• Le FN au bord du gouffre financier ...

    Le Front national doit rembourser six millions d’euros à Jean-Marie Le Pen et 9 millions à son prêteur tchéco-russe.

    Le Front national doit rembourser six millions d’euros à Jean-Marie Le Pen et 9 millions à son prêteur tchéco-russe.© Reuters Le Front national doit rembourser six millions d’euros à Jean-Marie Le Pen et 9 millions à son prêteur tchéco-russe.

    L'arrivée en fanfare de ses huit députés à l'Assemblée nationale masque la situation délicate du Front national. Le parti de Marine Le Pen devrait sortir essoré des échéances électorales de 2017 avec un trou dans la caisse de 4 à 5 millions d'euros. Le trésorier du parti, Wallerand de Saint-Just, refuse de confirmer le chiffre. "Nous ne donnons pas d'indications sur nos comptes", balaie-t-il. Mais plusieurs cadres du mouvement admettent que "le manque" est "de cet ordre-là"… Avant les législatives, Axel Loustau, l'imprimeur et ami de Marine Le Pen, élu régional en Ile-de-France et associé en affaires avec Frédéric Chatillon, Wallerand de Saint-Just, Jean-François Jalkh, l'un de ses vice-présidents, ont actionné leurs réseaux pour trouver des fonds. En vain. Du coup, Marine Le Pen a envoyé courriers et ­e-mails à l'ensemble de ses militants, adhérents et sympathisants pour les inviter à souscrire un "emprunt patriotique". Ceux qui verseront une somme exorbitante supérieure à 75.000 euros auront même droit à un dîner privé avec la présidente! Les apporteurs les plus modestes, 1.500 euros au minimum, pourront se féliciter d'avoir participé au sauvetage du parti… Accordés pour une durée d'un an, les prêts seront rémunérés à terme à 3%.

    "Marine n'a pas les mécènes de son père"

    Dans l'immédiat, le FN a un problème de trésorerie. Selon ­Wallerand de Saint-Just, Marine Le Pen aurait dépensé "moins de 11 millions d'euros" pour la présidentielle. Ses frais devraient donc être intégralement remboursés par l'Etat comme ceux de ses candidats aux législatives. Dans leur grande majorité, ils ont dépassé les 5% de suffrages exprimés requis. La loi impose cependant l'acquittement de toutes les factures dans les soixante jours qui suivent l'élection pour pouvoir prétendre à ces subsides. Et les premiers remboursements n'auront pas lieu avant plusieurs mois, le temps pour la Commission nationale des comptes de campagne d'éplucher toutes les factures… "Il est scandaleux qu'aucune banque n'accepte de nous prêter de l'argent, dénonce Wallerand de Saint-Just, c'est un déni de démocratie."

    Le FN n'a pas qu'un problème de trésorerie, il est menacé par la faillite, ses recettes étant inférieures à ses besoins. Comme tout parti politique, il vit des cotisations de ses adhérents, des dons mais aussi de ses performances au premier tour des élections législatives. "Les électeurs du Front national sont des gens modestes, explique un élu, ils ont des petits moyens. Et Marine n'a pas les ­mécènes de son père…" Le FN a perdu plus de 500.000 voix entre 2012 et 2017. Chacune d'elles étant rémunérée 1,49 euro, la perte est de quelque 800.000 euros chaque année. Sur l'ensemble de la législature, c'est une baisse de 4 millions d'euros. L'arrivée de six députés supplémentaires FN à l'Assemblée - ils n'étaient que deux en 2012 - générera un "profit" de 1 million d'euros au parti sur la même période. Le compte n'y est donc pas.

    Jean-Marie Le Pen veut récupérer son prêt

    Or le parti doit faire face à des échéances financières importantes dans les cinq ans à venir. Il lui faudra déménager car le bailleur du Carré, à Nanterre, a annoncé son intention de récupérer son bien. Jean-Marie Le Pen a, quant à lui, prêté 6 millions d'euros pour la campagne de sa fille qu'il compte bien récupérer sans délai… Les relations n'ont jamais été aussi mauvaises entre eux et il n'a pas l'intention de lui faire de cadeaux. Le 20 juin, jour de son 89e anniversaire, elle lui a interdit l'accès au bureau politique…

    Enfin, en septembre 2019, le FN doit rembourser le prêt contracté en 2014 auprès de First Czech-Russian Bank, un établissement tchéco-russe qui serait en liquidation. Comme il s'agit d'un prêt in fine, le parti ne rembourse pour l'instant que les intérêts. Le capital emprunté, à savoir plus de 9 millions d'euros, devra être payé au terme du contrat. Sans compter les 5 millions d'euros que le Parlement européen entend récupérer dans l'affaire des soupçons d'emplois fictifs des assistants FN…

    http://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/le-fn-au-bord-du-gouffre-financier/ar-BBDk9eT?ocid=sf


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :