• La bien-pensance de gauche a encore frappé.

    pierre-arditi-2852085-jpg_2488885_652x284

    Le 7 octobre 2014


    La prédiction de Winston Chuchill ne serait-elle pas sur le point de se réaliser ? « Les fascistes de demain s'appelleront eux-mêmes antifascistes », disait-il avec perspicacité.

    Invité sur la chaîne LCI à commenter l’actualité politique de la semaine, le comédien de théâtre, de cinéma et de télévision Pierre Arditi semblait très remonté contre la diabolisation du Front national, « une imbécillité », d’après lui.
    Et la montée du Front ne laisse pas d’inquiéter l’acteur, et il a de quoi.
    Les résultats d’un sondage Odoxa pour Le Parisien-Aujourd’hui en France porte à 43 % les opinions favorables pour Marine Le Pen.
     Alors, M. Arditi s’interroge.
     Qu’est-ce-qu’on fait pour ramener ces mal votants dans le giron de l’UMP et du PS ?
     Le comédien a bien pensé à certaines solutions :
    « Bâillonner les gens qui votent pour le FN ? », « les brûler ? », « les déporter ? »
     Mais comme aucune de ces trois possibilités – qui priveraient à coup sûr les partis convenables de millions d’électeurs – ne lui semble souhaitable, le démocrate Arditi, pour empêcher Marine Le Pen d’entrer à l’Élysée, a une idée géniale : il faudrait que la classe politique de droite comme de gauche sache que « la parole donnée doit être tenue».
    Sur quels sujets et dans quels domaines ?
     L’acteur ne brille pas de précision…
    Des solutions radicales ou finales, mais concrètement non envisageables, pour des millions de gens bafoués et méprisés par quarante années de mensonges, de faux-fuyants, de lâchetés, de reniements de tout acabit d’un côté, et de l’autre, une demande toute simple et toute gentille à des hommes et des femmes politiques qui ont oublié en cours de route qu’ils étaient au service de l’État et non d’eux-mêmes : semblable analyse en impose.
    Ce qui s’impose, en revanche, c’est de ne pas prendre les propos de M. Arditi à la légère.

     Alors que la « fournée » de Jean-Marie Le Pen a fait les choux gras de toute la presse chienne de garde de la bien-pensance, ne pas envisager de brûler et de déporter les millions d’électeurs avérés et supposés du FN est une bien curieuse façon d’exprimer son antipathie envers ce parti.
     D’autant plus qu’il y a des précédents.
    Pierre Bergé n’y était pas allé de main morte en exprimant sa haine de la Manif pour tous, en mars 2013, quand il tweetait : « Vous me direz, si une bombe explose le 24 mars sur les Champs à cause de la Manif pour tous, c’est pas moi qui vais pleurer. »

    Et que penser d’un Guy Bedos qui accuse Marine Le Pen de faire la campagne d’Hitler, mais se rend, en mars 2014, aux obsèques de Félicien Marceau – de son vrai nom Louis Carette, condamné par contumace à 15 ans de travaux forcés par le Conseil de guerre de Bruxelles, en raison d’activités antisémites et pro-nazies ?

    Les gens de gauche tombent-ils le masque ?
    Les autoproclamés démocrates défenseurs des libertés ne dévoileraient-ils pas l’exact opposé de ce qu’ils prétendent défendre et ce, sans aucune réaction de la caste journalistique ?

    La prédiction de Winston Chuchill ne serait-elle pas sur le point de se réaliser ?

    « Les fascistes de demain s’appelleront eux-mêmes antifascistes », disait-il avec perspicacité.

    votre commentaire
  • Hollande : difficile fin de règne.

    hollande-defait
    Et si le calvaire de François Hollande ne faisait que commencer ?

    « Si ça continue, il finira par trouver du pétrole ! », aurait dit un ministre à propos de François Hollande.
    C’est vrai qu’à force de baisser dans les sondages, le président de la République se retrouve dans une fâcheuse posture.
    Jamais un chef de l’État n’avait, à ce point, accumulé autant d’avis négatifs, de rancœur et de déception.
    Les derniers sondages donnent toujours à François Hollande autour de 13 % d’opinions favorables et confirment ce que l’on savait déjà : il a perdu toute crédibilité.
    Il est impopulaire et devrait, s’il en avait le courage, partir avant qu’il ne soit trop tard.
    Mais ici, la légalité s’oppose à la légitimité.
     Il a été élu pour cinq ans.
    Il est le Président légal.

    Cependant, son impopularité le rend totalement illégitime.
    Il l’a redit lors de sa conférence de presse le 18 septembre, à mots à peine couverts, se drapant dans la posture du général Patrice de Mac Mahon après la prise de la redoute de Malakoff : « J’y suis. J’y reste ! »
    Faut-il qu’il soit sourd à ce point, qu’il n’entende pas les récriminations du pays réel ?
     En France, la tradition veut que les chefs d’État abdiquent, s’enfuient, soient assassinés, guillotinés, meurent en exercice.
     Rares sont ceux qui partent d’eux-mêmes parce qu’ils sont conscients du divorce qui existe entre le pays légal qu’ils sont censés incarner et le pays réel représenté par le peuple et ses légitimes aspirations.
    Seul de Gaulle, en avril 1969, l’a compris et avait su en tirer toutes les conséquences alors qu’il aurait pu rester 55, rue du Faubourg-Saint-Honoré (qu’il ne prisait pas particulièrement).
     Mais il avait une autre idée de la fonction présidentielle, que n’ont pas eue ceux qui lui ont succédé.


    Peu chaut à François Hollande qui s’accroche au pouvoir comme une bernique à son rocher et croit encore en sa bonne étoile.
     Il est presque à la bascule, comme on dit dans le milieu militaire : il va entrer dans la seconde partie de son quinquennat.
     Il lui reste 30 mois pour redresser la barre.
    Une mission impossible.
     Il faudrait un miracle auquel il veut encore croire, comme ce retour inespéré de la croissance en 1997 (4 % par an), sous l’ère Jospin.
    Et quand bien même ce miracle aurait lieu, serait-il suffisant pour qu’il se représente ?

    Apparemment non, si l’on en croit un récent sondage OpinionWay/LCI publié le 17 septembre dernier : Seuls 2 % des personnes interrogées souhaitent que François Hollande soit candidat en 2017.
    Autant que Benoît Hamon.
    Les deux compères, qui ne s’apprécient guère, sont loin derrière Manuel Valls (23 %), Martine Aubry (14 %), Arnaud Montebourg (8 %) et Ségolène Royal (6 %).

    Le pire est sans doute que l’actuel chef de l’État entraîne tout le PS à sa traîne : 44 % des personnes interrogées souhaitent que ce soit « une autre personnalité » que ceux-là qui porte les couleurs du PS en 2017.

    Et si le calvaire de François Hollande ne faisait que commencer ?

    votre commentaire
  • Ne pas oublier les pépés

    Fête des pépés!

    Depuis 2008, le premier dimanche du mois d'octobre est dédié aux grands-pères, afin de les célébrer tout particulièrement et de valoriser leur rôle, fondamental pour la société et la famille !! En faire une famille conviviale et soudée ..

    "En me voyant si peu redoutable aux enfants,
    Et si rêveur devant les marmots triomphants,
    Les hommes sérieux froncent leurs sourcils mornes.
    Un grand-père échappé passant toutes les bornes,
    C'est moi. [...]"
    Victor Hugo

    "Être grand-père ne m'ennuie pas du tout. Ce qui m'ennuie c'est d'être marié à une grand-mère."
    Groucho Marxune l

    Une lettre adorable ;

    "Au papy de mes enfants"

    Voici un exemple d'une lettre écrite par une maman au papy de ses enfants.
    "Cher papa (cher beau-papa),
    Après avoir élevé tes propres enfants, tu as eu un peu de temps pour oublier ce que c'était qu'un désordre de bambin, une bouillie de bébé, une sortie avec un ado. Tu as eu le temps de te reposer, de goûter à nouveau au plaisir d'aller t'asseoir dans ton salon sans marcher sur un légo, de profiter d'une lecture que tu faisais pour toi et pas pour aider le petit dernier dans son devoir de rédaction. Je crois qu'au début cela t'a plu de lire ton journal dans le calme et de pouvoir parler, à table, sans être interrompu. Puis tu as commencé à t'ennuyer un peu. Un peu, pas tant que ça, car tu n'as jamais manqué ni de ressources ni d'idées.
    Ensuite, tu es devenu grand-père et alors il a fallu renouer avec l'univers enfantin ! Heureusement, à temps partiel, c'est plus reposant... Avec toi mes enfants ont découvert une cabane dans les arbres, des promenades où il faut prendre son temps. Avec toi les vacances sont devenues des moments de découverte, de bricolage, d'inventions où l'imagination travaille autant que les mains. Avec toi les histoires se sont chargées d'émotions venues de loin. Je te remercie, pour tout cela, et pour tout le reste que je n'ai pas pu t'exprimer car il y aurait trop à dire. Joyeuse fête des grands-pères." 


    votre commentaire
  • L'otage britannique Alan Henning décapité par l'Etat islamique

    Alan Henning

    « Je suis Alan Henning, à cause de la décision de notre Parlement d'attaquer l'Etat islamique, en tant que Britannique, je vais payer le prix de cette décision. » Dans une vidéo diffusée vendredi 3 octobre, les djihadistes de l'Etat islamique (EI) ont revendiqué l'assassinat de l'otage britannique Alan Henning, capturé en décembre 2013 alors qu'il accompagnait un convoi qui acheminait de l'aide médicale enSyrie.

    L'Etat islamique avait menacé d'exécuter ce chauffeur de taxi originaire du nord-ouest de l'Angleterre si le premier ministre David Cameron ne se désolidarisait pas de la coalition militaire internationale que les Etats-Unis sont en train de constituerpour lutter contre les djihadistes.

    Le Monde.fr 


    votre commentaire
  • Le traité transatlantique (TAFTA) expliqué en quelques minutes .

    (vidéo)

     
              
    Plus d'information : http://www.collectifstoptafta.org

    Un vaste accord de libre-échange est en cours de négociation entre l'Union européenne et les Etats-Unis.
    Négocié en toute opacité, celui-ci comporterait de nombreux dangers pour les normes sociales, environnementales et sanitaires. Il représente aussi une menace démocratique dans la mesure où il permettrait aux multinationales de poursuivre les Etats devant des tribunaux d'arbitrage privé. Cette vidéo fait état des menaces que représente le projet de traité transatlantique (TAFTA).

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique