• Les baigneurs d’une plage de Rabat attaqués au sabre, plusieurs blessés

    Une plage de Rabat a été prise d’assaut la semaine dernière par une bande composée d’une dizaine d’hommes. Sabres, coutelas ont été utilisés pour dépouiller tous les estivants.

    Ce vendredi 24 juillet, une date à oublier pour beaucoup d’estivants qui se trouvaient à la plage Al-Gharbia de Rabat. Ce jour là, une bande d’une dizaine d’hommes a attaqué les baigneurs et les promeneurs pour les délester de tout ce qu’ils avaient de précieux, rapporte le journal Al Akhbar, et gare à ceux qui tentaient de résister.

    L’attaque a finalement été stoppée après l’intervention de la police et une course-poursuite s’est soldée par l’arrestation de sept individus, tous mineurs. Il seront, selon la même source, poursuivis pour vol sous la menace d’une arme blanche et constitution de bande de malfaiteurs, alors que les trois autres sont activement recherchés par la police. Les blessés ont quant à eux été transportés à l’hôpital.

    Cet événement survient à peine quelques jours après l’attaque par des hommes cagoulés de la plage de Dar El Kebdani, dans la région d’Al Hoceima où heureusement l’intervention rapide de la gendarmerie a permis d’éviter le pire.

    http://www.bladi.net/societe.html

     


    votre commentaire
  • Le flop de SOS Racisme à Reims

    CK11KgvXAAAwI1l.jpg

    Suite à l'agression dont a été victime une jeune femme, qui se faisait bronzer en maillot de bain dans un parc de Reims en fin de semaine dernière, par une bande de "chances pour la France", l'officine anti-nationale SOS Racisme, largement stipendiée par les municipalités grâce à l'argent des contribuables, avait appelé à un rassemblement citoyen sur les lieux du méfait.

    SOS Racisme ne doute de rien et on allait voir ce qu'on allait voir. Toute la presse aux ordres, dans un unanimisme touchant, a salué cette initiative qui devait faire prendre conscience que les Français, dans leur immense majorité, ne faisaient "pas d'amalgame"...

    Comme l'atteste la photo de ce rassemblement des bonnes consciences venues de toute la région Champagne-Ardennes, SOS Racisme a fait un flop. Une demi-douzaine de laiderons s'est exhibée devant les caméras en tentant de faire croire que c'était au nom de la France entière que cette démonstration pathétique se déroulait.

    Décidément, à part les larbins de la presse du Système, SOS Racisme n'intéresse plus personne. Mêmes les mateurs lubriques ne se sont pas déplacés...

    Synthèse nationale


    votre commentaire
  •  

    Tabassée dans un parc car elle porte un maillot de bain : « Pas de mobile religieux » pour le Parquet !

     

    Un groupe de cinq racailles musulmanes (dont une certaine Zougatta) a agressé une jeune femme qui prenait un bain de soleil en maillot mercredi à Reims.

    Pendant que le maire collabo de Reims déclarait : « il est intolérable de stigmatiser une communauté ou une autre pour un acte commis par quelques-uns et sans connaître le fond de cette affaire », le Parquet aux ordres de Madame Taubira osait prétendre que « ni la victime ni les auteures des coups n’ont fait état, lors des auditions, d’un mobile religieux ou d’un mobile moral qui aurait déclenché l’altercation. »

    Bienvenue en République Socialiste...


    1 commentaire
  • Ce clochard de Séguéla ..

                                                   


     Le 28/07/2015
    M. Jacques Séguéla a connu, sous les ors de la République, nombre de porteurs de Rolex et certainement très peu de Français en Solex ! Pour lui, n’importe qui, même "un clochard", peut mettre de côté 1.500 € !

      Beaucoup de « n’importe qui » en Solex aimeraient en avoir la recette.

    En 1934, à peine né, le petit Jacques baigne dans un milieu plus proche de gens à Rolex qu’en Solex : grands-parents et parents chirurgiens.
     Mamie a, d’ailleurs, été la première chirurgienne de Montpellier !
    Il a dû, ado, côtoyer plus de notables à Rolex que de patients en Solex.
    Famille oblige, pour le bac, visa pour la fac de médecine, on le met chez les Jésuites.
     Patatras !
    Pas de bac.
     Il ne l’aura qu’un an après mais pour son père, c’est rédhibitoire !
     Il l’inscrit, humiliation suprême, en pharmacie !
     Jacques ne se « contente » pas du titre de « pharmacien » : il continue et, à 25 ans, il est « docteur en pharmacie » pour honorer ses parents « docteurs en médecine » !
    Mais il ne sera pas plus pharmacien qu’il ne sera clochard : sa vie sera une succession de virages (parti en 2CV pour étudier les plantes médicinales du globe, cela se réduit en une conférence pour… Citroën !), de réussites (en 3 ans à France-Soir, son « père spirituel », Pierre Lazareff, le nomme rédacteur en chef !) et d’échecs (à 33 ans, lui et son copain financier Bernard Roux sont exclus d’une société de pub). 
    Bien leur en a pris : en 1970, ils fondent l’agence de com’ Roux-Séguéla qui deviendra la célèbre RSCG avec Alain Cayzac et Jean-Michel Goudard.
     Grâce à elle, il se fait un nom lors de 1.500 campagnes de pub et, surtout, de 20 présidentielles dans 10 pays !
     En France, ses « clients » ont été François Mitterrand, Lionel Jospin et Ségolène Royal…

    Il la trahira sans remords en avouant voter Sarkozy au 2è tour : « Les bourdes qui embourbaient Ségolène Royal, dira-t-il, ses sautes d’humeur alignées comme des sauts d’obstacles, ses volte-face à faire perdre la face me désarçonnaient. »

    Beau et haut parleur, certes mais – au moins dans ce cas – dépourvu de toute galanterie ou reconnaissance du ventre…
     Même si c’était justifié, il aurait dû garder un silence décent.
    Toujours « mitterrandien » mais copain de M. Sarkozy, il veut le défendre en lançant en 2009 sur France 2 : « Comment peut-on reprocher à un Président d’avoir une Rolex ? Enfin, tout le monde a une Rolex. Si, à 50 ans, on n’a pas une Rolex, on a raté sa vie. »

    Il s’en est excusé mais, vlan, lundi sur BFM TV, il a remis cela: « Même si on est clochard, on peut arriver à mettre 1.500 € de côté. »

    Certes, de vrais clochards doivent pouvoir le faire.
    Mais, dans la bouche de M. Séguéla, par « clochard » il entend « n’importe qui ».
     Et, là, c’est soit se moquer du monde, soit être complètement à côté de la plaque… d’égout où il est assis.

     Le caustique Pierre Desproges – que j’ai croisé à L’Aurore – avait évoqué Séguéla : « De deux choses l’une : ou bien Jacques Séguéla est un con, et ça m’étonnerait quand même un peu ; ou bien Jacques Séguéla n’est pas un con, et ça m’étonnerait quand même beaucoup ! »

    votre commentaire
  • Aéroport de Montpellier : les musulmans exonérés de contrôle

    Publié le 27 juillet 2015 - par  ..

    niqabEn France, les contrôles dans les aéroports ne concernent pas les musulmans !
    La scène se déroule en mars 2105, un dimanche matin, à l’aéroport de Montpellier. Il est 6 heures, et les voyageurs à destination de Paris se présentent au contrôle de sécurité.

    Tous les voyageurs ? Pour Henri Temple, universitaire français, spécialiste du droit économique – et passager comme les autres – cela va de soi. Aussi trouve-t-il normal qu’on lui fasse ôter son manteau, sa veste, la ceinture de son pantalon, ainsi que ses chaussures : sécurité oblige !

    A ce moment-là, passe devant lui un couple de musulmans, à qui on ne demande rien. L’homme est en djellaba, en tennis, le bas du visage dévoré par une longue barbe, et la tête coiffée d’une chéchia blanche. La femme (on suppose que c’en est une !) est intégralement couverte d’une burqa noire, qui ne laisse voir que les yeux, et encore !

    Interloqué, notre universitaire lâche à haute voix : « Madame, savez-vous que votre tenue vestimentaire est interdite par la loi française ? ». L’homme se retourne, dévisage du regard Henri Temple, puis poursuit son chemin. La femme ne répond pas.

    Une vingtaine de personnes ont assisté à ce camouflet, mais toutes ont baissé la tête : aucune n’a daigné voir ce que chacune a vu ! Aucune ne s’est adressée à Henri Temple pour lui témoigner quelque soutien. Aucune n’a su dire « non » à l’inacceptable.

    Notre universitaire est resté là, terriblement seul, écrasé par un silence qui s’est mu peu à peu en vertige civique : « L’Etat de droit, la liberté, la laïcité ne seraient-ils que du vent ? Les Français ont-ils si peu de courage ? Ne savent-ils pas qu’il n’y a point de liberté sans le courage de tous ? ».

    L’heure avance… et notre universitaire aussi ! Un énième contrôle l’attend … en chaussettes, humilié. La femme en burqa est déjà passée, comme si elle était transparente, ou toute nue !

    Henri Temple demande alors à la factionnaire pourquoi on fait enlever les chaussures et pas le voile intégral, pourtant interdit par la loi ? La factionnaire, à son tour, baisse la tête !

    Consignes ? Instructions ? Mots d’ordre ? Si oui, de qui ? De la Police aux frontières ? Des vigiles ? De l’aéroport ? D’Air France ? Où sont l’Etat, la police, la justice ? A quoi servent les lois ?

    Mais en politique, comme en chimie, « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ». Autrement dit viendra le temps où l’Etat devra rendre des comptes devant la Nation, pour faute lourde !

    Maurice Vidal

    http://ripostelaique.com/author/maurice-vidal

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique