•  Beauvais : sapeurs-pompiers et policiers caillassés dans les quartiers

    Patrick Caffin
     
    Beauvais. C’est ce camion de pompiers qui a été la cible de projectiles lancés par une vingtaine de jeunes cagoulés lors d’un guet-apens monté dans la nuit de mercredi à jeudi dans le quartier Saint-Jean. Beauvais. C’est ce camion de pompiers qui a été la cible de projectiles lancés par une vingtaine de jeunes cagoulés lors d’un guet-apens monté dans la nuit de mercredi à jeudi dans le quartier Saint-Jean. (DR.)

    « On a subi un véritable guet-apens. » Encore sous le choc, un pompier de Beauvais raconte l’agression qu’il a subie avec ses collègues vers 1 h 30, dans la nuit de mercredi à jeudi, sur le plateau Saint-Jean. « On a été appelés pour un feu de véhicule, précise-t-il. Arrivé à un carrefour près du lycée Corot, on s’est retrouvés bloqués par une barrière placée au milieu de la route.

     

    En quelques secondes, une vingtaine de jeunes cagoulés ont bombardé le camion avec des cailloux, cassant le pare-brise. Ça faisait longtemps qu’on n’avait pas connu ça à Beauvais. » La ville, réputée pour son calme, a depuis des années échappé aux flambées de violence qui émaillent régulièrement les banlieues françaises. Depuis le 14 juillet, une série d’événements est pourtant à déplorer dans les deux quartiers sensibles de Beauvais : Argentine et Saint-Jean. Le 15 juillet, des policiers étaient pris à partie par cinq individus qui leur ont jeté des projectiles. Le 16 juillet, un feu de scooter était signalé dans la ZUS Argentine. Si l’intervention des pompiers et des policiers se déroulait sans incident, une forte détonation était entendue, sans qu’on connaisse la nature exacte de l’explosion. Au même moment, un véhicule était incendié à côté de l’école Launey à Saint-Jean, brûlant partiellement le portail, le grillage et les buissons. « Il y a eu des événements chaque nuit même si on ne peut pas dire que la tension monte crescendo, assure Delphine Raeckelboom, substitut du procureur de Beauvais. Nous avons pris cette affaire avec beaucoup de sérieux et nous sommes très vigilants. C’est la priorité du parquet et du commissariat de police, même s’il est trop tôt pour évoquer nos pistes de travail. »

    http://www.leparisien.fr/beauvais-60000/beauvais-sapeurs-pompiers-et-policiers-caillasses-dans-les-quartiers-17-07-2015-4952827.php#xtref=http%3A%2F%2Ft.co%2F5Fxac7OfyD

     


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Financement du Front national : le parquet de Paris réclame la mise en examen de Steeve Briois

    Dans un réquisitoire supplétif daté du 23 juin, le parquet de Paris a demandé aux juges d’instruction la mise en examen du maire d’Henin-Beaumont. Même demande pour le Front National en tant que personne morale. Les magistrats ne semblent pourtant pas vouloir accéder à la demande du parquet sur le cas de Steeve Briois…

    Info Atlantico

    image: http://www.atlantico.fr/sites/atlantico.fr/files/styles/une/public/images/2014/04/steeveas.JPG

    Financement du Front national : le parquet de Paris réclame la mise en examen de Steeve Briois

    Rebondissement dans l’affaire du financement du Front national lors de la présidentielle de 2012 et des législatives qui ont suivi dans la foulée : le parquet de Paris, dans un réquisitoire d’une demi- douzaine de pages daté de du 23 juin, vient de demander la mise en examen de Steeve Briois, le nouveau maire d’Hénin-Beaumont ( Pas-de-Calais) et député européen depuis 2014.  En tant que secrétaire général du Front National, entre 2011 et 2014, Briois a en effet suivi la campagne présidentielle de Marine Le Pen, en tant que « chargé de la mobilisation militante. »

    Le parquet, toujours dans ce réquisitoire supplétif, a également demandé la mise en en examen, en qualité de personne morale, du Front national présidé par Marine Le Pen.

    Le micro- parti, Jeanne, mis en place par la fille de Jean-Marie Le Pen a déjà été épinglé – au début du mois de mai- par les juges Renaud Van Ruymbeke et Aude Buresi qui enquêtent depuis avril 2014, suite à un signalement de la commission des comptes de campagne, sur un éventuel financement illicite des campagnes électorales du mouvement. 

    A ce jour, plusieurs proches de Marine Le Pen ont été mis en examen. Comme Jean-François Jalkh, président du micro-parti Jeanne, également vice-président du mouvement, Frédéric Chatillon, patron de la société de communication Riwal et Axel Loustau, le trésorier de  Jeanne. A priori, malgré ce réquisitoire supplétif du parquet de Paris, les juges Renaud Van Ruymbeke et Aude Buresi n’envisagent pas de mettre en examen Steeve Briois.  Peut-être de l'entendre, rien n’est  décidé, comme témoin assisté. Comme l’a été récemment le trésorier du Front national Wallerand de Saint- Just.

     

    Entré dans le cabinet de Van Ruymbeke pour y être mis en examen, il en était ressorti sous le statut de témoin assisté. Est- ce à dire que ce dossier du financement illicite ne serait pas si carré que cela ? Certains proches de Marine Le Pen, on ne sera pas surpris, ne sont pas loin de le penser. Il se dit que l’instruction pourrait être terminée à l’automne…

    Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/financement-front-national-parquet-paris-reclame-mise-en-examen-steeve-briois-2241614.html#rcy5FuZ1RVrmSuFP.99


    votre commentaire
  • Violences urbaines, ou le triomphe de l’anomie..

    PViolences urbaines, ou le triomphe de l’anomie

    Tandis que François Hollande se glorifie d’une affaire d’attentat déjoué pour tenter de redorer son blason, une autre forme de terrorisme, plus insidieuse, plus pulsionnelle, plus éparse s’instille dans la ville. Elle n’émane pas d’une organisation ni d’un groupuscule, mais d’une frange de la population, celle des fauteurs de troubles et des petits caïds qui s’imaginent ainsi combattre un système et lui substituer leurs codes. Ce terrorisme-là est celui de la racaille attitude, du communautarisme, de la haine de la France. Il n’est pas politique mais civilisationnel.

    Durant les 13 et 14 juillet, 723 citoyens ont eu la détestable surprise de découvrir leur voiture carbonisée par de jeunes branleurs en panne de décence et bêtes à manger du foin, qui n’ont d’autre talent pour se faire remarquer que de dégrader le bien d’autrui. S’approprier l’espace, contrôler des zones de non-droit, recréer un univers digne d’une série policière américaine de deuxième catégorie, défier l’autorité en caillassant les forces de l’ordre et les pompiers, défigurer la ville, se défouler sur les autres de leurs propres échecs, se venger d’un destin auquel ils se condamnent eux-mêmes, telle est leur raison d’être

    L’angélisme a fait long feu. Il voulut culpabiliser les Français en prétendant que ces « jeunes » étaient victimes de leur environnement hostile et de l’inégalité des chances. Seulement, voilà. Mettez-les dans des quartiers cossus de Paris, dans des HLM flambant neufs – avant de flamber tout court – et ils reproduiront le même schéma de bruit et de fureur. À Paris, autrefois épargné, des dizaines de véhicules ont été cramés jusque dans le très chic 16e arrondissement, porte de Saint-Cloud. Dans le 17e, vers le boulevard Berthier, plusieurs voitures ont subi le même sort, un risque d’explosion a été évité mais un coffret mural EDF a été détruit, privant 1.300 foyers d’électricité. Dans le 14e, le secteur Pernety a été la scène d’échauffourées, départs de feux, jets de mortiers. Dans le 15e, des voitures ont été brûlées rue du Théâtre, des arbres incendiés à l’entrée d’une école aux alentours du parc André-Citroën, où sévissent des bandes de dealers. Le plus souvent, les événements se déroulent dans des périmètres à forte concentration d’immeubles sociaux, devenus lieux de délinquance et d’incivilités, du fait de la mixité imposée aux riverains par la mairie de Paris.

    En Île-de-France, une médiathèque, une école et un commerce ont été incendiés à La Courneuve ; les locaux de la police municipale ont été assiégés à Neuilly-Plaisance. À Lyon, des voitures et des poubelles ont été brûlées et des pétards jetés sur la police. Abribus détériorés, embuscades tendues aux policiers, feux sur la voie publique : la soif de destruction semble inextinguible. Pour l’heure, 603 individus ont été placés en garde à vue. Quelles seront les suites judiciaires ? On ne se fait guère d’illusions, surtout avec madame Taubira en pompier pyromane de la justice. In fine, on décompte une hausse de 23 % de voitures flambées par rapport à 2014. Chaque année est pire que la précédente ; chaque 14 Juillet apporte son lot d’émeutes, d’agressions, de saccages. Des nuisances devenues presque routinières contre lesquelles aucun gouvernement ne semble vouloir lutter.

    Dans l’euphorie malsaine des feux de vandales se profile le triomphe de l’anomie, du chaos, de la déculturation. Combien de violences urbaines et de carcasses brûlées faudra-t-il encore pour que des mesures dissuasives soient enfin déployées ? François Hollande se voit comme un Président audacieux : qu’il le prouve !

    Eloïse Gloria

    source Boulevard Voltaire


    votre commentaire
  • Face aux djihadistes, la France possède l’arme absolue : super-Cazeneuve !

    Publié le 17 juillet 2015 - par

    CazeneuvelarmesPlus besoin de camomille, nous avons Cazeneuve !

    Il mange tellement son chapeau depuis l’attentat dans l’usine classée Seveso qui a vu la décapitation de ce brave employeur croyant faire le bien en embauchant un arabe, qu’il est même allé pleurer à ses funérailles.

    Personne n’a été dupe, bien sûr ! C’est sur lui-même que pleurait cazenoisette. Il se voyait, déjà, limogé pour n’avoir pas anticipé les actions criminelles de ses protégés du Djihad. Puisque, selon lui, être un adepte du Djihad n’est pas un crime et donc est parfaitement compatible avec la République.

    Il faut sécuriser les sites sensibles (dixit).

    Et puis, quelques jours plus tard, ces mêmes présumés djihadistes inoffensifs s’attaquent à un dépôt de munitions de l’armée française… Merde, vite, il faut annoncer le renforcement de la sécurité de nos dépôts d’armes.

    Il faut sécuriser nos sites militaires (dixit).

    Entre temps, les djihadistes en herbe des cités s’attaquent aux Français lambda.

    Comme à l’accoutumée, à la veille du 14 juillet (ou à chaque fête franco-française), ils descendent dans les rues, brûlent des voitures, des poubelles, cassent tout ce qu’ils trouvent sur leur passage, de véritables petits Attila.

    Les pompiers et les policiers, alertés par le voisinage, venus contrecarrer leurs projets de destruction massive, se font agresser par ces hordes de sauvages.

    Comme c’est devenu un classique depuis 2005, cazemolle, n’en pipe pas mot. Ce n’est pas grave, inutile d’alerter les populations qui risqueraient de faire l’amalgame avec les attentats. Motus et bouche cousue.

    Silence ! On tourne… la page.

    Las ! Les protégés du petit ministre prennent à la lettre ses déclarations sur le djihad. Ils remettent ça sur un site pétrolier hautement sensible et font sauter deux cuves (ils ne sont pas assez experts, encore, pour réussir leurs coups !) qui brûleront pendant encore quelques jours.

    Aïe ! Cazebonbons est dans une mauvaise posture. Comment faire avaler la pilule à tous ces cons de Français qui veulent sa peau ? Et puis… Y a pas eu de blessés ! Pas la peine d’en faire un fromage. Si on a réussi à faire passer le crash de la Lufthansa pour un suicide alors qu’il visait les sites nucléaires de Provence, on va pas se faire emmerder pour deux cuves en feu !

    Eureka ! J’ai trouvé.

    Un attentat déjoué, ça paye !

    Cazeroubine va faire une déclaration fracassante. Un scoop ! Et qui clouera le bec à tous ses détracteurs. Mais, surtout, il faudra le passer en boucle sur tous les media. Comme ça, ils n’auront pas le temps de le harceler sur les derniers exploits de ses terroristes préférés.

    Quatre  gamins présumés djihadistes, âgés de 16 à 23 ans, sont en garde à vue depuis lundi ! Ces guerriers d’Allah voulaient s’attaquer à des installations militaires… enfin, c’est ce que nous rabâche le ministre de l’insécurité.

    Mais… Ne craignez rien. Ce n’était pas pour tout de suite. Ils avaient programmé ça pour dans six mois (on n’est jamais trop prudents, faut prévoir l’imprévu !).

    Quatre djihadistes, donc, qui se mettent à table pendant le ramadan, c’est une double victoire !

    Et ils disent tout, hein ! Vous verrez qu’on saura même l’heure à laquelle ils devaient passer à l’action.

    Avec l’aide des media, ça va bien prendre deux petites semaines cette histoire, pour détourner les regards et les interrogations des Français trop curieux.

    Non. Vraiment, c’est pas la peine d’emmerder les Français avec le rappel des bourdes criminelles et récentes de cazefermée. Ils pourraient croire en sa totale incompétence. Il vaut mieux les entretenir avec le succès de la DGSI (C’est Moâ !) et ne parler que de la garde à vue de terroristes qui ne sont pas encore passés aux actes (sic).

    Et puis, faut rassurer nos compatriotes. Leur montrer qu’on sait an-ti-ci-per ! Sinon ça risquerait de gâcher leurs vacances et c’est pas bon pour l’économie moribonde de la France. Maintenant qu’on peut les faire raquer, ici, parce qu’ils ne peuvent plus aller au Maghreb dépenser leurs sous, profitons-en.

    Pour boucler le tout, il faut dissocier complètement les attentats passés, présents et futurs… déjoués.

    Aucun lien avec les attentats précédents.

    On peut les convaincre. Yes we can !

    Pour oser prétendre qu’il n’y a aucun lien entre les actes terroristes qui nous frappent depuis janvier 2015, il faut, vraiment, être nullissime. Ou prendre les Français pour des cons.

    Aucun lien : même pas leur religion. Même pas le mode opératoire. Même pas leurs origines maghrébines. Même pas la haine des Français. Même pas le djihad ! Rien. Niente. Nada. Il n’y a pas de lien, on vous dit !

    Non, vraiment, ceux qui voudraient voir un lien quelconque dans ces actes terroristes répétés sont racistes, xénophobes, anti musulmans !

    Cazemoral est un incapable. Son employeur président ne vaut pas mieux.

    Mais ces deux-là ont, pourtant, un lien commun. Leur amour pour les musulmans en général et l’Algérie en particulier.

    Cazeneuve, né d’un père communiste militant, a vécu dans l’Algérie indépendante, dès 1962, où ils se sont précipités après le départ des Français, espérant apporter aux Algériens le Savoir français dont ils auraient été privés par les colons. Ils se sont fait jeter comme des malpropres. Les Algériens n’aiment pas les Français, même quand ils ont milité à leurs côtés. C’est là que prend toute la signification de la dénomination qu’on leur a attribuée : les idiots utiles !

    Hollande, lui, est né d’un père pro Algérie française. Dans ces milieux petits bourgeois, on sait bien que les enfants détestent aller dans le sens idéologique de leurs géniteurs. Alors, il s’est fait un honneur d’être tout le contraire de son père et a voué un amour inconditionnel aux Algériens… jusqu’à aller reconnaître, chez eux, que la colonisation a été la chose la plus horrible qui leur a été infligée par la France. Si un président français est capable de faire une telle déclaration dans un pays ennemi, c’est qu’il n’a ni estime pour sa patrie ni respect pour son armée.

    Avec ces deux énergumènes à la direction du pays, les Français peuvent dormir tranquilles.

    Ils s’attacheront, toujours, à transformer la haine que nous vouent les arabo-musulmans en indifférence et leurs actes de terrorisme en peccadilles insignifiantes.

    Danièle Lopez

    http://ripostelaique.com/face-aux-djihadistes-france-possede-larme-absolue-super-cazeneuve.html


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique