• « L’appel du 18 juin » ou l’histoire d’une imposture

    appel du 18 juin,de gaulle,imposture

    Le texte ci-dessous, de 2010, n’a rien perdu de sa valeur.

    « Le 18 Juin 2010 va être célébré le 70ème anniversaire du célèbre appel de Londres de Charles de Gaulle. Or la version officielle, qui va être lue à la BBC, est un faux, comme le démontre le général d’aviation Le Groignec, compagnon de Saint-Exupéry, dans son livre paru en 2004 Philippiques contre les Mémoires gaulliens (Nouvelles Editions latines).

    Le texte prétendu être celui de l’appel du 18 Juin commence par cette phrase : « Des gouvernants de rencontre ont pu capituler, cédant à la panique, oubliant l’honneur, livrant le pays à la servitude. Cependant rien n’est perdu …. »

    Or, historiquement, Charles De Gaulle n’a pu prononcer cette phrase insultante pour le Maréchal Pétain et le général Weygand pour les deux raisons suivantes :

    · 1° A cette date du 18 juin 1940, ces « gouvernants de rencontre » n’avaient pu capituler, car non seulement l’armistice n’était pas signé, mais les plénipotentiaires français n’avaient pu encore rejoindre les lignes allemandes étant donné les difficultés des communications. Cet armistice ne sera signé que le 22 juin avec l’Allemagne, et le 24 juin avec l’Italie. Par ailleurs on ne peut confondre armistice et capitulation. L’armistice est un acte politique, une suspension d’armes où le vaincu peut négocier certaines conditions, c’est le contraire d’une capitulation où le vaincu doit se soumettre sans condition au vainqueur, ce à quoi De Gaulle a consenti le 19 mars 1962 en capitulant devant le FLN, ennemi vaincu sur le terrain, pour se débarrasser du « boulet algérien ».

    En demandant un armistice, la France demande et obtient, le 22 juin 1940, que ni la marine, ni l’Afrique française, ne soit livrées à l’ennemi, qu’un tiers du pays reste en zone libre, et que Lyon et Clermont Ferrant soient évacués par l’armée allemande. En cas de capitulation il y aurait eu deux millions de prisonniers de plus, et tout le territoire aurait été occupé : les Allemands, en effet, avaient atteint Valence et se trouvaient à une étape de Marseille lorsque l’armistice a été signé. ·

    2° Devant l’échec total de cet « appel du 18 Juin » auquel n’avait répondu aucun chef militaire de l’armée, de la marine ou de l’aviation, notamment aucun officier de la division que Charles De Gaulle commandait devant Arras en mai 1940 (suprême affront !) aucun homme politique, aucun diplomate français accrédité à Londres ou dans une autre capitale étrangère , aucun gouverneur ou responsable des colonies de l’Afrique française, aucun ministre résidant dans les pays sous protectorat ou sous mandat, Charles De Gaulle va s’affoler, car il se trouve désormais à Londres complètement isolé, en rupture de ban, sans mission officielle. En effet, la guerre continue et le gouvernement français le somme de rentrer en France, sous peine d’être jugé comme déserteur. Alors de Gaulle écrit au général Weygand la lettre suivante à la date du 20 juin 1940 :

    Londres le 20 Juin 1940 Mon Général, J’ai reçu votre ordre de rentrer en France. Je me suis donc tout de suite enquis du moyen de le faire car je n’ai, bien entendu, aucune autre résolution que de servir en combattant ….. ( MEMOIRES DE GUERRE) Charles de Gaulle- Edition PLON 1954 tome I – page 269)

    Depuis 1958, cette lettre est dans les livres scolaires, car incompatible avec la légende, avec l’Histoire de France revue et corrigée par la falsification gaulliste, en vigueur encore aujourd’hui.

    La suite reste entourée de mystère. Car de Gaulle ne dispose à cette date d’aucun moyen de transport pour rejoindre Bordeaux où siège le gouvernement français. Il est probable que Churchill, qui venait de rompre avec la France, refusa de lui donner un avion pour que de Gaulle rentre en France. La dissidence de la « France Libre » est donc née sous la contrainte de l’Angleterre, vérité que s’efforce de masquer l’imposture de la version officielle actuelle. Si de Gaulle avait pu rejoindre Bordeaux, comme il en avait manifesté l’intention le 20 Juin 1940, il n’y aurait probablement jamais eu ni de saga, ni de fabulation gaulliste. En effet, quand un officier français écrit une telle lettre pleine de déférence et d’esprit de discipline à son supérieur hiérarchique le 20 juin 1940, il ne peut être le même que celui qui aurait déclaré le 18 juin, deux jours avant, au micro de Londres, parlant du même supérieur, que ce dernier appartenait à « un gouvernement de rencontre qui a capitulé, cédant à la panique, oubliant l’honneur, livrant le pays à la servitude ».

    C’est pourtant ce faux, fabriqué après coup, qui est répandu dans tous les livres scolaires depuis 1958, qui est inscrit dans le marbre au 4 Carlton Garden à Londres, et que nous allons entendre dire et répéter des milliers de fois lors de la célébration officielle du mythe de l’Appel du 18 Juin 1940, pour continuer à entretenir le mensonge de la légende gaullienne de l’homme providentiel. »

    Jean-Marie AVELIN Alain ALGUDO et Geneviève de TERNANT Président Vice-présidents Et l’équipe de Veritas

    Source : contre-info


    votre commentaire
  • Seyne-sur-Mer : une islamiste enragée blesse deux personnes au cutter en criant « Allah Akbar »

    Une femme a été placée en garde à vue dimanche à la Seyne-sur-mer (Var) après avoir blessé deux personnes au cutter à la caisse d’un supermarché en criant “Allah Akbar!”, a indiqué à l’AFP le procureur de la République de Toulon.

    Un client a été agressé par cette femme, qui l’a blessé au thorax avec un cutter en fin de matinée à la caisse d’un supermarché Leclerc. Hors de danger, il a été hospitalisé, a précisé le procureur Bernard Marchal, confirmant une information de Nice-Matin. Une caissière a également été blessée plus légèrement.

    “C’est apparemment le fait isolé d’une personne avec des troubles psychiatriques avérés”, a commenté M. Marchal, “pour autant ça n’exclut pas qu’elle soit radicalisée”. L’auteure de l’agression, qui n’est pas connue de la police, a été placée en garde à vue, et l’antenne de la police judiciaire de Toulon est saisie de l’enquête.

    “Il y a présomption de tentative d’assassinat, et d’apologie du crime à connotation terroriste”, a indiqué à l’AFP le procureur. Une perquisition du domicile de la femme était en cours dimanche après-midi, notamment pour évaluer si “elle entretient ou non les liens avec Daech”, selon le procureur.

    “Nous ne savons pas encore si ces faits sont terroristes mais ils sont en tous cas terrorisants, car cet homme qui n’avait rien demandé s’est fait agressé à la caisse d’un supermarché”, a estimé le procureur.

    Source : http://borislelay.com


    votre commentaire
  • Etude : Les journalistes sont clairement de gauche. Leur idéologie est nettement surreprésentée en comparaison à la population.

    Une étude danoise, qui a examiné les préférences politiques des professionnels des médias de 17 pays développés, montre que la plupart des journalistes ont clairement une orientation de gauche, rapporte le quotidien suisse Basler Zeitung.

    Les données, qui ont été publiées la semaine dernière, sont intéressantes car elles confirment un préjugé largement répandu parmi les professionnels des médias et les journalistes.

    L'étude montre que la plupart d'entre eux préfèrent l'idéologie des Verts (nouvelle gauche), suivie du féminisme. Dans les bureaux des rédactions, il y a une surreprésentation moyenne de trois fois plus de militants des Verts et des féministes que dans la population normale.

    Ainsi, lorsque 10% de la population d'un pays soutient le féminisme, 30% des journalistes font de même, ce qui constitue une forte surreprésentation.

    A la troisième place se trouvent des journalistes d'orientation sociale-libérale, suivis du communisme et d'une attitude «pro-européenne». Ces trois attitudes sont deux fois plus répandues dans les médias que dans la population.

    En revanche, les journalistes conservateurs sont fortement sous-représentés parmi les professionnels des médias. Selon l'étude, une orientation conservatrice est six fois plus fréquente dans la population que chez les journalistes.

    Source Source2 Traduction libre Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch


    votre commentaire
  • Les chiffres vertigineux de l’immigration en 2017

    En 2017, l’État a recensé 412 000 étrangers supplémentaires : 262 000 nouveaux titres de séjour + 100 000 demandeurs d’asile + 50 000 « mineurs » isolés . Des chiffres qui ne comprennent pas les clandestins… 

    34843993_1798534773545608_6671339775657508864_o.jpg

    Source : contre-info


    votre commentaire
  • Compiègne (60) : repas du ramadan financé par la mairie, appel à la prière sur sono, agent municipal proche des salafistes...

    Posté par: Pieds Noirs 9A..

    L’appel à la prière résonne dans le quartier colonisé du Clos-des-roses, à Compiègne. Mouhssine Assiz, en khamis, la longue tunique, et barbe drue, annonce ainsi le coucher du soleil et la rupture du jeûne. À 21h50, ce samedi 2 juin, l’Iftar, ce repas du soir pris durant le mois du Ramadan, peut débuter.

    « C’est comme un repas de quartier ; il n’y a pas d’acteurs religieux ; je suis moi-même un simple croyant, ingénieur, directeur d’une usine Saint-Gobain à Thourotte », précise ce trentenaire. À deux pas de lui, un bidon métallique fait office de barbecue, les tablées pour plus 200 convives sont dressées sur la place du marché, par une douzaine de jeunes gens. « Le deuxième service événementiel de Compiègne », loue Benjamin Belaïdi, à l’origine de la première édition.

    Ce dîner est soutenu par la municipalité : logo de la Ville sur les affiches, matériel communal mis à disposition, présence d’animateurs des quartiers, subventions aux associations organisatrices… Compiègne en fait-elle trop au regard de la loi de 1905, aux textes sur la laïcité et de la jurisprudence du conseil d’État ?

    « Pour Noël, c’est naturel de faire un repas. L’Iftar doit devenir aussi naturel. Pas seulement entre musulmans. L’an passé, une association catholique était présente », revendique Abdoulaye N’diagye, secrétaire de Jeunesse Avenir Doré, association née dans le quartier. « C’est plus culturel que cultuel », se dit convaincu Romain Rayez, membre de l’UDI et coprésident du Conseil de développement pour Compiègne.

    Un banal banquet républicain, alors ? Pas vraiment. Aux beignets et jus de bissap, concoctés par les mères de famille africaines, s’ajoutent, par exemple, les faitouts fumants de boulgour, cuisinés par les bénévoles de l’une des mosquées de Compiègne, celle des turcophones. À table, les convives échangent ainsi sur leurs pratiques religieuses : la prière à 23 heures à la mosquée, le dernier thé avalé juste avant les premières lueurs du jour, parfois les horaires du travail aménagés pour ce mois de carême…

    Et Mouhssine Assiz ne cache pas son espoir qu’un tel repas soit de nature « à montrer les vraies valeurs de l’islam ». Désir louable pour des croyants, mais assez peu neutre. « Je ne suis pas soumis à la neutralité. Je ne suis pas là en tant qu’agent du service public, mais comme militant associatif », argumente Benjamin Belaïdi, salarié municipal et déjà à l’origine d’une marche pro-Gaza et d’une collecte pour Barakacity, une ONG réputée salafiste.

    De son côté, le maire Philippe Marini (LR) banalise volontiers et la manifestation, et la contribution de la ville : « C’est une sorte de fête des voisins. La Ville rend service. C’est tout à fait justifié. » Et s’il n’était pas présent sur la place Baudelaire, samedi soir, c’était qu’il était à la mosquée, celle quai du Clos-des-roses. « L’imam m’invite, il a la courtoisie de le faire, j’y réponds. C’est pour manger un couscous et il est plutôt bon, en général », commente le maire sur le même ton patelin.

    Source : http://fdesouche.com


    votre commentaire