• L'ex-trésorier de la campagne d'Hollande a investi aux Caïmans

    (((Faites ce que je dis, pas ce que je fais. L'évasion fiscale du propre trésorier de Hollande ne fera t-elle réagir quelqu'un ? Probablement que non.)))

    L'ex-trésorier de la campagne d'Hollande a investi aux Caïmans

        Par

    Mathilde Golla

    Jean-Jacques Augier, photo de son compte Twitter.

    Jean-Jacques Augier, photo de son compte Twitter.

    Selon Le Monde et le Guardian, le trésorier de campagne de François Hollande, Jean-Jacques Augier, est actionnaire de deux sociétés offshore basées dans les îles Caïmans. Il reconnaît les faits tout en affirmant que «rien n'est illégal». Mais, en pleine tempête autour de Jérôme Cahuzac, il s'agit au minimum d'une énorme maladresse politique.

     
     
     

    En pleine affaire Cahuzac, voici à nouveau de quoi faire trembler l'exécutif sur des soupçons d'évasion fiscale. L'ex-trésorier de la campagne présidentielle de 2012 de François Hollande, Jean-Jacques Augier, a investi dans deux sociétés basées aux Îles Caïmans, l'un des plus fameux paradis fiscaux. Le nom de ce proche du président de la République apparaît dans des documents confidentiels, sur lesquels plusieurs médias internationaux - dont Le Monde en France et le Guardian au Royaume-Uni - ont travaillé simultanément, et qui recensent des détenteurs de compte et des montages financiers dans des paradis fiscaux des Caraïbes.

    Polytechnicien, énarque de la célèbre promotion Voltaire - comme le chef de l'État -, ancien Inspecteur des finances et, donc, responsable des comptes de la campagne présidentielle de François Hollande: le profil de Jean-Jacques Augier, qui vient de racheter à Pierre Berger le magazine homosexuel Têtu , réunit tous les éléments pour que ces révélations provoquent une nouvelle déflagration politico-médiatique.

    Un coactionnaire domicilé aux Îles vierges

    Selon les deux journaux, l'homme de 59 ans est actionnaire de deux sociétés offshores basées dans les îles Caïmans, par le biais de son holding financier Eurane. Il aurait ainsi co-fondé en 2005 le groupe International Bookstores Limited dans ce paradis fiscal sous souveraineté britannique. La société exercerait des activités de distribution en Chine. Selon le Guardian, Jean-Jacques Augier a admis que, parmi les autres actionnaires de cette société, figure, à hauteur de 25%, une entité appartenant à l'homme d'affaires chinois Xi Shu, elle-même domiciliée aux Îles Vierges britanniques, paradis fiscal voisin.

    Jean-Jacques Augier aurait été approché par Xi Shu, à la tête d'un réseau de librairies franchisées, assure-t-il au Monde. Selon sa version, son partenaire chinois lui aurait proposé d‘entrer au capital de ses librairies, à condition de créer une structure de portage des actifs aux Caïmans. Jean-Jacques Augier accepte et se retrouve ainsi propriétaire de près de 30 % d'International Bookstores avec un autre Français installé en Chine comme lui, Jacques Rougeaux. Il prend la direction de la société. Mais - toujours selon son récit - Jean-Jacques Augier se rend vite compte que les librairies de son partenaire chinois sont endettées. Il estime avoir été floué et démissionne sans toutefois pouvoir céder ses parts. Il affirme ne pas savoir aujourd'hui quelle est l'activité de la société.

    Problème, Jean-Jacques Augier aurait cofondé, cette fois avec des voyagistes de plusieurs pays, une autre entité elle aussi basée dans les Îles Caïman. Même défense de l'intéressé qui ne dit mot sur le montant de ses investissements dans cette deuxième société et affirme que ce sont ses partenaires qui ont souhaité l'implanter dans le paradis fiscal.

    «Caractère aventurier»

    L'ex-trésorier de la campagne de François Hollande affirme au Monde n'avoir «ni compte bancaire personnel ouvert aux Caïmans ni investissement personnel direct dans ce territoire. J'ai investi dans cette société par l'intermédiaire de la filiale d'Eurane en Chine, Capital Concorde Limited, un holding qui gère toutes mes affaires chinoises. L'investissement dans International Bookstores apparaît au bilan de cette filiale. Rien n'est illégal.» Le quotidien se garde bien d'affirmer que ces montages enfreignent la loi. Il rappelle que, pour cela, il faudrait prouver que les holdings visées n'ont pas d'activité économique réelle aux Caïmans - dans ce cas, leurs actionnaires français sont imposables en France. Mais il s'agit, pour le moins, d'une énorme maladresse politique. Jean-Jacques Augier reconnaît simplement auprès du Monde son «caractère aventurier»...

    http://www.lefigaro.fr


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :