• Pour la misère de la rue ..Quand les Français ouvriront les yeux?

    Par Pieds Noirs 9A..

    Article N°3052 du dimanche 06 novembre 2016

    Quand les Français ouvriront les yeux ,pour la misère de la rue

     

     

    Quand les Français ouvriront les yeux ,pour la misère de la rue

    Pas un parti politique s'intéresse a ses "SDF" sauf un secrétaire départemental de "Ligue Patriotique" parlant au nom de la Ligue patriotique

    10 % de sans-abri vivent dans des villes

    "Pour ceux qui en ont déjà eu un [logement], 35 % l'ont perdu à cause de difficultés familiales (séparation, décès du conjoint, violences conjugales), 30% en raison de problèmes financiers (perte d'emploi, loyers trop élevés, expulsions, etc.)."

    C'est toujours, en cette période pré-Noël, de s'émerveiller de la grande découverte des SDF, sans domicile fixe. C'est le signal du début de l'hiver... La pauvreté augmente en France. En revanche, les très riches possédants le sont de plus en plus et rémunèrent de plus en plus leurs serviteurs à la tête des grandes entreprises...

    Il vaudrait mieux aider ses gens ,au lieu de nous envahirent avec toute la misère du monde qui viennent seulement pour prendre position d'occupper le terrain France ... Et ce n'est pas la politique libérale, au service des grands actionnaires des entreprises, pratiquée par tous les gouvernements successifs qui ont changer cela. Dont De Gaulle en est bien la cause a ce jour de ce qui ce passe en France a ce jour ...

    La population de SDF est très présente dans les grandes agglomérations, et seuls 10 % vivent dans les villes de 20.000 à 200.000 habitants. L'agglomération parisienne concentre à elle seule autant de sans domicile que l'ensemble des agglomérations de plus de 200.000 habitants.

    Les mieux lotis sontmaintenant les migrants mieux reçu que les Français d'Algérie dont encore sous un préjudice moral aggravé, dont ses migranrs sont hébergés dans un logement fourni par une association, issu par l'argent de l'Etat ,donc du contribuable ...

    Près de 4 SDF français sur 10 vivent dans des conditions plus précaires, dans des centres qu'ils doivent quitter tous les matins sans être assurés de retrouver une place le soir ou dans des hôtels. Et 10 % sont sans-abri. Une proportion qui monte à 14 % en région parisienne, en raison du nombre croissant de sans-domicile et de la pression immobilière.

    Parmi les 66.300 SDF francophones interrogés de manière plus approfondie par l'Insee, une grande majorité (86 %) disent avoir vécu dans leur enfance au moins un événement douloureux lié à l'environnement familial (problème de santé grave, handicap, décès d'un parent). En outre, un quart d'entre eux ont été placés en famille d'accueil ou en foyer dans leur enfance.

    Sans surprise, les sans-domicile disposent de ressources mensuelles très faibles : 80 % ont moins de 900 euros par mois, et 30% n'atteignent pas 300 euros. Plus des trois-quarts sont inactifs ou au chômage et, plus inattendu, 24 % travaillent, mais occupent souvent des emplois à temps partiel, peu qualifiés et précaires. Ils sont majoritairement employés ou ouvriers, et 22% n'ont aucun contrat de travail.

    Plus de 4 SDF sur 10 n'ont jamais vécu dans un logement personnel indépendant. Et pour ceux qui en ont déjà eu un, 35 % l'ont perdu à cause de difficultés familiales (séparation, décès du conjoint, violences conjugales), 30% en raison de problèmes financiers (perte d'emploi, loyers trop élevés, expulsions, etc.).

    Pieds Noirs 9A..

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :