• Réaction à l'« affaire Papacito »

    Puisque tout le monde donne son avis sur l'« affaire Papacito », voici ce que j'en pense.

    Tout d'abord la vidéo est nulle, absolument pas drôle, du sous-Groland. On dirait un truc de mecs bourrés après un repas arrosé.

    Ensuite, vu la volonté des autorités de désarmer les Gaulois, voilà un excellent nouveau prétexte donné au pouvoir en place pour nous imposer encore plus de contraintes.

    S'autocaricaturer peut parfois être pertinent sauf que, dans le cas présent, il fallait bien se douter que l'extrême-gauche allait se précipiter, à l'aide des médias tout aussi gauchistes, pour pousser des cris d'orfraie ; Mélenchon trouvant aussitôt un moyen de détourner l'attention des propos ambigus qu'il a tenu sur le terrorisme islamique.

    Enfin, la meilleure réaction revient comme d'habitude à Éric Zemmour : il a déclaré hier que cette histoire était tout à fait révélatrice de l'échelle des valeurs de Jean-Luc Mélenchon qui fait une conférence de presse pour une vidéo humoristique mais un simple tweet pour une policière assassinée par un islamiste.

    Thomas Joly - Président du Parti de la France


    votre commentaire
  • « Qui sème le vent récolte la tempête »Par Pieds Noirs 9A..

    Article N°6374 du dimanche 06 juin 2021..

    Affaire Mila 

    « Qui sème le vent récolte la tempête »

    "Mila vouloir faire Jeanne d'Arc"

    « Qui sème le vent récolte la tempête »

    "c’est la réponse de la bergère au berger". 

    Quand on laisse une gamine de 16 ans comme Greta nous dicter nos pensées, c'est qu'on n'en a plus de raisonnables. Et que fait les parents ? Personnellement, je me fiche de Greta et de cette gamine. De notre temps, une mise au Piquet aurait suffi. Aujourd'hui, les parents se cachent derrière en laissant faire la loi de mai 1968. Dans d’autres pays démocratiques d’Europe, les propos de Mila sont punis par la loi au nom de La Défense de la paix religieuse.
    Pour moi, ses propos sont donc stupides et non un modèle pour la jeunesse. Cela ne mérite cependant pas des menaces violentes évidemment. Les parents en sont responsables de ces faits de cette gamine ,de lui supprimer de son internet, elle ne serait pas en arriver là aujourd'hui. Trop de laxisme en France, cela se payera par des victimes.

    Plus jamais la France ne vivra en paix pourquoi ? Parce que le seuil du pourcentage de musulmans a été franchi et qu’à partir de là commence la Libanisation ou la balkanisation . L’islam ne sait pas s'accommoder de la pluralité des opinions, des croyances, des critiques et tout simplement de la démocratie combien de démocraties en terre d’islam dans le monde ? .

    On n'avait pas vu pareille cabale depuis l'affaire Mennel, cette jeune candidate d'un télécrochet, de confession musulmane et accusée de négationnisme. Cette fois, l'objet de toutes les attaques ou de toutes les défenses s'appelle Mila.

    Mila c'étant mise dans un sale pétrin. Vouloir jouer son héroïne de gloire, et bien non cela ne fonctionne pas comme cela !. Cela aurait pu rester une vidéo postée par une ado sur Instagram. C’est devenu, une affaire aux dimensions politiques et judiciaires, et aux conséquences bien réelles pour la jeune fille ne savant  pas qu'est l'islam, serait-elle illettrée de ne pas savoir cela, après tout ce qui vient de ce passé en France comme au Bataclan et ailleurs !. Une gamine qui aura été trop loin, dépassé par son petit cervelet de moineau, sachant que l'islam n'aime pas les "homosexuelles" punies déjà cela. Mila avait 16 ans et sa vie privée soit dévoilée au grand jour ,elle vivait dans la région lyonnaise, et se passionne pour le chant. C’est sur Instagram qu’elle partage ses avis, raconte sa vie, poste des vidéos d’elle, papote avec ses followers, assume son homosexualité Alors après il faut assumé .

    Une seconde vidéo publiée en « story » (des vidéos censées rester visibles pendant uniquement 24 heures) qui avait pris déjà trop d'ampleur , et rapidement relayée déclenche les torrents d’injures et menaces de mort à son égard. Elle y critique vertement l’islam :
    « Je déteste la religion, (…) le Coran il n’y a que de la haine là-dedans, l’islam c’est de la merde. (…) J’ai dit ce que j’en pensais, vous n’allez pas me le faire regretter. Il y a encore des gens qui vont s’exciter, j’en ai clairement rien à foutre, je dis ce que je veux, ce que je pense. Votre religion, c’est de la merde, votre Dieu, je lui mets un doigt dans le trou du cul, merci, au revoir. ».

    Comme je constate chaque jour dans les commentaires de presse faire un paradoxe, d'en Faire de Mila une nouvelle Jeanne d'Arc, héroïne de la liberté d'expression, c'est un peu exagéré, non ?. Ceci dit, il faut bien sûr sévir contre ceux qui l'ont menacée de mort.
    Cette polémique «Mila» illustre parfaitement l'hypocrisie sidérante des protagonistes et commentateurs, ainsi que le 2 poids 2 mesures qu'ils entretiennent en permanence, selon les sujets et les personnes concernées .

    Pieds Noirs 9A..


    votre commentaire
  • Cavaillon (84) : les dealeurs ont installé d’imposants dos d’âne dans les rues d’une cité pour ralentir les policiers lancés à leur poursuite !.

    Quatre imposants ralentisseurs ont été coulés par des trafiquants de la cité du Dr Ayme à Cavaillon, dans le Vaucluse. Une première en France, reflet de l’appropriation croissante de certains quartiers par des réseaux de trafic de plus en plus structurés.

     

    Source : fdesouche


    votre commentaire
  • Meudon (92) : débordements et interpellations à la suite d’un match de football sauvage pendant lequel, à chaque but marqué, un tir de mortier était effectué

    Tirs de mortier et de feux d’artifice, violences… Dans le quartier de Meudon-la-Forêt, une petite dizaine de jeunes ont été arrêtés ce samedi soir après avoir participé à un match opposant des habitants de la commune et de Clamart, qui a vite dégénéré. Le rendez-vous avait visiblement été donné sur les réseaux sociaux, avec un principe pour le moins déroutant : à chaque but marqué, un tir de mortier était effectué. La rencontre aurait rapidement dérapé.

    Commencé vers 17 heures sur le stade du complexe sportif Georges-Millandy, à la frontière entre les deux communes des Hauts-de-Seine, le match aurait rassemblé près de 300 personnes. Selon la préfecture, au moins sept jeunes, dont certains mineurs, ont été interpellés et placés en garde à vue après des tirs de mortiers et de feux d’artifice répétés et plusieurs affrontements.

    « J’ai vu plein de personnes sortir du stade avec des battes, des bâtons, des béquilles, etc. », raconte un habitant du quartier, qui réside juste en face du stade». […]

    La Parisien via fdesouche


    votre commentaire
  • Torturée, cheveux tondus, tabassée. Barbarie humaine à Rennes sur une adolescente de 17 ans

     

    Rennes sera-t-elle encore dans 20 ans la capitale de la Bretagne administrative, ou bien un cloaque façon région parisienne ? 

    La question se pose au regard de l’évolution sociétale, démographique, culturelle de la cité, à  vitesse grand V (et ce ne sera pas faute d’avoir alerter, envers et souvent contre tous, depuis des années).

    Nouvel exemple de ce changement profond de type de société – que les élus ont laissé s’installer sans réagir : une jeune fille de 17 ans vient d’être tabassée, torturée, lundi 31 mai.

    Le Télégramme explique qu’elle « devait retrouver une connaissance à elle près de la patinoire des Gayeulles, à Rennes. À ce moment-là, elle a été prise à partie par trois jeunes femmes qui lui ont asséné des coups de poing au visage lui reprochant d’être en lien avec un homme qui alimente un compte Instagram qui dénigre les habitants du Blosne, un quartier de Rennes. Sous la menace d’un pistolet à impulsions électriques, elle a été forcée à monter dans un véhicule. Lors du voyage, une de ses tortionnaires lui a arraché ses faux cils. Arrachant en même temps les vrais. Arrivée à Noyal-Chatillon-sur-Seiche, au sud de Rennes, et refusant de se dévêtir, la victime s’est vue arracher sa chemise et son soutien-gorge, et entailler profondément le bras avec un cutter. Ses tortionnaires lui reprochant d’être peut-être même l’auteure du compte Instagram qui dénigre les habitants du Blosne »

    Séquestrée, elle a été conduite au Blosne, trainée par les cheveux devant des individus lui ayant sauté dessus à pieds joints. Puis elle a été tondue dans la foulée, ses chaussures retirées, et menacée de mort en cas de plainte. Avant de rentrer chez elle et d’être amenée aux Urgences.

    Une enquête est ouverte. Philippe Astruc, procureur de la République, précise : « Tout sera mis en œuvre pour identifier les auteurs de ces faits et les interpeller, afin qu’il n’y ait aucune impunité et que ce type de dérive violente de la part d’une partie de notre jeunesse soit fermement sanctionné. »

    Qui croit encore à ces déclarations, alors que les affaires aussi sordides les unes que les autres se multiplient et que personne ne semble chercher à étudier les causes profondes de cette transformation sociétale qui mènera demain, si rien n’est fait, à une société barbare enfanté par ceux qui criaient « qu’il est interdit d’interdire » ?

    A l’heure actuelle, les élus de gauche de la majorité municipale n’ont pas réagi. 

    Seul le président du Parti Breton, Mathieu Guihard, s’est fendu d’un tweet, proposant la création…d’un embryon de police régionale, autrement dit ne rien faire sur le fond et reproduire l’échec républicain français au niveau breton…

     [cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine


    votre commentaire