• Les premiers migrants ont été accueillis en Creuse

    Les premiers migrants ont été accueillis en Creuse

    migrants à guéret - BARLIER Bruno

    Jeudi soir, seize migrants, quinze Ethiopiens et un Irakien, sont arrivés en bus à Guéret, depuis la "jungle" de Calais. Cinq d'entre-eux étaient déjà repartis vendredi matin, en direction du Nord ou de grandes villes françaises.
    Les autres, seront hébergés à l'hôtel ce week-end, puis à l'IRFJS (Institut régional de formation jeunesse et sport) de Guéret, en attendant de rencontrer ce lundi l'Office français de l'immigration.

    Vendredi après-midi, 14 h 30, dans les locaux de l'IRFJS de Guéret. Dans la salle, onze migrants écoutent les propos des éducateurs du SIAO (Service intégré d'accueil et d'orientation), traduits en arabe par Nady Bouali et Ahmed El Yamani, deux Creusois volontaires. Parmi les jeunes hommes attablés, beaucoup ne parlent qu'un dialecte éthiopien et la communication est parfois compliquée. 
    Cinq migrants étaient
    déjà repartis vendredi matin

    Jeudi soir, ils étaient seize à la descente du bus, venu de la jungle de Calais, jusqu'en Creuse. "Nous étions en contact avec une ONG, qui a proposé à des personnes de bénéficier d'un endroit pour se reposer et pour régulariser leur situation administrative sur le territoire", explique Bernard Andrieu, Directeur départemental de la Cohésion sociale et de la Protection des populations.A leur arrivée, ces hommes, jeunes en très grande majorité, ont été accueillis par le Comité d'accueil creusois et les associations caritatives de la ville. Après une évaluation médicale, on leur a remis kits d'hygiène et vêtements chauds. Le repas a été fourni par le CCAS de la ville de Guéret. Pour l'hébergement, financé par l'Etat, le groupe a été scindé en deux, entre l'IRFJS et un hôtel guérétois. 
    Vendredi matin, cinq Ethiopiens arrivés la veille ont décidé de quitter la Creuse immédiatement. "Nous les avons informé que nous étions tous mobilisés pour leur offrir un habitat digne et leur laisser le temps de régulariser leur situation, raconte Bernard Andrieu. Mais ils ont expliqué qu'ils avaient pour projet de retourner à Calais, pour rejoindre l'Angleterre, ou d'aller dans de plus grandes villes comme Bordeaux". 
    Vendredi après-midi, Fabien Conchon et Tizia Jouanneau, membres du SIAO, ont reçu tous les migrants restés en Creuse pour établir une première fiche de contact. Pour tous, le choix de rester n'est pas encore arrêté, puisque certains demandent à quelle distance de Guéret se trouvent Paris.Lundi, ils rencontreront les membres de l'Office français de l'immigration, à qui ils raconteront leur histoire et leur périple pour parvenir jusqu'en Creuse. L'OFI présentera les démarches à suivre afin de faire une demande d'asile, auxquels tous ne pourront sûrement pas prétendre.

    Maxime Escot
     
    http://www.lamontagne.fr
     

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :