• Insultes et frais de « pognes » chez le frontiste Stéphane Ravier

    Insultes et frais de « pognes » chez le frontiste Stéphane Ravier

    LE MONDE   Par Gilles Rof

     
    Stéphane Ravier, en août 2013, à Marseille. Stéphane Ravier, en août 2013, à Marseille. BORIS HORVAT / AFP

    Vendredi 8 juillet, en pleines vacances estivales, Stéphane Ravier, maire Front national du 7secteur de Marseille et sénateur des Bouches-du-Rhône, convoque un conseil d’arrondissement extraordinaire. Au programme, la déchéance de son dixième adjoint, René Annibaldi, 73 ans, élu FN depuis mars 2014. Il y a moins d’un mois, M. Ravier a déjà retiré par arrêté la délégation aux sports confiée à cet ancien président du club de rugby à XIII de Marseille. Un homme d’affaires à la retraite avec qui les rapports sont extrêmement tendus.

    M. Annibaldi accuse le sénateur Ravier de le « harceler moralement et physiquement depuis un an et demi ». « Je regrette vraiment de m’être présenté sur sa liste, M. Ravier m’a enlevé quelques années de vie », se plaint l’ancien salarié du groupe Bernard Tapie, opéré du cœur le 21 juin et qui porte, depuis, un défibrillateur cardiaque.

    Deux mois plus tôt, M. Annibaldi a fait consigner dans une main courante des menaces téléphoniques qu’il aurait reçues de la part du maire. Le 11 juin, le retraité, dont l’épouse est une ancienne capitaine de police, se rend au commissariat du 13e arrondissement pour déposer une plainte. Cette fois, l’élu rapporte un épisode intervenu quelques heures plus tôt lors d’un concours de boules. Dans le procès-verbal, il raconte que Stéphane Ravier l’a brutalement invectivé et menacé : « Casse-toi, je vais te casser la tête, enculé. Tu n’as rien à faire là, vermine. »

    « Incompétence et népotisme »

    « Les accusations de M. Annibaldi sont mensongères, rétorque le sénateur Ravier, qui confirme avoir été convoqué au commissariat. Elles sont le fait d’un homme déçu de ne plus avoir la confiance du maire, comme cela arrive dans d’autres municipalités. » La plainte a été classée sans suite le 28 juin par le parquet de Marseille, au prétexte que « les faits ne sont pas punis par la loi ».

    L’adjoint aux sports de M. Ravier n’est pas le premier à dénoncer les méthodes autocratiques de l’édile. Adrien Mexis, prometteur cadre frontiste et directeur de cabinet de M. Ravier, a quitté ses fonctions en novembre 2015, pointant dans une interview au Monde « l’incompétence du maire et son népotisme ». La directrice générale des services, Marie-Dominique Desportes, pourtant nommée par Stéphane Ravier, a obtenu sa mutation début 2016 après avoir été publiquement désavouée par le maire.

    Lire aussi :   Le sénateur et maire FN Stéphane Ravier embauche son fils à la mairie

    Deux ex-élus de la majorité siègent actuellement comme « non inscrits » et plusieurs adjoints, dont la première, Marie Mustachia, sont privés de tout pouvoir. Pour marquer leur désaccord, rapporte le site Marsactu, une dizaine d’élus frontistes ont laissé leur chaise vide face au maire le 21 juin. Un maire qui ne s’appuie désormais que sur un cercle restreint d’élus, au premier rang duquel figure sa propre nièce, Sandrine d’Angio.

    « Sur les 31 membres de sa majorité, 3 ou 4 sont réellement FN, siffle M. Annibaldi. Les autres, je les appelle des “FM”, des “fins de mois”, qui ne restent que pour les indemnités» L’adjoint aux sports, lui, n’est pas entré en conflit avec Stéphane Ravier pour des raisons politiques – « J’apprécie Marine Le Pen », insiste-t-il –, mais pour des questions de méthodes et d’argent.

    3 000 euros de « pognes »

    « A la mairie, notre courrier est ouvert, nous ne pouvons prendre aucune décision, ni signer aucun document, énumère-t-il. Nous sommes des adjoints d’opérette dans une municipalité qui n’a aucun programme. » M. Annibaldi reproche également au sénateur d’avoir profité de ses largesses financières. Il exhibe ainsi plusieurs factures manuscrites – dont une de 2 998,99 euros pour 2 156 « pognes », des brioches marseillaises, commandées par la municipalité – qu’il aurait réglées sans jamais être remboursé.

    Des faits que des élus de la majorité FN confirment sous couvert d’anonymat, mais dont M. Ravier donne une autre version : « M. Annibaldi m’a avancé l’argent de ces pognes destinées à une association, mais je l’ai remboursé en liquide quelques semaines plus tard, devant témoins»

    Mardi matin, M. Annibaldi a reçu plusieurs appels de cadres nationaux du Front national. Tous lui ont demandé, avec tact, de démissionner. Dès vendredi, l’ex-adjoint de M. Ravier doit rejoindre, avec un autre élu FN, les bancs des « non inscrits ».

     
    • Gilles Rof
      Journaliste au Monde


    http://www.lemonde.fr/politique/article/2016/07/07/insultes-et-frais-de-pognes-chez-le-frontiste-stephane-ravier_4965296_823448.html#talu8jzoJYDEfKFr.99


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :