• Thomas Joly convoqué le 9 novembre devant le tribunal correctionnel de Beauvais pour avoir dénoncé la barbarie islamiste !...

    Thomas Joly, secrétaire général du Parti de la France, avait passé six heures en garde à vue, le 19 février 2016, pour avoir diffusé des photos montrant la barbarie de la décapitation d’Hervé Cornara par l’islamiste Yassin Salhi, ainsi que celle de James Foley décapité par l’État Islamique.

    Convoqué devant le tribunal correctionnel de Beauvais le 9 novembre prochain pour une soi-disant « diffusion de message violent accessible à un mineur », prétexte trouvé par le procureur pour le poursuivre, Thomas Joly entend bien défendre sa liberté d'expression face à une justice qui ferait mieux de s'occuper de la racaille afro-islamiste qui a transformé notre pays en champ de bataille.

    Tous ceux qui souhaitent soutenir Thomas Joly lors de ce procès inique sont invités à venir le soutenir lors de l’audience qui se déroulera jeudi 9 novembre à 8h30 au Palais de justice de Beauvais (20 Boulevard Saint-Jean).


    votre commentaire
  • Nantes : 2 racailles rossent 15 contrôleurs de bus ; pas de krav-maga et pistolet pour ces derniers ?

    Nantes : 2 racailles rossent 15 contrôleurs de bus ; pas de krav-maga et pistolet pour ces derniers ?

    Deux hommes, accompagnés d’un enfant ( c’était une initiation à la prise de contrôle de non musulmans par des musulmans, phase de djihad bien  connue ? ).

    Sans raison apparente, à part le fait qu’ils l’aient décidé, les deux zozos dont le Parisien se garde bien de donner nom et origine, ont réussi à blesser sérieusement 4 des 15 :

    « Cela a été très vite et très violent. Quatre collègues ont été blessés et pris en charge au CHU. L’un a eu six points de suture après avoir reçu des coups de pied, l’un a eu des morsures et un hématome, une collègue a été traînée sur 2-3 mètres par terre et un autre a été étranglé et insulté », a déclaré Ludovic, contrôleur et conducteur à la Semitan.

    http://www.leparisien.fr/faits-divers/nantes-aucun-bus-ni-tramway-apres-une-agression-contre-des-controleurs-24-10-2017-7351677.php

    Ça me dépasse.

    Soit les deux zozos, avec leur gamin de 4 ans, étaient des ceintures noires multiples de Krav, boxe thaï, Aikido…

    Soit les 15 chauffeurs étaient tellement bien formés à ne pas répondre à la violence par la violence, qu’ils ont regardé faire, qu’ils se sont laissé faire, tétanisés.

    Mon petit doigt, et mon expérience, me soufflent que la seconde explication est la bonne.

    Coupez les couilles des flics, des soldats, des chauffeurs, des agents de sécurité jusqu’à ce que leurs supérieurs ne recrutent plus que du personnel issu de l’immigration, censé éviter, précisément, les agressions anti-blanc, les agressions racistes.

    Telle est la réalité partout en France. Des incivilités, des agressions… et « ils » gagnent la partie.

    Agent de sécurité ? Combien de Français d’origine engagés ? Combien de Français d’origine visibles dans les magasins ?

    Policiers, soldats ? Au moins 20 pour cent issus de l’immigration.

    Chauffeurs à la RATP en Ile de France ? Plus de la moitié sont musulmans, la RATP ayant pensé assurer la paix dans les quartiers islamisés.

    Cela durera et s’amplifiera tant que les conducteurs, comme ceux de Nantes, se contenteront du droit de retrait.

    La vraie grève c’est celle qui demande une formation en sports de combat et au droit d’être armé. Et au droit de faire usage de son arme.

    Mais je suis tranquille, ça attendra les calendes grecques.

    Et les chauffeurs vont continuer de se faire casser la gueule… Les uns vont changer de métier, les autres vont se mettre en congé maladie, d’autres vont faire profil bas, se soumettre, se convertir peut-être… Et ils seront peu à peu remplacés par des musulmans.
    Elle est pas belle la vie à Nantes ? Et partout en France où il y a des bus et des chances pour la France.

    Pour appel, à Nantes, déjà, en mars…

    http://resistancerepublicaine.eu/2017/03/13/nantes-racisme-anti-blanc-et-agression-verbale-dans-le-tram/


    votre commentaire
  • Clermont-Ferrand: Un étudiant de 21 ans tué lors d'une soirée, l'agresseur en fuite

    FAITS DIVERS L’agresseur, accompagné d’un ami, se soit incrusté dans l’une des soirées, avant d’en être exclu...

    20 Minutes avec AFP

    Publié le 22/10/17 à 15h36 — Mis à jour le 22/10/17 à 15h39

    Une voiture de police. Illustration.

    Une voiture de police. Illustration. — FRED SCHEIBER

    La soirée d'étudiants a viré au cauchemar. Un jeune homme de 21 ans a été mortellement poignardé dans la nuit de samedi à ce dimanche, lors d’une soirée étudiante à Clermont-Ferrand. Son agresseur est toujours recherché, a-t-on appris auprès du parquet.

    Deux fêtes étaient organisées samedi soir dans l’immeuble, réunissant en tout quelque 25 étudiants. Vers 1h30, les deux groupes se sont rejoints dans la rue et pour une raison inconnue, l’un des jeunes a été poignardé à l’abdomen, a expliqué le vice-procureur de Clermont-Ferrand, Thierry Griffet confirmant une information du quotidien La Montagne.

    Deux amis blessés eux aussi

    « Il a reçu un ou plusieurs coups de couteau, mais personne n’a assisté à la scène », a-t-il précisé. Grièvement blessée, la victime a alors alerté deux amis qui, en tentant d’arrêter l’agresseur en fuite, ont été blessés à leur tour, l’un à la clavicule et l’autre très légèrement au niveau de l’œil, a ajouté Thierry Griffet.

    Le premier a été hospitalisé mais ses jours ne sont pas en danger. Selon les premiers éléments de l’enquête, il semblerait que l’agresseur, accompagné d’un ami, se soit incrusté dans l’une des soirées, avant d’en être exclu. Cet ami, qui n’a pas participé à l’agression, a également pris la fuite.

    L’enquête a été confiée à la sûreté de Clermont-Ferrand et les auditions de témoins se poursuivent ce dimanche après-midi.


    votre commentaire
  • La France, ce pays ultra-libéral, fasciste, sexiste et raciste

    La France, c'est ce pays ultra-libéral où vous pouvez payer un ISF même si vous gagnez 2.000€ par mois, où vous payez une taxe foncière pour pouvoir être propriétaire et où vos héritiers devront payer d'énormes droits de succession (surtout si ce n'est pas en ligne directe) pour pouvoir profiter de la propriété pour laquelle vous avez remboursé un emprunt toute votre vie. Autant dire que si vous êtes smicard, qu'une tante ou une cousine décède et que vous héritez d'une villa à 2 millions d'euros sur la côte d'Azur, vous avez intérêt de la vendre, et vite, si vous ne voulez pas finir ruiné et criblé de dettes. Mais bon, ça n'empêche pas que si vous sortez dans la rue, vous voyez des manifestants encagoulés qui crient « A bas l'ultra-libéralisme » parce qu'on leur a retiré 5 balles d'APL... les mêmes qui haussent les épaules et portent un regard accusateur sur vous lorsque vous êtes un petit peu en colère après que vous ayez appris que deux adolescentes ont été égorgées dans votre ville par un barbu venu illégalement du désert tunisien.

    La France, c'est ce pays fasciste où un policier se retrouve devant les tribunaux lorsqu'il abat un braqueur de banque en fuite, où L’État subventionne une multitude d'associations progressistes et où les homosexuels peuvent se marier et adopter des enfants.

    La France, c'est ce pays sexiste où 60 % des SDF sont des hommes, où 65 % des juges sont des femmes et où une femme battue qui assassine son mari dans le dos est graciée sur ordre du Président de la République.

    La France, c'est ce pays raciste où un Éthiopien arrivé illégalement peut se faire soigner une dent cariée aux frais du contribuable, où une femme sur dix porte le voile islamique dans la rue et où une femme noire vêtue d'un boubou crache sa haine des français à l'Assemblée Nationale.

    Rassurez-vous, gauchistes, le jour où la France deviendra vraiment un pays libéral, fasciste, sexiste et raciste est encore très très loin.

    La Chouette provençale


    votre commentaire
  • Merahtocratie républicaine

    Procès totalement surréaliste que celui d’Abdelkader Merah, frère aîné de Mohamed, tueur froid et déterminé de trois enfants et de quatre adultes, dont trois militaires. Procès emblématique, aussi, d’un pays, le nôtre, la France qui, au nom des droits de l’homme et d’une impossible jurisprudence qui les a hypertrophiés, se retrouve ficelée au pilori de son impuissance planifiée.

    La famille Merah n’a visiblement rien à faire chez nous, à l’instar d’autres familles qui se sont déversées en masse, dans un flot incontinent, depuis qu’a été décidé le regroupement familial par le duo Giscard-Chirac. Débarqués tels des Martiens sur une planète… à conquérir. On a rapidement vu le résultat sortir de terre. Plus de 2.400 mosquées et salles de prière répertoriées aujourd’hui sur le territoire, quand ce dernier n’en comptait qu’une petite centaine il y a quarante ans.

    Zoulikha Aziri, la mère des coupables – ces « chances-pour-la-France » qui font plutôt son malheur – que Libération ne peut s’empêcher de décrire avec une plume tremblante de commisération : « Foulard jaune sur petites lunettes carrées. De larges pommettes et l’air triste de celle à qui la vie a échappé. Une sacrée menteuse, aussi, prête à rendre gorge pour sauver “Kader”, ce fils pourtant si dur avec elle. […] Battue des années durant par Mohammed Merah père, déracinée de son pays natal, l’Algérie, remariée deux fois sans qu’on lui demande son avis, analphabète, elle fait corps avec la seule chose qui lui reste : un fils, Abdelkader, suspecté d’être le concepteur des crimes de son cadet » (Libération, 19 octobre).

    Même l’avocat, Me Dupond-Moretti, verse dans une écœurante tartufferie lacrymale quand les parties civiles tancent et bousculent quelque peu cette femme qui emprunte davantage ses traits à Belphégor ou à une mauvaise caricature tirée de Tintin au pays de l’or noir : « Respectez ce témoin que vous acculez depuis des heures en allant jusqu’à lui poser des questions sur sa religion. L’indignité, ça vous dit quelque chose ? C’est la mère d’un mort ! »

    Ben voyons ! Et les familles de ces enfants innocents désespérément morts, leur indignité serait-elle subitement pesée au trébuchet d’un relativisme judiciaire qui est, somme toute, celui de la politique française depuis des décennies ? L’avocat semble éhontément le penser, qui se retranche piteusement derrière Albert Camus : « Je pense qu’ici les larmes s’additionnent et qu’on ne peut pas les opposer. Son fils est un terroriste mais c’est son fils, et ce n’est pas injurieux que de le dire. C’est la formule de Camus : Entre la justice et son fils, elle a choisi son fils. »

    Qu’importe que Zoulikha Aziri, apprenant les forfaits criminels de son fils, ait fièrement déclaré, selon un proche, qu’il avait alors « mis la France à genoux». Qu’importe qu’elle ait élevé ses enfants dans la haine de l’Occident et des juifs.

    Quant à Abdelkader, proclamant ne reconnaître « que les lois légiférées par le créateur Allah », il aurait incité Mohammed Merah à tuer les enfants pour « signer » le crime car les médias accusaient l’extrême droite (selon Abdelghani Merah, le 3e frère). Dans le fanatisme de l’exécration anti-occidentale et l’activisme jusqu’au-boutiste, la famille Merah démontre combien ses mœurs, us et coutumes sont foncièrement incompatibles avec la France.

    Mohammed était l’arme infâme dont elle tenait la gâchette.

    Aristide Leucate

    Source : http://bvoltaire.com


    votre commentaire