• FN : la grande purge ( le grand nettoyage à sec)

    FN : la grande purge

    Marine Le Pen a profité de la fête du 1er Mai pour enterrer spectaculairement le FN d'antan et se séparer des derniers fidèles de son père.

    Par
     

    FN : la grande purge

    « Je ne suis pas sûr de rester très longtemps au FN », annonçait samedi Bruno Gollnisch au Point. La semaine dernière, Marine Le Pen a appelé les derniers Mohicans du FN restés fidèles à son père, exclu du parti en août 2015, pour les prévenir : le 1er mai, il faudra choisir son camp. Ceux qui célébreront Jeanne d'Arc dimanche matin place des Pyramides aux côtés de Jean-Marie Le Pen passeront en commission de discipline. Ils subiront ainsi le même sort que le Menhir, exclu du FN à l'initiative de sa fille après une énième saillie sur les chambres à gaz, le maréchal Pétain et la guerre d'Algérie. Marine Le Pen aurait même, selon l'entourage de son père, envoyé des « espions » place des Pyramides prendre des photos afin de repérer les mutins.

    « Diabolique » « dédiabolisation »

    Ils ont donc pu observer de près les députés européens Bruno Gollnisch, Marie-Christine Arnautu et Mireille d'Ornano qui ont fait le choix rédhibitoire de s'afficher avec le patriarche au pied de la pucelle d'Orléans. Et d'écouter ce dernier fustiger la « diabolique stratégie » « de dédiabolisation » qui conduit, selon lui, le FN vers la défaite, peut-être même dès le premier tour.

    Marine Le Pen qui déposait au même moment une gerbe sous une autre statue de Jeanne d'Arc, place Saint-Augustin, afin d'éviter son père, les a immédiatement sanctionnés ; ils n'étaient donc plus les bienvenus au « banquet patriote », grande première de cette nouvelle formule du 1er Mai organisé par le FN rassemblant 2 000 cadres et militants du parti porte de la Villette à Paris. Un changement de formule officiellement justifié par des raisons de sécurité, mais qui consiste en réalité à éviter que le FN ne soit de nouveau associé à son père.

    Habile opération de communication

    La présidente du FN, qui annonçait à cette occasion « son retrait médiatique » pour s'extirper « du marigot politique parisien », réalise ainsi une habile opération de communication. Place des Pyramides, le spectacle télévisé d'un Jean-Marie Le Pen plus tout à fait fringant et de son public : anciens lieutenants revenus à ses côtés, quelques dizaines de crânes rasés, porteurs de drapeaux à fleurs de lys, lecteurs de Rivarol et autres nostalgiques de l'Algérie française venus comme chaque année se réunir sous la statue de Jeanne d'Arc. 

              Place des Pyramides le 1er mai. © Hugo Domenach

    Porte de la Villette, c'est au contraire le FN « new look » qui déroule son tapis bleu marine sous le regard d'une Jeanne d'Arc version manga : écrans géants disposés de part et d'autre de l'immense scène, militants sagement attablés pour écouter les nouveaux présidents des groupes frontistes élus aux conseils régionaux claironner que « le FN est le premier parti de France ».

    FN : la grande purge

    Le banquet du FN à la Villette le 1er mai. © Hugo Domenach

    En demandant aux fidèles de son père de faire un choix, Marine Le Pen met en scène le drame d'une rupture politique et familiale. Les trois indisciplinés dont les cas sont discutés au bureau politique lundi matin en ont déjà fait les frais. Selon l'Agence France-Presse, le bureau politique du Front national a adopté une motion demandant à Marie-Christine Arnautu et Bruno Gollnisch de quitter leurs fonctions au bureau exécutif et au bureau politique du parti. « Une motion a été adoptée par le bureau politique [qui compte 42 membres, NDLR] pour demander leur démission, avec 3 votes contre et 4 abstentions », a indiqué un dirigeant du parti à l'AFP. L'adoption de cette motion a été confirmée par un autre dirigeant.

    « Il faut qu'on aille jusqu'au bout maintenant », annonçait dimanche Steeve Briois, vice-président du FN. « Gollnisch et Arnautu étaient les deux seuls du bureau politique à avoir voté contre l'exclusion de Jean-Marie Le Pen. Gollnisch avait déjà quitté le groupe FN au Parlement européen. On peut difficilement imaginer qu'ils puissent continuer de siéger dans les instances de direction », précisait dimanche Sébastien Chenu, proche de la patronne du FN, au Point. Et de poursuivre : « C'est la fin d'une aventure. Marine Le Pen solde tout. »

     http://www.lepoint.fr


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :