• Martine, retraitée et handicapée, vit dans sa voiture

    Pendant que le coiffeur de Hollande touche 9895€ par mois, Martine, retraitée et handicapée, vit dans sa voiture dans l'agglomération de Dax

     

    Martine vit depuis deux mois et demi dans sa voiture © Radio France - Marc Podevin 

    Par Marc Podevin, France Bleu Gascogne et France Bleu vendredi 22 juillet 2016
     
    Martine, 62 ans, est retraitée de la fonction publique.
     Elle souffre d'une maladie rare et dort dans sa voiture, sur des parkings de l'agglomération de Dax. Cela fait deux mois et demi que ça dure, depuis qu'elle n'a plus de logement.
     Actuellement, elle attend une réponse à sa demande de HLM.
    Pour Martine, la situation n'a que trop duré. 
    Chaque matin, elle accomplit le même rituel. "Je commence d'abord par me réveiller, trouver un endroit où aller aux toilettes, où me laver", explique-t-elle. "Après, je repars, j'essaye de trouver de quoi déjeuner."


    Le reste du temps, Martine sort peu de sa voiture. 
    Elle écoute la radio avec son bichon blanc, nommé FBI. 
    "On dirait que je tire ma force par affection, par amour même de ce petit animal", lâche-t-elle. 
    "Je me suis longtemps moqué des mamies avec leur petit chien et finalement, je fais comme elles."
    La retraitée a renoncé à l'hébergement d'urgence. 

    Au centre d'accueil de nuit du grand Dax, elle n'aurait pas pu garder son chien près d'elle. 
    "Je ne pouvais pas le laisser dans une cage", affirme la retraitée. 
    "D'abord, il aurait aboyé toute la nuit. J'aurais eu des soucis". 
    Ce n'est pas tout: "ces cages sont pleines de puces, j'aurais pu en avoir dans ma voiture, où je vis les trois quarts du temps."

    Martine n'est pas la seule dans cette situation
    Le cas de Martine n'est pas isolé, d'après Emmanuel Klein, porte-parole de l'association Droit au logement (DAL) à Dax. 
    "C'est un phénomène qui paraît de plus en plus important", indique-t-il.
     "Celui des personnes du troisième âge avec le minimum retraite, qui n'arrivent plus à payer tous les coûts liés au logement et qui font le choix -ou le non-choix d'ailleurs- de vivre de manière itinérante."

    Aujourd'hui, Martine attend une réponse à sa demande de HLM.
     Le DAL a envoyé un courrier au préfet des Landes. 

    Avec un espoir: faire avancer les choses.

    source via fdesouche


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :