• L’incompétente Taubira sévèrement jugée !!!

    La cote de popularité de Christiane Taubira s’est effondrée de huit points selon le baromètre IPSOS. Elle bénéficie de 31 % d’opinions favorables. C’est à peu près le même sort qu’avait subi Manuel Valls après l’affaire Dieudonné ; le ministre de l’Intérieur du gouvernement socialiste, qui était jusque-là encore la personnalité préférée des sondés, perd encore 2 points, à 46 %. 

     

    taubira raciste anti blancs , collabo


    votre commentaire
  •  LE SAVIEZ-VOUS  ???

    Cocktail Molotov à Grigny, émeute à Chanteloup-les-Vignes : la racaille s'excite à une semaine des élections

     

    Plusieurs dizaines d’Afro-Maghrébins se sont opposés à l’interpellation d’un voleur et ont agressé des policiers dimanche après-midi à Chanteloup-les-Vignes. Dans un premier temps, les policiers ont tenté de contrôler un véhicule qui a pris la fuite. Les occupants ont abandonné la voiture sans avoir été retrouvés ; des policiers ont fait alors l’objet d’une première attaque. Peu après, une patrouille de police a repéré une racaille recherchée pour un vol de bijoux la veille. Alors qu’ils l’interpelleraient, comme souvent dans les territoires occupés, les trafiquants et leurs familles se sont mobilisés et les policiers ont dû affronter plusieurs dizaines d’occupants. Au moins six policiers ont été blessés, et cinq racailles ont été interpellées. Dans la soirée, les étrangers ont, en toute impunité, organisé une manifestation non-déclarée pour défendre les racailles et publié des vidéos justifiant les attaques contre les policiers.

    À une semaine des élections, ces événements se déroulent dans un contexte très tendu : une patrouille de la BAC a été la cible à Grigny d’un cocktail Molotov samedi, dans le quartier occupé de la Grande Borne. S’il n’a pas fait de blessé, l’engin incendiaire a touché et détérioré le véhicule. Il n’y a eu aucune interpellation.

    Source


    votre commentaire
  • L’Espagne vient de démanteler une cellule terroriste !!!
     
     

    Espagne-antiterrorisme-2

    Michel Garroté, réd en chef  –  Le ministère espagnol de l’Intérieur a annoncé vendredi le démantèlement, en Espagne et au Maroc, d’une cellule qui organisait l’envoi de combattants djihadistes en Syrie notamment, avec sept personnes arrêtées dont deux Français. Quatre personnes ont été arrêtées en Espagne – trois à Melilla et une à Malaga -, parmi lesquels le responsable de la cellule, et trois au Maroc. A Melilla, enclave espagnole située dans le nord du Maroc, outre le chef présumé de la cellule, la police a arrêté deux Français, identifiés comme Paul Cadic et Farik Cheikh, qui allaient se rendre en Syrie pour faire le jihad. Il s’agit de la cellule la plus importante responsable de l’envoi de djihadistes en Syrie et dans d’autres zones de conflits. Le réseau avait des ramifications au Maroc, en Belgique, en France, en Tunisie, en Turquie, en Libye, au Mali, en Indonésie et en Syrie, entre autres. C’est un coup dur contre les réseaux d’envoi de djihadistes. Le réseau recrutait ses membres à travers Internet.

    Trois personnes interpellées au Maroc se trouvaient à Laroui, ville située à 20 km au sud de Melilla. S’agissant du cerveau de la cellule, il a lui-même un temps résidé à Laroui avant de s’installer dans l’enclave espagnole de Melilla, d’où il est parvenu à envoyer un groupe de volontaires de différentes nationalités pour aller combattre au Mali, en Syrie et en Libye. Cet homme, qui se livrait également à la collecte de dons financiers conséquents qu’il acheminait vers des organisations terroristes, avait en outre tissé de solides relations avec les membres d’une cellule démantelée en novembre 2012. Le Maroc  –  menacé directement par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) dans une vidéo inédite diffusée l’an dernier  –  démantèle régulièrement des cellules terroristes et s’inquiète face à l’embrigadement de jeunes djihadistes envoyés sur des fronts tels que la Syrie avant de revenir au Maroc. Cela montre clairement l’insistance d’Al-Qaïda et des groupes qui lui sont affiliés à porter atteinte à la stabilité du Maroc et de ses alliés.

    Le 11 mars, le ministre espagnol de l’Intérieur, Jorge Fernandez Diaz, a prévenu qu’il existait un risque d’attentat dans le pays. Le Centre national espagnol de coordination antiterroriste qualifie d‘élevée la menace d’un attentat islamiste en Espagne. « Il est évident que l’Espagne fait partie des objectifs stratégiques du jihad global, nous ne sommes pas les seuls évidemment mais nous sommes dans la ligne de mire », a ajouté Fernandez Diaz. « L’Espagne apparaît dans un certain nombre de déclarations d’Al-Qaïda et de ses filiales locales, ou, des filiales qui ont des combattants en Syrie contre le régime, a précisé Fernandez Diaz. Depuis 2004, 472 djihadistes ont été arrêtés en Espagne, alors que 105 l’avaient été en 2003. Le nombre de membres des forces de l’ordre mobilisés pour la lutte antiterroriste a été multiplié par cinq depuis 2004, soit 1’800 personnes actuellement. D’avril 2012 à novembre 2013, 20 djihadistes, de 15 à 49 ans, sont partis d’Espagne en Syrie : neuf Marocains résidant à Malaga dans le sud ; à Gerona en Catalogne ; à Ceuta, et 11 Espagnols presque tous natifs de Ceuta.

    Reproduction autorisée avec mention :

    Michel Garroté réd en chef www.dreuz.info

    - See more at: http://www.dreuz.info/2014/03/lespagne-vient-de-demanteler-une-cellule-terroriste/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29#sthash.fj8e66UJ.dpuf


    votre commentaire
  • Soutien d’Oskar Freysinger à la manifestation parisienne : pour une immigration contrôlée ...

                                                  Chers amis Français,

    Soutien d’Oskar Freysinger à la manifestation parisienne !!!La question de fond qui se pose actuellement aux nations européennes est la suivante : la politique migratoire doit-elle être confiée uniquement à l’économie et ne servir qu’à produire des biens et à maximiser les profits, ou doit-on donner à l’Etat une possibilité de piloter l’immigration dans l’intérêt général ?

    On peut évidemment continuer à déplacer en masse des nomades du travail d’un pays à l’autre et y répondre par un excès de réglementation du marché du travail qui détruit le dynamisme de l’économie et la volonté de créer des entreprises, comme c’est le cas en France.

    La Suisse, elle, a fait une fois de plus œuvre de pionnière en décidant, sur la base d’un vote au suffrage universel, de se donner un instrument de régulation des flux migratoires qu’ils soient issus de l’UE ou liés à l’asile.

    Il ne s’agit pas d’exclure les étrangers, mais d’imposer des garde-fous à l’immigration débridée afin qu’elle corresponde à ce que l’on veut pour le pays. Etant donné que la politique est responsable de l’intérêt général (la gestion de la cité au bénéfice de la communauté), il lui incombe de définir le cadre de l’immigration par un contingentement flexible, adapté aux fluctuations de la situation économique, sociale et même écologique. Cela permet à un Etat souverain de fixer un cadre à l’immigration, d’intervenir de façon proactive et d’apporter des correctifs si nécessaire.

    Sans compter que la préférence nationale permet de protéger contre l’arbitraire et le dumping les gens qui travaillent déjà sur un territoire national donné.

    Si personne ne fait rien, les peuples d’Europe n’auront bientôt plus qu’à observer, impuissants, comment la pression sur les loyers, les salaires, les prix des terrains et les coûts des assurances sociales augmente. Alors que le pays se prétendra de plus en plus riche, eux seront de plus en plus pauvres, car leur pouvoir d’achat va fondre comme peau de chagrin.

    De plus, en laissant entrer dans les pays européens de manière massive et désordonnée des gens ayant une conception de l’Etat, du Droit, du vivre ensemble, des valeurs, très différentes voire totalement opposées à celles du vieux continent, ce n’est pas seulement la cohésion nationale des pays qui est mise en péril, mais, à terme, l’Etat lui-même.

    Car l’Etat de Droit hérité des lumières ne fonctionne que dans une société plus ou moins homogène et dont les membres connaissent et respectent les règles générales. De plus, l’Etat doit être prêt à imposer ces règles. Le problème est que la plupart des sociétés extra-européennes fonctionnent de manière totalement différente de ce principe : les intérêts des clans et des familles passent avant l’intérêt général qui, dans un tel cadre, n’est qu’un concept abstrait.

    Dès lors, plus le nombre d’immigrants en provenance d’Etats connaissant une structure prononcée de clans est grand, plus nos sociétés ont des problèmes. Dans ce contexte, il est par exemple choquant que l’on autorise, sous le prétexte du « regroupement familial » qui se réfère au noyau de la famille européenne, non seulement l’épouse et les enfants, mais aussi les frères, les sœurs, les grands-parents et les cousins à entrer dans l’espace UE. Le plus grand problème des Etats européens modernes provient du fait que l’immigration incontrôlée et l’affaiblissement, voire la suppression des frontières extérieures provoquent l’émergence de nombreuses frontières intérieures, parfois invisibles. Les gens ne sont plus intégrés, ils ne vivent plus ensemble mais en parallèle, voire les uns contre les autres. En ce sens, le communautarisme est un poison pour la cohésion de l’Etat de Droit. Cela se traduit par des frictions grandissantes dans les écoles, au travail, dans les quartiers dits « sensibles », au niveau des mœurs, de la criminalité, ainsi que dans la vie privée (crimes d’honneur, polygamie « tolérée », inégalités dans l’éducation entre filles et garçons etc.).

    Voilà pourquoi il est indispensable que l’UE remette en question le dogme de la libre-circulation, d’autant que certains pays membres, comme la Grande-Bretagne et la Belgique, manifestent ouvertement un malaise croissant à son égard.

    Le 9 février, le dernier pays d’Europe véritablement libre a eu le courage de donner un signal fort contre le déplacement massif d’êtres humains qui permet que des gens financièrement démunis soient confrontés à des gens encore plus démunis qu’eux et que les classes moyennes fondent à vue d’œil. Si nous voulons éviter que les êtres humains deviennent des nomades du travail, autrement dit des objets utilitaires de l’économie globalisée, nous devons poser des limites claires à la libre circulation des personnes. Si nous voulons éviter la démultiplication de ghettos, de zones « sensibles » et empêcher le chaos que représente une société fractionnée, il faut que les états nation retrouvent leur souveraineté en matière d’immigration.

    Chers amis français, je ne peux que vous encourager à engager le débat à ce sujet et vous incite à exiger que soit organisé en France, de manière parfaitement démocratique, un référendum à ce sujet.

    L’immigration concerne tous les citoyens et il est dès lors normal que tous les citoyens puissent s’exprimer à ce sujet, comme cela fut le cas en Suisse.

    Depuis le 9 février, le cœur de l’Europe bat plus fort que jamais. Il est frappé d’une croix blanche sur fond rouge.

    Oskar Freysinger

    Conseil d’Etat et Conseiller national


    votre commentaire
  • Après l'agression de Gérard Delhaye, adjoint aux affaires sociales à Auby, les élus communistes du Douaisis lancent un appel au calme.

    Agression d'un élu d'Auby, les élus communistes lancent un appel au calme

    Un pansement lui barre le front pour protéger une plaie de 12 cm qui lui a valu 9 points de suture et une Incapacité Totale de Travail (ITT) de 14 jours. Le visage tuméfié et le regard d'un homme éprouvé, Gérard Delhaye revient sur les faits : « C'était jeudi soir, je distribuais des tracts dans mon quartier, c'est vrai qu'il était un peu tard mais je ne me méfiais pas. Ils sont arrivés par derrière, ils étaient deux, ils m'ont frappé au ventre puis à la tête. Je me suis évanoui et c'est mon fils qui m'a retrouvé ».

    Il ajoute des larmes dans la voix : « Moi, je m'en fous mais c'est pour ma famille. Mon fils, il a du mal à s'en remettre ». Les faits se sont passés dans le quartier du Bon air vers 21h. Père et fils distribuaient des tracts pour la liste « Unis pour Auby » conduite par le maire sortant, Freddy Kaczmarek. Il dénonce un acte« scandaleux, honteux ».

    Il dit  « Oui, j'ai eu peur mais dès lundi, je retourne sur le terrain, on ne m'abattra pas comme ça ». Gérard Delhaye a 68 ans, bien connu dans la ville pour laquelle il s'est engagé depuis plus de 20 ans, il a reçu beaucoup de messages de soutien. Ceux d'amis ou de personnes touchées par cet acte inadmissible. Ce mardi 11 mars, ce sont les élus communistes qui se sont réunis autour de lui pour dénoncer « l'ambiance terrible qui règne sur la campagne ». 

     http://www.lobservateurdudouaisis.fr/

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique