• Alerte à la bombe à Fenwal : cent cinquante salariés évacués

     CHATEAUROUX  INDRE 

    Alerte à la bombe à Fenwal : cent cinquante salariés évacués

    11/02/2016 
     
    Les gendarmes ont bloqué, hier, tous les axes pouvant mener à l'entreprise. - Les gendarmes ont bloqué, hier, tous les axes pouvant mener à l'entreprise. - (Photo NR, Patrick Gaïda)
     
    Les gendarmes ont bloqué, hier, tous les axes pouvant mener à l'entreprise. - (Photo NR, Patrick Gaïda)

    Lacs. Après une alerte à la bombe reçue à la gendarmerie de La Châtre l’entreprise Fenwal a été évacuée, hier en début d’après-midi.

    Un courrier reçu à la gendarmerie de La Châtre a tout déclenché, hier en début d'après-midi. « Cette lettre évoquait " la semaine 6 ", détaille Frédéric Planes, secrétaire général de la préfecture, et quelques phrases plus loin, " deux bombes dans l'enceinte de l'entreprise Fenwal " ». Quelques mots anonymes qui allaient entraîner l'évacuation de la société située sur la commune de Lacs. Très rapidement, une trentaine de gendarmes investissaient les lieux « et après la sortie d'environ cent cinquante personnes, explique Philippe Aubrun-Sassier, maire, les premières recherches se sont concentrées sur les extérieurs ». Dans des bosquets, entre les voitures sur le parking… sans la moindre trace d'objets suspects.

    Aucun lien terroriste

    Vers 18 h 50, une équipe cynophile en provenance des Yvelines arrivait sur place et commençait un travail de recherches, cette fois-ci à l'intérieur des locaux. « Il y a de très fortes probabilités que ce soit une fausse alerte, nous confiait, quelques instants plus tard, Frédéric Planes, mais nous ne pouvons bien sûr pas laisser planer le moindre doute et devons entreprendre ces recherches » qui risquaient de durer une partie de la nuit.
    Parallèlement à ces investigations, une enquête était ouverte « et si l'auteur de ce courrier anonyme est retrouvé,indique de son côté, Frédérique Delpy, substitut du procureur, il risque une sanction pouvant aller jusqu'à une peine de prison ferme ». Ce qui est sûr, « c'est que ce courrier n'a pas été revendiqué et qu'il n'a aucun lien avec une quelconque menace terroriste ».
    « Si c'est une mauvaise plaisanterie qui est confirmée à l'issue de ces recherches, conclut le maire de Lacs, c'est encore un mauvais coup porté à une entreprise qui n'a vraiment pas besoin d'une telle publicité. Il y en a qui s'acharnent véritablement contre elle et j'espère qu'ils seront confondus le plus rapidement possible. »

    http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :