• Hérault : Jérémy, un des pompiers brûlés est décédé

    Hérault : Jérémy, un des pompiers brûlés est décédé

    Hérault : Jérémy, un des pompiers brûlés est décédé

    Âgé de 24 ans, il était rattaché au centre d’intervention et de secours de Saint-Mathieu-de-Tréviers. Les pompiers du Sdis 34 sont en deuil.
    Trois des quatre familles des sapeurs-pompiers du Sdis de l’Hérault grièvement brûlés lors de l’incendie de forêt du 10 août, entre Gabian et Roquessels, au nord de Béziers avaient récemment décidé de sortir de leur silence. Depuis ce drame, elles vivent un calvaire inimaginable : venir au chevet de leur fils et de leur compagnon chaque jour, aller au travail, continuer à vivre, quoi, mais avec ce terrible sentiment qui les tenaille : « l’absence de transparence. On a vraiment l’impression qu’on nous cache la vérité, qu’on veut couvrir les dysfonctionnements de cette intervention, car de graves erreurs ont été commises et cela est détestable » résume la maman de Lucas, un caporal de sapeur-pompier volontaire de 22 ans.

    Message

    La famille de Jérémy Beier a transmis ce message mercredi soir : « Nous pleurons aujourd’hui la mort injuste de notre enfant dont l’honneur et le courage s’exprimaient à travers cette devise : « Sauver ou périr ». Sa famille remercie encore toutes les personnes qui se sont manifestées auprès d’elle dans un immense élan de solidarité et générosité ».

    L’avocat, Luc Abratkewicz précise que « la famille tient aussi à faire savoir qu’elle est déterminée à ce que la justice et la vérité éclatent pour la mémoire de Jérémy ».

    La maman de Jérémy Beier et la compagne de Didier, pompier professionnel de 28 ans, ont récemment dénoncé « cette situation insupportable » au cabinet de maître Luc Abratkewicz. L’avocat de ces trois familles a déposé une plainte contre X auprès du procureur de la République de Béziers.

    Homicide et blessures involontaires

    Le procureur de la République de Béziers, Yvon Calvet va ouvrir ce jeudi une information judiciaire au cabinet d’un juge d’instruction pour homicide et blessures involontaires avec circonstances aggravantes. Le juge va désigner des experts judiciaires qui vont notamment examiner les véhicules dans lesquels les pompiers se trouvaient.

    Me Luc Abratkewicz assure « ne pas comprendre pourquoi le procureur a mis beaucoup de temps pour lancer cette phase judiciaire. Les faits sont graves et j’ai l’impression qu’on cherche à ce qu’ils ne soient pas ébruités, que tout se déroule en interne ».
    Me Abratkewicz espère que l’enquête de commandement par la direction du Sdis 34 et celle de la direction générale de la sécurité civile, ordonnée par le ministère de l’Intérieur qui sont en cours aboutiront rapidement.
    « Il y a eu des manquements »

    Très digne dans sa douleur, la maman de Lucas, qui ne peut retenir ses larmes abonde dans le sens de l’avocat : « Il y a eu des manquements, nous le savons, comme l’envoi du GIFF -groupe d’intervention feux de forêt- sous une ligne à haute tension, sur une crête dans le sens du front de feu, il faut que les responsables soient identifiés. Et il y avait eu des mentions portées sur les cahiers ouverts à cet effet dans les casernes indiquant que des camions-citernes feux de forêt, CCF, dont celui dans lequel se trouvait mon fils ne disposaient pas de système d’autoprotection automatique, ni de masques, ni de bouteilles d’air. Le président du conseil départemental de l’Hérault promet dans un courrier récent que tous les véhicules seront sécurisés. Mais, pourquoi cela n’a jamais été fait avant ? ».

    Cette maman évoque son quotidien fait de souffrances depuis plus d’un mois : « Contrairement aux bulletins de santé émis par la direction du Sdis 34, les trois pompiers sont toujours dans un état d’urgence absolue, préoccupant, ils ne peuvent pas parler. Et il y a ce silence, pesant, invraisemblable. On est resté dans l’ombre depuis le 10 août, mais, nous n’en pouvons plus. Il faut passer à la vitesse supérieure dans cette procédure. Savez-vous que nous n’avons toujours pas été entendus par les gendarmes en charge de l’enquête ? ».
    Il y a cette irritation aussi : « Comment se fait-il que les bulletins de santé sur l’état de nos enfants étaient diffusés sur la page Facebook du Sdis 34 ? Personne ne nous a demandé l’autorisation. Il a fallu que nous téléphonions à la direction du Sdis 34 pour que ces publications cessent. Le Sdis 34 n’a pas à communiquer à la place des familles sur l’évolution de la santé de nos enfants et compagnon, surtout en écrivant, à tort des diagnostics erronés ».

    La maman de Jérémy est dans cette optique, également : « Je veux savoir pourquoi tout a basculé ce 10 août, pourquoi ce gros accident. Je demande de l’aide, le Sdis 34 étant incapable de m’apporter les réponses à mes nombreuses interrogations légitimes. Avec la mère de Lucas, elle ne pas désarmer : « Nous allons aller jusqu’au bout du combat, je fais ça pour Lucas, quel sera son avenir ? Ce n’est pas de la vengeance ».

    La compagne de Didier, essuyant quelques larmes se dit « attristée d’être là pour un feu de forêt qui semblait banal. Je suis ici pour comprendre ce qui s’est passé, je veux qu’on me confirme qu’il y a bien eu des erreurs commises et j’attends des réponses ».
    Témoignages de casqués

    Pour Luc Abratkewicz, « cet accident n’est pas une fatalité. Le Sdis 34 a fait partir sur un feu de forêt deux CCF de la dernière génération, tous les pompiers à bord sont sortis indemnes du violent retour de flammes et deux autres CCF, cette fois de l’ancienne génération avec le résultat horrible que l’on sait : 4 pompiers brûlés, dont 3 atrocement en ayant été contraints de sauter dans les flammes ».
    L’avocat montpelliérain se félicite de la solidarité affichée par des sapeurs-pompiers de l’Hérault : « certains sont scandalisés par ce qui est survenu, ils se manifestent pour témoigner, pour m’apporter ce qu’ils savent, ils m’ont remis des documents transmis au procureur ».

    Le décès de Jérémy Beier devrait libérer d’autres sapeurs-pompiers du Sdis 34 encore silencieux.
     http://infos-h24.fr


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :