• le premier élu étudiant transgenre suspendu pour exhibitionnisme

    Angleterre dégénérée : le premier élu étudiant transgenre suspendu pour exhibitionnisme...


    Jess Bradley, 29 ans, né de sexe masculin, mais qui prétend être une « femme trans non binaire», a été en mars 2017 la première personne à être élue au poste rémunéré à temps plein (24.000 £ par an) au sein du Syndicat national des étudiants (NUS, 24 millions £ de revenus annuels de la NUS provenant majoritairement de la vente de cartes de réduction aux étudiants et des frais d’adhésion payés par les associations d’étudiants) et en tant que représentante transsexuelle du service étudiant. Mais elle a été suspendue de son poste la semaine dernière alors que le NUS menait une enquête interne sur les allégations selon lesquelles elle aurait publié des images des organes génitaux masculins sous le titre Exhibitionizm sur son blog personnel. Des images choquantes sur le site montrent un individu clignotant assis dans un wagon de train, dans un parc public et à un arrêt de bus.  Une autre photographie montre des organes génitaux masculins exposés dans un bureau proche d’un bureau en bois courbé qui ressemble étrangement à l’image d’un bureau que « Mr/Mme » Bradley a posté sur sa page Facebook. Lorsque le Daily Mail du dimanche 21 octobre a exposé les allégations en détail au NUS, un porte-parole a confirmé que la prétendue « Madame » Bradley, 29 ans, avait été suspendue de son poste « dans l’attente d’une enquête », ajoutant :

    « Les questions relatives à l’enquête sont confidentielles afin de processus juste et impartial. NUS continuera à soutenir Jess, les officiers à temps plein, le personnel et les bénévoles pendant cette période ».

    Il/elle avait déjà suscité la controverse lorsqu’elle avait défendu l’attaque de la militante transgenre Tara Wolf, née de sexe masculin, contre une militante féministe âgée de 60 ans à Hyde Park, à Londres, en septembre 2018. À la suite de l’incident, Mme Bradley a écrit en ligne que ses actions étaient un acte de « légitime défense provoqué par des « activistes anti-trans… souillant la communauté trans et provoquant cette personne transgenre de s’en prendre à quelqu’un».  Ses commentaires avaient suscité les critiques des féministes sur Twitter qui l’ont accusée d ‘« incitation à la violence à l’égard des femmes ». Les requins se bouffent entre eux, ça les amuse et ça débarrasse…

    Après l’impression du Mail on Sunday, Bradley a publié la déclaration suivante :

    « Je suis actuellement suspendu de mon rôle chez NUS dans l’attente d’une enquête. En raison de mon obligation contractuelle de garder la nature et les détails de l’enquête confidentiels, il y’a un certain nombre de choses que je voudrais dire, mais je ne suis actuellement pas en mesure de parler sans risquer mon travail. J’apprécie à l’heure actuelle beaucoup de spéculations à propos de ma conduite et je suis en mesure de vous dire que je suis convaincu qu’aucun de mes comportements n’a été illégal, et que je n’ai pas eu d’activités sexuelles avec qui que ce soit, ni à mon avis de quiconque, sans leur consentement. J’ai l’intention de coopérer à l’enquête de NUS et j’espère que je serai en mesure de parler de la situation dans son intégralité aux communautés dont je suis responsable. Cette déclaration est tout ce que je vais dire sur cette affaire jusqu’à ce que l’enquête NUS soit terminée. »

    Mandaté par leur client/cliente, le cabinet d’avocat Carter Ruck a cherché à empêcher la publication de l’histoire pour des raisons de confidentialité.  Dans son argumentation, il a cité la décision de la Haute Cour, rendue la semaine dernière, selon laquelle la BBC avait porté atteinte à la vie privée de Sir Cliff Richard en signalant une descente de police chez lui. Carter Ruck a fait valoir que, sur la base du jugement, un rapport sur la suspension de « Mme » Bradley et l’enquête de la NUS s’y rapportant constituerait une violation de sa vie privée.  Des experts juridiques ont averti que la décision de la Haute Cour concernant Sir Cliff pourrait avoir de graves conséquences pour le journalisme en Grande-Bretagne. Le Conseiller de la Reine (avocat émérite) Gavin Millar qui dirigeait l’équipe juridique de la BBC, a déclaré : « Le risque est un grave effet de refroidissement sur la liberté de la presse en ce qui concerne le signalement des enquêtes policières ». Propos confirmés par l’experts en droit des médias David Banks, qui a travaillé comme consultant pour des ministères et d’autres organismes publics, a déclaré :

    « Il est inquiétant de voir si les avocats de personnes se trouvant dans ces situations tentent d’utiliser l’affaire Cliff Richard comme moyen de mettre un terme à une situation légitime. attirer l’attention sur des questions d’intérêt public légitime. “Le problème, c’est que l’arrêt Cliff Richard crée des règles générales sur le droit à la vie privée, car nous pensions que cela créerait un effet paralysant sur des histoires qui méritent d’être publiées. »

    Il faut décidément que chaque fois qu’ils investissement un secteur (église, mariage, organisation de jeunesse), les tenants du LGBT amènent rapidement avec eux le putride. Glauque et sordide sont les deux prothèses mammaires de leur (F)rance….

    Hristo XIEP

    Source : http://medias-presse.info


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :