur adjoint de VA, interrogé par Le Point : Obono au temps de l’esclavage, en Afrique, au XVIII ème siècle, le but est de montrer les inepties de l’époque contemporaine. En l’occurrence, nous voulions mettre le doigt sur le fait que l’esclavage n’est pas imputable aux seuls Européens, mais les Africains et les Arabes ont favorisé la traite. L’esclavage est aussi intracommunautaire.

    Obono est essentialiste. Lorsque Castex est nommé à Matignon, elle met l’accent sur le fait qu’il est blanc. Elle en appelle en permanence à la repentance. Les Européens et les Français devraient à ses yeux se repentir de tous leurs actes passés. Nous voulons lutter contre des déconstructeurs de l’Histoire. Il existe une violence symbolique évidente car les images liées à l’esclavagisme sont toujours violentes.

    Le Monde : Condamnations unanimes après la représentation de la députée LFI Daniele Obono en esclave dans Valeurs actuelles. Représentation abjecte et inacceptable, apologie du racisme : la politique fiction du magazine conservateur Valeurs actuelles sur la députée (LFI) Daniele Obono, dépeinte en esclave, a suscité une vague de condamnations. Dans ce récit fiction la députée Obono, à la peau noire, expérimente la responsabilité des Africains dans les horreurs de l’esclavage au XVIII ème siècle. Des dessins de Obono, collier en fer au cou, illustrent ce roman de l’été. Castex a tweeté : Cette publication révoltante appelle une condamnation sans ambiguïté. Il partage l’indignation de la députée et l’assure du soutien du gouvernement.

    La lutte contre le racisme transcendera, toujours, tous nos clivages ! Le racisme est un mal nocif. Il détruit. Il est un délit, a rappelé la ministre déléguée à la ville, Nadia Hai, sur le réseau social.

    Dupond-Moretti : On est libre d’écrire un roman nauséabond, dans les limites fixées par la loi. On est libre aussi de le détester. Moi je le déteste et suis [aux] côtés de la parlementaire. Dénonçant une insulte à [ses] ancêtres, sa famille et à la République (insoumise), une souillure qui ne s’effacera pas, Daniele Obono a dit réfléchir à porter plainte. Cette publication est l’aboutissement d’un acharnement médiatique contre elle : Ça fait trois ans qu’on alerte sur le fait qu’il y a un processus de racialisation et de racisme dans ce pays !

    Des militants de la Ligue de défense noire africaine se sont introduits, samedi soir, dans les locaux de Valeurs actuelles pour dénoncer l’incitation à la haine anti-Noirs, selon une vidéo qu’ils ont diffusée sur Twitter. Les locaux étaient désertés par les employés du magazine pendant l’intrusion, selon ce mouvement qui se présente comme défenseur des droits des Afrodescendants et des Africains. On comprend pourquoi SOS Racisme refuse de s’interroger sur les causes d’un cortège de haines expérimenté par beaucoup de responsables politiques noirs ou d’origine maghrébine ces dernières années. (Le Monde avec AFP)

    Moralité : Un député d’extrême gauche racialiste offensé : Obono, c’est l’arroseur arrosé !

    Une éradication nécessaire des islamo-gauchistes racialistes révolutionnaires soutenus par Macron-le-petit est devenue quasiment impossible ! Tout ça va sûrement laisser des traces !

    Marguerite Yourcenar : “Je condamne l’ignorance qui règne en ce moment dans les démocraties” !

    C’est dire si tout cela est fait avec le soutien de Macron-le-petit, et avec le plus grand sérieux !

    Que peut-on attendre de ces gens-là, ces islamo-gauchistes racialistes révolutionnaires et Macron socialiste opportuniste incompétent, mystificateur, lâche et manipulateur ?

    La France soumise aux islamo-gauchistes racialistes brûle, et pas seulement avec ses églises.

    Comme le dit si bien h16 : Ce pays est foutu !

    Assurément, tout ça va mal finir !

    Thierry Michaud-Nérard


    votre commentaire
  • La France soumise

     


    Le panache, voilà probablement ce qui fait le plus défaut en ces temps incertains où la France a perdu comme le déclamait Edmond Rostand « la pudeur de l'héroïsme ». La semaine passée je posais cette question : « Que sommes nous devenus ? » Voilà qu'il faut aller plus loin en se demandant, bien entendu, ce que nous allons devenir. Car, de jour en jour, la situation se dégrade avec, d'un coté, ceux qui bénéficient d'une impunité tout autant acquise qu'irréversible allant des passe-droits politiciens aux « incivilités » en tous genres. Et, de l'autre, ceux qui abdiquent, démissionnent, se taisent, abandonnent, car, contraints et désabusés, ils ont perdu le goût de l'insolence et ne cherchent même plus à regagner la victoire de l'esprit, l'élégance de la dignité.

    Oui, que va devenir cette France ? Celle où nous allions fêter la liberté sous les lampions du quatorze juillet en regardant tourner un monde fascinant et fasciné sur une piste de danse désormais désertée. Cette France qui avait des opinions et le courage de les exprimer en bravant la censure, en ignorant les compromis, en dénonçant la soumission. Cette France qui n'a plus fière allure et préfère désormais à l'audace l'interdiction, au baroud l'absolution.

    Voici donc ce peuple appelé à plus de résilience qui est en train de se résigner un téléphone portable à la main, un masque vissé sur le visage, des distances à respecter, la peur de l'autre en étendard, des journalistes obéissant aux consignes du cardinal de service, des entreprises ruinées, partout le déni de justice, la fin des contre pouvoirs, des enfants qui doivent apprendre à se méfier, des adultes qui ne savent plus à quel saint se vouer. Et des « saints » qui promettent ce qu'ils ne pourront jamais exhausser.

    Nous avons accepté tant de choses ...


    A bien y regarder, la prophétie du « marcheur » est peut être sur le point de s'accomplir : nous sommes effectivement en train de changer de monde. Et nous tournons la page d'une civilisation qui doit réduire sa voilure en limitant ses ambitions, en oubliant ses traditions.

    Pour commencer, nous allons arrêter de nous embrasser, de nous serrer la main, de nous rencontrer si nous n'en avons pas besoin. Nous allons limiter nos déplacements, rendre visite à nos anciens uniquement quand il faudra leur administrer le Saint Sacrement. Nous éviterons les parties de pétanque, les concours de belote, les rassemblements familiaux, les festins amicaux, les fêtes de villages deviendront un vieux souvenir, les inaugurations seront strictement réglementées, de Lutèce au plus petit de nos villages nous devrons composer avec le dogme et le zèle des autorités, les dérogations seront la règle, le comptage des individus deviendra systématique à l'entrée des commerces et dans les administrations où la dématérialisation aura raison de l'humain, où l'ordinateur remplacera le terrain... Et, bien sur, nous ne pourrons plus manifester ou commenter devant un comptoir ce que les médias auront annoncé la veille au soir.

    Depuis le mois de mars, nous avons accepté tant de choses. La pire d'entre toutes, je le redis ici, étant ne pas savoir qui du virus ou du chagrin est réellement venu chercher nos anciens. Nous avons vu des restaurateurs et des patrons de bistrots baisser leurs rideaux à minuit parce qu'un Premier ministre les avait obligés à le faire 4 heures plus tôt. Nous avons appris depuis, mais le gag est un peu éculé, que les masques étaient inutiles jusqu'à ce qu'ils soient définitivement et presque unilatéralement imposés. Nous apprenons désormais que des réservistes sont mobilisées pour verbaliser ceux qui refuseraient de les porter. Exception faite bien entendu de ces supporters qui se regroupent par centaines pour célébrer la défaite de quelques multimillionnaires à Marseille ou pour tout casser sur les Champs Élysées.

    Donc, voilà ce que nous allons devenir : un peuple contraint, soumis à un quotidien calibré où seront, car on ne peut pas tout « aseptiser », autorisés quelques excès. Illusoires soupapes de sécurité qui viendront, le temps d'un évènement, nous rappeler que la liberté existe toujours en apostille de la « sûreté ». Citons ici Pierre Daninos qui nous disait dans ses fameux carnets du Major Thompson « Nous étions au bord du précipice, nous venons de faire un grand pas en avant. »

    Les générations qui arrivent ne sauront peut être plus écrire correctement, mais elles pourront penser autrement, en se débarrassant progressivement de tout ce que fut notre histoire, en consultant ce que leur raconte un smartphone, en écoutant, sans savoir à quoi ressemble leurs visages, d'étranges interlocuteurs. En oubliant ce que nous étions, quelque part à l'aune du bonheur, dans les replis du cœur.

    Jean-Paul PELRASVu ici

    votre commentaire
  • France « Orange mécanique » : la faute a qui ?

    Loin de nous l'intention d'exonérer Emmanuel Macron et ses gouvernements de la responsabilité de l'explosion sans précédent des violences, des agressions, des actes de barbarie, des saccages et des pillages, des viols, des règlements de comptes liés au trafic de drogue, et plus largement des actes d'hostilité à tout ce qui faisait jadis le mode de vie des Français dans la paix publique et la tranquillité.

    La part de responsabilité détenue par l'actuel Président dans cette situation est immense.

    Mais la France « Orange mécanique » qu'évoque Xavier Bertrand dans un entretien accordé au Figaro, reprenant ainsi un terme initié par Laurent Oberstone, n'a pas vu le jour par hasard, subitement, à la faveur d'un déconfinement que certains adeptes de la culture de l'excuse auraient voulu faire rimer avec défoulement.

    Le Président de la région des Hauts de France, et avec lui mais avec d'autres mots la plupart des dirigeants de la droite républicaine ont beau fustiger « l'immense échec du quinquennat Macron en matière d'insécurité », personne n'a oublié la responsabilité de ses prédécesseurs.

    Tous les gouvernements successifs du régime, de droite comme de gauche, ont participé de cet effondrement.

    Tous responsables et tous coupables ! Tous ceux qui ont laissé faire. Tous ceux qui, au fil des ans, ont refusé de donner aux forces de police et de gendarmerie les ordres qui auraient permis de juguler l'ensauvagement progressif de la société. Tous ceux qui ont fait de la Justice un dépotoir et une tribune gauchiste oubliant qu'elle devait être rendue au nom du peuple. Tous ceux qui ont laissé se défaire sous leurs yeux les valeurs et les principes de notre vrai « vivre ensemble » entre nous et chez nous. Tous ceux qui ont ouvert toutes grandes les portes au globalisme ravageur, destructeur des édifices nationaux. Tous ceux qui ont permis l'arrachement de territoires entiers à la France et toléré, voire encouragé ou même organisé l'installation sur notre sol de populations rétives aux fondamentaux de notre civilisation.

    Ceux là l'Histoire — en espérant qu'il y ait encore demain des historiens pour l'écrire — les jugera.

    Mais avant elle, si nous parvenons avant qu'il ne soit trop tard aux responsabilités, nous les jugerons sans faiblesse.

    Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France


    votre commentaire