• Théorie du genre : sexualisation des enfants dans la presse

    Voici la une de Science & Vie découvertes qui démontre parfaitement cette volonté de parler sexe et toujours sexe à des enfants de 7 à 12 ans !!! Et si on laissait les mioches vivre tranquillement et en paix l’instant magique de l’enfance et son insouciance ?

    • Science & vie_Gender

    votre commentaire
  •  Par :Patrick CLEMENT..

    Ecolo-socialos, partez, vous êtes la honte de la France ! 

    Je n’en peux plus, non je n’en peux plus d’être gouverné par des couillons et je suis gentil pour ne pas être plus vulgaire car si je disais le fond de ma pensée…

    J’ai envie de crier, de hurler, je n’en peux plus. Que ce Premier Ministre en sursis ou pas décide de mettre en place la circulation alternée lundi prochain me donne envie de hurler. Que ces incompétents notoires qui bousillent notre pays depuis bientôt deux ans nous emmerdent avec ce genre de connerie me donne envie de hurler. J’ai envie de hurler. N’y-a-il pas de problème plus important, messieurs les nuls ?

    Il n’y a aucune pollution et il n’y en aura aucune lundi, je peux vous le garantir sur ce que j’ai de plus cher. Vous êtes incompétents, ridicules, nuls, couillons. Tout cela pour tenter une surenchère par rapport à vos partenaires écologistes, enfin écologistes selon eux car je ne leur accorde pas ce mérite, c’est tout simplement lamentable.

    Il n’y a aucune pollution et il n’y aura aucune pollution lundi. Vous vous êtes fait avoir par ce lobby vert qui parasite AIRPARIF notamment. Comment pouvez-vous vous laisser avoir à a point ? Je reste sidéré, effondré. La  brume ne signifie pas qu’il y a de la pollution. N’importe quel Français qui se promène en France peut découvrir des zones plongées dans la brume sans qu’il y ait la moindre des pollutions. Vous êtes stupides, idiots, crétins. J’ai envie de hurler.

    Savez-vous que la principale des pollutions vient justement des fumées d’usine qui ne laissent aucune trace par exemple ? Bien entendu, je ne parle pas de ces images que nous voyons dans certains pays asiatiques, notamment en Chine ou pollution et nuage de pollution se combinent. Je parle de la France.

    Il n’y a pas de pollution M. AYRAULT. Vous vous êtes fait avoir comme un enfant de chœur si tant est que vous puissiez être comparé à un enfant de chœur.

    Si des organismes indépendants pouvaient faire des mesures de vérification, nous pourrions constater qu’il n’y a pas de pollution et qu’il n’y a en aura pas lundi. Les verts sont capables de tout, de tout !

    Je n’en peux plus d’être gouverné par des couillons. Les verts sont capables de tout pour faire parler d’eux, notamment évidemment avant les élections municipales. Vous ne faîtes pas le rapprochement ? Réfléchissez deux minutes, si cela est possible. Mais ne tombez pas dans le piège.

    Je n’en peux plus. J’ai envie de hurler. Comment pouvez-vous être aussi bête ? Comment pouvez-vous gouverner la France. Au nom de mes ancêtres, j’ai honte. Ils se sont battus pour notre pays. Ils ont fait partie de la Résistance. Comment leur expliquer l’état de la France ? Vous êtes la honte de la France. Nos ancêtres doivent se retourner dans leurs tombes. Pour certains, ils ont donné leur vie pour la France. Comment pouvez-vous être aussi minable ?

    Arrêtez ! Partez ! Ne cassez pas plus la France ! Ayez au moins ce dernier élan de dignité. S’il vous plait. Partez !

    Patrick CLEMENT   http://ripostelaique.com/


    votre commentaire
  • Anvers: Polémique autour du film de promotion trop "blanc"

    BELGIQUE Le film de trois minutes, intitulé "Moving Antwerp" a généré un torrent de réactions sur les réseaux sociaux depuis sa diffusion mardi.

    Un film de promotion censé vanter les atouts de la ville d'Anvers pour les entreprises crée actuellement la polémique sur les médias sociaux en raison de l'image trop "blanche" que celui-ci donne de la population de la métropole. L'administration communale reconnaît que certains aspects de la ville ne sont pas assez mis en avant mais rétorque que c'est en raison de l'objectif du film. "Nous travaillons actuellement à une stratégie marketing plus large qui doit mettre en avant le caractère multiculturel d'Anvers", indique-t-elle. Le film de trois minutes, intitulé "Moving Antwerp" a généré un torrent de réactions sur les réseaux sociaux depuis sa diffusion mardi. Les internautes déplorent l'image monochrome donnée des Anversois. La conseillère communale sp.a Yasmine Kherbache estime que c'est "une image peu réaliste de la population anversoise".

    L'administration communale estime pour sa part que la politique est exagérée. "Ce film n'est pas destiné au public ou aux médias, mais a un objectif business-to-business qui met en avant certains aspects de la ville, tels le port, les musées ou le secteur diamantaire", explique Bart Van Camp, porte-parole de l'échevin anversois du Tourisme, Koen Kennis (N-VA). "D'autres aspects sont en effet escamotés, comme la multiculturalité ou encore l'enseignement et les soins de santé. En fin d'année, nous voulons cependant déployer une stratégie marketing plus large, dans laquelle toutes ces facettes seront mises en avant."


    votre commentaire
  • C’est donc bien la haine anti-blanche qui les a tués tous les trois. Daniele Carella, le jeune livreur de journaux, Ermanno Masini, le retraité qui promenait son chien, Alessandro Carolè, le chômeur de quarante ans qui était sorti à l’aube prendre un café au bar du coin, ont été massacrés à coups de pioche, en Italie, parce qu’ils étaient blancs.

    Le procès de Mada ‘Adam’ Kabobo, le clandestin ghanéen « inexpulsable » qui avait fait trois morts et deux blessés dans les rues de Milan, il y a près d’un an, vient de s’ouvrir. À huis clos, allez savoir pourquoi, et le plus discrètement possible, à présent que l’émotion est retombée. La presse s’est bornée à publier un bref résumé du réquisitoire prononcé par le procureur Isidoro Palma, d’après le rapport des experts psychiatriques déposé en octobre dernier. Le procureur a demandé vingt ans de prison – qui en feront combien dans les faits : dix ? huit ? –, suivis de « six ans à passer dans une maison de soins ». Puis le procès a été immédiatement renvoyé au 31 mars, au motif que l’accusé n’avait rien pu comprendre : il y avait ce jour-là au tribunal « un nouveau traducteur-expert qui n’arrivait pas bien à comprendre l’italien » – apparemment un autre produit d’importation.

    On se souvient que les politiciens du Système – y compris Roberto Maroni, de la Ligue du Nord, co-responsable, comme ministre de l’Intérieur de Berlusconi, du maintien de Kabobo sur le sol italien –, et les médias à leur solde s’étaient hâtés de clamer en chœur que Kabobo était fou. C’était évidemment plus commode. Les experts ont fait de leur mieux pour aller dans ce sens mais n’ont pu conclure qu’à la « semi-infirmité mentale ». Kabobo, ont-ils dû reconnaître, n’avait pas perdu tout discernement et restait « suffisamment » maître de ses actes.

    Le procureur, sur cette base, a lui aussi fait ce qu’il pouvait pour embrouiller les choses, en distinguant trois mobiles du tueur. Kabobo avait en partie agi pour le profit, puisqu’il avait volé les téléphones portables de ses victimes ; il cherchait à « attirer l’attention sur lui, parce qu’il ne se sentait pas accepté par la société ». Le procureur a pourtant été contraint de reconnaître que le premier mobile était la haine anti-blanche. « Kabobo, dans ses entretiens avec la psychiatre, a parlé de la haine des Blancs que lui dictaient ses voix », les fameuses voix qu’il entendait et qui l’auraient poussé au massacre.

    Les journaux les plus liés au projet génocidaire du Système font de leur mieux pour enfouir cette information en milieu d’article, dans l’espoir qu’elle passera inaperçue. « Il est mentalement semi-infirme »met en titre La Repubblica. Et en chapeau, dans un petit chef-d’œuvre de désinformation : « Il a tué par rancœur contre la société parce qu’il se sentait exclu ».

    D’autres sont un peu plus libres, ou ont un peu plus de conscience : « Il a agi par haine des Blancs », titre Il Fatto quotidiano. Et Il Mattinole grand quotidien de Naples : « Je hais les Blancs ».

    Source Novopress


    votre commentaire
  • 3100391993.jpg

    Par :Yves Darchicourt..

    A la fin novembre 2013, s'est tenue à Bruxelles la 3e convention de la "Plateforme contre la pauvreté et l'exclusion sociale" qui a établi le constat affligeant que dans l'Union Européenne de 2014 un citoyen sur quatre,soit 125 millions de personnes (5 millions de plus qu'en 2010), risque de basculer dans la pauvreté.

    La faute en incomberait principalement aux politiques d'austérité maladroitement imposées aux Etats membres par la funeste troïka "Union Européenne - Banque Centrale Européenne - Fond Monétaire International" et qui ont touché surtout les européens de 18 à 64 ans, travailleurs potentiels frappés par la hausse du chômage consécutive à cette politique d'austérité. Il y a près de 27 millions de chômeurs dans l'UE, 4 millions de sans-abri et 40 millions d'Européens ne peuvent faire un repas convenable qu'un jour sur deux ! Les effets d'annonce sur la sortie de la crise et sur l'amorce d'une reprise économique ne seraient que gesticulations destinées à masquer les difficultés qui perdurent.

    L'avenir reste donc sombre pour les peuples européens. Ce qui n'a pas empêché l'eurocratie de récemment verser 101 millions€ à la Centrafique : 81 millions pour "la sécurité alimentaire, l'éducation et la santé publique" et 20 millions pour "soutenir le processus électoral" ! Tout cela à fonds perdus et sans aucune obligation de contrôle de l'utilisation de ces sommes sinon la vague promesse de leur gestion efficiente... dans un pays ravagé par les guerres tribales où la corruption est endémique et où les détournements des aides internationales sont quasiment un sport national, comme un peu partout sur le continent africain d'ailleurs. Bref, 101 millions€ qui auraient pu servir à soulager nos frères de peuple touchés par les misères les plus criantes et à contribuer à la relance de l'activité économique dans les pays sinistrés de l'Union Européenne. "Les nôtres avant les autres"... un slogan de bon sens que les peuples d'Europe finiront bien par rappeler virilement à l'engeance eurocratique !

     

    Faites un don à SN.jpg

     


    votre commentaire