• « Pas de rebond à la bourse »

    « Pas de rebond à la bourse »

    L’édito de Charles SANNAT


    Mes chères impertinentes, chers impertinents,

    La séance boursière du jour, enfin de la veille quand vous lirez ces lignes, a été passionnante.
    En effet après une lourde chute de 8 %, il était attendu logiquement ce que l’on nomme pompeusement un « rebond technique ».

    C’est quoi un rebond technique ?
     
    Je l’ai déjà expliqué mais revenons dessus rapidement.
    Lorsque vous vendez à découvert, vous vendez généralement des actions que vous n’avez pas, avec de l’argent que vous n’avez pas non plus.
    Comme vous n’avez rien, ni argent, ni action, mais qu’il faudra à la fin du mois boursier « livrer » les actions que vous avez vendues, vous ne faites pas le malin généralement.
    Quand vous vendez à 100, le matin, une action que vous n’avez pas avec des sous que vous n’avez pas et que le titre chute de 8 %, vous avez intérêt à « acheter » le nombre d’actions que vous aviez vendu le matin et qu’il vous faudra livrer.
    Vous empochez les 8 % de gains.
    Pas mal sans avoir eu d’argent au départ ni d’action.
    C’est que ce l’on appelle le « rachat de short ».
    Quand tout le monde rachète en même temps ses « short » c’est-à-dire ses ventes à découvert, alors, cela provoque une hausse des marchés puisque tout le monde rachète en même temps.
    C’est ce phénomène que l’on appelle, ou qui provoque, les « rebonds techniques ».

    Quand on plonge de 8 %, généralement, il y a rachat de shorts et hausse le lendemain d’où l’augmentation au passage de ce que l’on appelle la volatilité.

    Mais pas de rachat de short, et bientôt tout le monde en slip !


    Short, slip, falzar, c’est une histoire de vêtements tout cela dirait-on… et bien non mes amis, c’est une histoire d’anticipation.
    Si vous avez vendu des actions que vous n’avez pas avec des sous que vous n’avez pas (ventes à découvert) et qu’après une baisse de 8 % et une hausse le lendemain en séance de plus de 2 % et que vous tenez votre position « short » c’est que vos anticipations sur l’avenir sont vraiment calamiteuses et que vous avez beaucoup de sang-froid à défaut d’avoir de l’argent et des actions…
    Et comment termine-t-on la séance hier ?
    Elle se termine en baisse de 1.46 %.
    Autant dire que la baisse est ancrée, même si elle n’est pas aussi forte que la chute de la veille comme vous pouvez le voir sur ce graphique qui retrace la séance d’hier.
    A noter également que depuis le 1er janvier 2020 le CAC40 est en baisse de 21 % et quelques.

    Pourquoi est-elle ancrée ?

    Car nous sommes entrés dans l’anticipation de l’arrêt de l’économie française, qui est la prochaine sur le liste après le confinement général italien.
    Nous allons faire nos élections municipales, munis de gel et de savon, pour un virus aéroporté qui peut aussi rester en suspension dans les salles fermées…
    Bref, les élections françaises, comme celles en Iran, seront un accélérateur de contamination de même que le rassemblement religieux de Mulhouse l’a été au niveau national et presque international.
    Vous noterez au passage que ce rassemblement était largement inférieur à 5 000 personnes, puisque de mémoire nous étions à 2 000-2 500 fidèles.
    L’Europe est touchée au cœur, et l’économie européenne s’éteint au fur et à mesure où l’épidémie s’étend.
    Aux Etats-Unis il peut y avoir un rebond, peut-être un peu plus visible.
    Mais lorsque les investisseurs prendront pleinement conscience du développement de moins en moins silencieux de l’épidémie sur le sol américain, lorsque la Maison Blanche sera obligée de décréter l’état d’urgence (et cela arrivera sans doute plus rapidement que l’on peut l’imaginer), alors, les marchés reprendront le chemin de la baisse.

    La baisse va se poursuivre, et ce n’est donc a priori pas encore le moment d’acheter des actions, contrairement à ce qu’a affirmé la secrétaire d’état de Bruno le Maire à ce sujet.

    Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

    Charles SANNAT

  • Commentaires

    1
    Mercredi 11 Mars à 20:41

    Mais quand les bourses sont molles, elles perdent de leur élasticité et il n'y a plus de rebonds...CQFDclown

    Stan

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :