• Cancérologie et intérêts financiers : entretien avec Nicole Delépine

    Par: Le Libre Penseur..

    Nicole Delépine est cancérologue pour enfants à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches (Hauts-de-Seine) et écrivain. Cela fait près de 30 ans qu’elle soigne ses patients avec des traitements en marge des protocoles habituels, avec un taux de réussite parmi les meilleurs de France. Pourtant, son service est menacé de fermeture à cause du Plan cancer 2014. Pour ERTV, elle revient sur son parcours et les raisons de cette politique décidée en haut lieu, ainsi que sur la façon dont on traite les patients atteints du cancer aujourd’hui.


    votre commentaire
  • L’Aube dorée en progression aux municipales et aux régionales

    Publié par :Thomas Joly..

    Les élections régionales et municipales en Grèce ont été marquées par le rejet massif du gouvernement. L’extrême gauche, avec SYRIZA, est le premier bénéficiaire du refus des politiques d’austérité imposées par l’oligarchie. Dans un scrutin traditionnellement difficile, les nationalistes ont progressé dans la plupart des régions. L’Aube dorée avait surtout consacré ses ressources à la campagne d’Ilias Kasidiaris à Athènes, pour les élections municipales, et à celle d’Ilias Panagiotaros dans la région Attique.

    Tous les deux ont subi et subissent particulièrement la répression de la dictature depuis l’automne 2013. Ils ont connu les arrestations, les perquisitions, les calomnies, les accusations mensongères et la prison. Ilias Panagiotaros est toujours détenu actuellement.
    À Athènes, Ilias Kasidiaris est arrivé en troisième position avec 16,1 %, en progression de 9 points par rapport aux dernières élections. Dans la région Attique, l’Aube dorée totalise 11,3 %, un résultat en hausse de près de 4 points par rapport au précédent scrutin. Ces bons résultats sont encourageants à une semaine des élections européennes, un scrutin sur lequel compte particulièrement l’Aube dorée. Le mouvement, qui avait obtenu, en 2009, 0,5 % des voix, espère au minimum multiplier son score par 20. Lire la suite


    votre commentaire
  • Bygmalion : une conférence à 300.000 euros avec Pierre Lellouche..

    Publié par Thomas Joly ..

    Les révélations se poursuivent dans l’affaire de la société Bygmalion. Cette entreprise dirigée par des proches de Jean-François Copé, est accusée d’avoir surfacturé une réunion organisée durant la campagne de 2012 de l’UMP. Pour quelques propos tenus par Pierre Lellouche, défenseur fanatique d’Israël, devant une petite assemblée, la société a facturé 299.000 à l’UMP.

    La Cour des comptes ayant invalidé les comptes de campagne de Nicolas Sárközy, ce ne sont pas les Français qui ont finalement payé pour cette escroquerie présumée, mais les militants de l’UMP.

    Source


    votre commentaire
  • Julien Dray, le « frère » socialiste recruté par le magazine érotique LUI ...

    julien-dray-ps-mpi

    magazine-lui-mpi

    Julien Dray, vice-président (PS) du Conseil régional d’Ile-de-France, ancien trotskiste de la Ligue Communiste Révolutionnaire (LCR), ancien vice-président de SOS Racisme, ancien proche de Jean-Luc Mélenchon (à l’époque de Gauche socialiste), franc-maçon au Grand Orient de France, est aussi un collectionneur notoire de montres et de stylos de luxe.

    Il a été recruté par le magazine érotique LUI pour y tenir la rubrique   »Montres ». La politique mène à tout… Même à vanter des montres hors de prix entre des photos de femmes nues…

    Quant aux naïfs électeurs de gauche, qu’ils continuent à chanter Debout les damnés de la terre…     http://medias-presse.info/


    votre commentaire
  • "Été 1914" … à la BnF

    voir le diaporama

     Les treize jours qui ont déclenché la guerre ! A la Bibliothèque nationale de France, l’exposition « Été 14. Les derniers jours de l’ancien monde » revient sur l’engrenage qui a vu démarrer le premier conflit mondial, entre le 23 juillet et le 4 août 1914. Visite en images.


    Été 1914 : la Première Guerre mondiale s’apprête à éclater avec une rapidité désarmante mais, pour le moment, tout est calme. Ce sont, pour Stefan Zweig, « les derniers jours de l’ancien monde ». De fait, l’engrenage se déclenche entre la remise de l’ultimatum de l’Autriche-Hongrie à la Serbie, le 23 juillet, et la déclaration de guerre de la Grande-Bretagne à l’Allemagne, le 4 août. Treize journées cruciales auxquelles la BnF consacre, jusqu’au 3 août, une exposition : « Été 14 ».

    À l’appui : de nombreux journaux, lettres, livres, archives photographiques, estampes et objets issus principalement des départements de la BnF et des collections du ministère de la Défense. Fil directeur, la chronologie prend place sur une grande cimaise en forme de demi-cadran. Sur un écran à l’entrée, sont projetées les actualités du moment. La 12e édition du Tour de France bat son plein, l’affaire Caillaux passionne les journaux, les suffragettes défilent pour réclamer le droit de vote. L’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand d’Autriche, le 28 juin, est déjà oublié.

     L’insouciance de la Belle Époque

    À Baden, près de Vienne, Stefan Zweig se remémore « les prairies parfumées et chaudes, les forêts sombres et touffues avec leur jeune verdure ». Catalogues, revues et affiches de mode rappellent l’insouciance de ce que l’on qualifiera plus tard de « Belle Époque ». Le kaiser Guillaume II part en croisière.

    Les Présidents français de la République et du Conseil, Raymond Poincaré et René Viviani, réaffirment l’alliance franco-russe lors d’un voyage officiel à Saint-Pétersbourg. Et pourtant : on vit dans l’anticipation du conflit. Une carte du continent, datant de 1886, montre une Allemagne-pieuvre attaquée de part et d’autres par la France et la Russie : « Ici, on lit la revanche ». Livres de lectures, manuels d’histoire ou de morale : dès l’école, les enfants sont familiarisés avec le fait militaire. Lors des prix de fin d’année, on remet aux plus méritants les romans de l’officier Émile Driant, qui use du pseudonyme Danrit pour échapper à la censure de ses chefs.

     Le « suicide » de l’Europe

     Les militaires se veulent des professionnels de la guerre : leur devoir est de la préparer activement. De nouveaux armements sont développés, sans que leurs effets stratégiques et tactiques soient toujours bien anticipés. Des lettres d’écrivains apportent une dimension humaine à l’histoire. Romain Rolland considère cet affrontement comme un « suicide de l’Europe ». Jean Jaurès parle « d’oscillation au bord de l’abîme ». Il voit juste. Le 29 juillet, la Russie s’engage contre l’Autriche-Hongrie. Le 1er août, l’Allemagne et la France mobilisent.

    Le 22 août, les Français perdent 27.000 soldats à la fin de la « bataille des Frontières ». C’est la journée la plus meurtrière de l’histoire de France. Ce choc est illustré par un mur recouvert d’un millier de fiches de soldats « morts pour la France ». La Grande Guerre ne fait, hélas, que commencer.

    Relaxnews


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique