•  Invasion en marche : un député LREM propose un crédit d’impôt pour les personnes hébergeant des « réfugiés »

    par  

    crédit d'impôt,invasion en marche,lrem,migrantsLe député LREM Aurélien Tâché, sous prétexte de favoriser l’intégration des « migrants », a déposé une proposition de loi hallucinante, qui aura comme premier effet de favoriser encore plus l’immigration clandestine.

    Il souhaite instaurer un « crédit d’impôt » pour les personnes hébergeant des « réfugiés ». Il propose ainsi de mettre en place « une incitation financière, sous forme d’un ‘crédit d’impôt solidarité’, tout en conservant le principe du bénévolat pour la mise à disposition d’un hébergement ». « À l’image de la réduction d’impôt pour dons à des associations d’intérêt général ou d’utilité publique, je propose de créer un dispositif de crédit d’impôt reposant sur la déclaration par une association agréée de dons de nuitées d’hébergement bénévole ». 

    Grâce à cette « incitation financière » il sera plus facile selon lui « de trouver des familles volontaires » pour accueillir les migrants.

    A l’heure où les Français se serrent de plus en plus la ceinture, il est fort probable que certains seront, bien imprudemment, alléchés par cette proposition. Sans s’apercevoir qu’ils vendent ainsi, pour un plat de lentilles, leur droit à l’identité…

    Avec En Marche, le Grand Remplacement est en marche

    Francesca de Villasmundo

    Source : medias-presse.info


    votre commentaire
  • Patrick Jardin, père d'une victime du Bataclan, prêt à se faire justice lui-même

    Suite au jugement scandaleux relaxant le logeur des terroristes du Bataclan et condamnant deux autres de leurs complices à des peines dérisoires, Patrick Jardin, père de Nathalie, assassinée par des djihadistes au Bataclan, exprime sa légitime colère.


    votre commentaire
  • Le secours catholique milite pour les migrants musulmans: « Notre filleul s’appelle Ali Omar. »

    migrants

    Dans le prolongement de son action menée sur le terrain par ses équipes bénévoles auprès des exilés, le Secours Catholique-Caritas France agit auprès des pouvoirs publics pour défendre le droit des personnes migrantes à vivre dignement sur le territoire français (Nd Christian Hofer: Nos frontières n'existent plus pour ces extrémistes.).

    Membre de la Coordination française pour le droit d’asile (CFDA), il plaide pour un accueil décent des demandeurs d’asile qui, très souvent, sont contraints de dormir dehors ou de squatter, contrairement aux « devoirs en matière d’asile » incombant à l’administration française.

    Il se mobilise aussi pour une révision au niveau européen des « accords de Dublin » qui obligent toute personne exilée à faire sa demande d’asile dans le premier pays de l’Union européenne où elle a posé le pied.

    L’association prône enfin la reconnaissance au niveau international d’un droit à migrer, socle du respect de la dignité et de l’intégrité des personnes migrantes.

     

    secours catholique2

     

    secours catholique

     

    DVVgeQcVwAEQ9t-

     

    Source via lesobservateurs


    votre commentaire
  • Italie envahie : Un Nigérian tue sauvagement une jeune fille de 18 ans et la découpe en morceaux

    Un migrant nigérian clandestin de 29 ans,  Innocent Oseghale, a été arrêté par les carabiniers italiens suite au meurtre de Pamela Mastropietro, 18 ans. Après l’avoir assassinée, il a découpé la jeune fille en morceaux.

    Le corps de la jeune victime italienne, démembré et caché dans deux bagages, a été retrouvé au bord d’une route par les carabiniers qui sont intervenus suite à l’alerte lancée par la police municipale, celle-ci avait découvert la présence suspecte de deux valises sur le bord de la voie.

    Retrouvé par les carabiniers, le migrant de race africaine a été perquisitionné par la police spécialisée. « Nous avons retrouvé les vêtements de la victime maculés de sang » a déclaré celle-ci.

    Le migrant nigérian était en possession d’un permis de séjour expiré. Des éléments attestant de son implication dans le trafic de drogue ont également été retrouvés.

    Source : http://breizatao.com


    votre commentaire
  • Personnes âgées en danger : et si on investissait dans les familles ?

    Les personnes âgées maltraitées… n’est-ce pas honteux dans un pays dit civilisé ? C’est le sujet qui occupe tout un chacun, en ce mardi matin, puisque les salariés des EHPAD sont en grève, dénonçant un manque de moyens, et donc de personnel, induisant un travail mal fait, et dans l’urgence : « Je suis stressée donc stressante et à mon sens maltraitante », confiait, fin décembre, dans une lettre ouverte au ministre de la Santé, une infirmière d’EHPAD épuisée, tant physiquement que psychologiquement.

    Pour répondre à cette détresse, celle des soignés comme celle des soignants, Agnès Buzyn a posé sur la table 50 millions d’euros. C’est à dire bien trop peu, disent les professionnels, au vu des besoins.

    Évidemment, on serait tenté de rester dans une optique comptable. Et de conseiller quelques transferts salutaires : on pourrait, au hasard… supprimer les subventions à la presse ! 387 millions d’euros en 2015, selon Contribuables associés, soit huit fois ce qu’Agnès prévoit de donner aux EHPAD. Et comme la presse papier, essentiellement lue par les personnes âgées, finira de toute façon par disparaître avec elles, ce principe de vases communicants en direction d’une population qui, l’achetant et payant des impôts, l’a doublement soutenue pendant des dizaines d’années ne serait que justice.

    Mais ce ne serait pas voir tellement plus loin que le bout de son nez, car ces millions-là, aussi, seront vite consommés. Et après ?

    Et après, on se repentira d’avoir, comme des abrutis finis, des demeurés patentés, de viles imbéciles… détruit la famille. Pierre par pierre, réforme après réforme, loi après loi. Méticuleusement. Oh, bien sûr, je sais : nous ne sommes plus au XIXe siècle, ma petite dame, il y a bien longtemps que les personnes âgées – en tout cas, la majorité d’entre eux – ne vivent plus sous le même toit que leurs enfants : les logements sont trop petits, les vieux vivent trop longtemps.

    N’empêche qu’il reste une toute petite chose, non monnayable – il en existe encore -, pour la bonne raison qu’elle n’a pas de prix, qui s’appelle l’affection filiale. Naturellement, j’ai lu comme vous Hervé Bazin et André Gide et sais qu’il est des familles où l’on se déchire plus qu’on ne s’étreint. Mais, enfin, les faits sont là : la plupart des parents, tout imparfaits qu’il sont, aiment leurs enfants, et vice versa. Et ce vice versa est infiniment plus précieux, y compris pour le gouvernement, que toutes les subventions que l’on pourra allouer. Car lorsqu’ils visitent leurs vieux parents, c’est un coup de main gratuit qu’ils donnent aux aides-soignants : un repas qu’ils ont la patience d’accompagner, une position confortable dans le lit qu’ils aident à trouver, des inquiétudes qu’il savent apaiser, des idées noires qu’ils s’ingénient à dissiper, une surveillance qu’ils peuvent, l’espace de quelques heures, assurer. Et pendant ce temps, le personnel soignant peut vaquer ailleurs, laissant sereinement ce patient. Et tout cela… bénévolement.

    Sous Hollande existait encore un ministère des Familles, que l’on aurait pu écrire ministère Défamille, tant il a œuvré avec le succès que l’on sait – son dernier trophée ? Les chiffres désastreux de la natalité – à tout détricoter. Sous Emmanuel Macron, il n’y en a carrément plus, comme si, à l’instar du ministère de la Guerre passé jadis à la trappe, le mot était vaguement effrayant et, en tout cas, complètement dépassé. Et l’on s’apprête à brouiller un peu plus la filiation, à la disperser façon puzzle aux quatre coins du monde – et ce n’est pas une image – avec la PMA/GPA. Comment des enfants pourraient-ils assister des parents qu’ils n’ont, in fine, pas tout à fait identifiés ? Sans affection désintéressée, il ne faudra donc plus compter que sur les prestations de soignants rémunérés.

    Mais le problème restera entier : comment trouver des subventions, via les impôts, sans renouvellement des générations ? C’est toute la question.

    Gabrielle Cluzel

    Source : http://bvoltaire.com


    votre commentaire