• 10 mai 1981 : jour sombre pour la France

    Le 10 mai 1981 fut une date funeste pour la France.

    L'arrivée au pouvoir des rêveurs qui voulaient « changer la vie », des malfaisants dogmatiques qui croyaient au « sens de l'Histoire » par la libération des masses, des ex-porteurs de valise du FLN, des bas-de-plafond de l'économie d’État, des amis de la bande à Baader, de Castro et des brigades rouges, des révolutionnaires roses en costume de velours vert, des partisans de l'émancipation globale des « minorités » ethniques, sociétales ou sexuelles, des zélateurs déjà de l'immigration conçue comme un grand brassage nécessaire de l'Humanité en marche et d'une philosophie de la vie qui faisait de la délinquance un modèle, des profiteurs de la finance pour un temps alliés aux moscoutaires collectivistes, plongea le Pays dans un maelström dont il n'est jamais sorti.

    Cette victoire ne fut possible que parce qu'elle avait été précédée et accompagnée par la lâcheté politique d'une partie de la droite, par ses reniements, les ambitions personnelles de certains de ses dirigeants, les trahisons de beaucoup, non pas tant envers leurs partis ou leurs militants qu'à l'égard de la France.

    Ne faisons désormais confiance qu'à nous-mêmes.

    Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France


    votre commentaire
  • Paris : un homme de 22 ans en garde à vue pour avoir tué un bébé chien qu’il venait d’acheter sur Le Bon Coin

    Battu à mort pour « avoir mâchouillé la batterie de sa cigarette électronique ». C’est pour cette raison surréaliste qu’un petit chien de 8 mois est mort la nuit dernière, massacré par son jeune propriétaire, au grand dam de l’équipage de police secours, appelé en intervention. Jeudi, le « maître » du chiot, un homme de 22 ans, a été placé en garde à vue au commissariat du XVe. Dans la soirée, il s’y trouvait encore.

    […]

    « On entend les hurlements du mec sur son chien et l’agonie du chiot », raconte, glacé, un témoin.

    Quand les fonctionnaires arrivent, le tortionnaire s’est évaporé mais, avant, il a descendu le corps du petit animal et l’a attaché à un grillage de la descente du parking de l’immeuble, au niveau du N° 1 de la rue. Le chiot est agonisant, du sang plein le museau. Les policiers joignent un vétérinaire qui ne peut que constater la mort. Le maître est alors recherché. Après avoir auditionné des riverains, l’homme est retrouvé et interpellé puis ramené au commissariat de la rue de Vaugirard (XVe).

    […]

    En fin d’après-midi, le tortionnaire présumé a été auditionné. Ce « jeune homme, sans profession, a essayé de se dédouaner, détaille une cette source. Il a raconté aux enquêteurs qu’il venait d’acheter le petit chien sur le Bon coin et que l’animal l’avait énervé à mâchouiller la batterie de sa cigarette électronique ».

    Le Parisien via fdesouche


    votre commentaire
  • Le musulman Mounir a brûlé sa femme : selon le Yéti, forcément un fou !

    L'auteur

             Ecrivain

    « Je suis totalement contre l’idée que l’on puisse juger les fous. C’est ce que l’on faisait au Moyen Âge. Les fous, il faut les soigner », selon le ministre de la Justice et garde des Sceaux Dupond-Moretti !

    Ainsi, ils pourront être éventuellement relâchés et pourront récidiver, sans aucune responsabilité des médecins qui les auront jugés « guéris » et moins dangereux pour la société.

    Ce sera, peut-être, le cas de l’assassin de Sarah Halimi, non jugé parce que sous l’influence de stupéfiants : qui lui auraient causé « une bouffée délirante » à l’instant de commettre son acte barbare.

    Cela aurait pu être le cas de l’assassin de Stéphanie Monfermé, la policière de Rambouillet, dont l’avocat de la défense aurait sans aucun doute évoqué « sa bouffée délirante » au moment de commettre son acte abominable, s’il n’avait pas été abattu par les policiers.

    N’est-ce pas le cas de Mounir Boutaa ? N’a-t-il pas agi à cause « d’une bouffée délirante, et peut-être après avoir consommé des stupéfiants, quand il a tiré à deux reprises sur son ex-conjointe, Chahinez, 31 ans, puis, alors qu’elle était blessée et allongée sur la voie publique, près de son domicile, à Mérignac (33), l’a arrosée d’un liquide inflammable et brûlée vive ?

    Déjà condamné, en juin dernier, à trois mois de prison « pour lui avoir écrasé le larynx », Chahinez avait de nouveau porté plainte le 15 mars dernier, après une nouvelle agression, mais Mounir était « introuvable ».

    Pourtant il n’avait pas le droit de s’approcher de son ex mais il était, semble-t-il, inutile de lui faire porter un bracelet électronique afin de le surveiller ! Alors qu’il était très défavorablement connu des services de police et de l’autorité judiciaire !

    Mounir a quitté les lieux à pied, avant d’être interpellé, vers 18 h 45, par la BAC, rue Léon Blum, à Pessac.

    Ce sera, peut-être, l’avis des psychiatres, tant son crime était horrible.

    Et que penseront, ces mêmes psychiatres, lorsqu’ils examineront le dealer qui a tiré et tué Éric, ce policier de 36 ans, marié et père de deux enfants, alors qu’il intervenait dans une affaire de stupéfiants, en plein cœur de la cité des papes, à Avignon (84) ?

    A-t-il été pris soudainement « d’une bouffée délirante » quand il a compris qu’il allait être appréhendé ? Sans doute était-il sous l’emprise de stupéfiants, ce qui atténuerait sa responsabilité dans ce meurtre ?

    Il a pris la fuite en trottinette, paraît-il selon certains témoignages, avec un complice.

    J’aimerais que l’on m’explique pourquoi il n’a pas été abattu par les collègues d’Éric, sans doute armés, avant qu’il ne s’enfuie ? Ont-ils hésité de peur qu’on ne les accuse d’une « bavure » ?

    Déjà les avocats de la défense (de ces assassins) espèrent que le jugement de la Cour de cassation fera jurisprudence, ainsi l’avocat de Ali R., qui avait poignardé à mort un enseignant, en décembre 2018, à La Défense, ne sera pas jugé « car irresponsable », comme bien d’autres !

    On n’a pas le droit de juger les « fous », soit, mais ces assassins ne sont pas tous des « fous », mais on a le droit de juger les policiers qui, eux, ne sont pas « fous » mais ont « peur », peur d’être abattus par des « fous » !

    La « légitime défense » n’est jamais évoquée pour ceux qui se défendent mais toujours plaidée pour les agresseurs, les voleurs, quand ils sont « neutralisés » !

    Mais l’Union syndicale des magistrats estime « qu’il n’y a aucun intérêt de dénoncer le dysfonctionnement de la justice. Dont acte !

    Mais soyons rassuré car, tout de même, des mesures importantes sont prises par le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin : il a expulsé l’individu qui a poussé une femme dans les escaliers du métro « Celui qui a commis cet acte abominable n’a pas sa place en France ». 

    Il serait, paraît-il, de nationalité espagnole et c’est vers l’Espagne qu’il a été expulsé.

    J’aimerais bien connaître son identité car il avait une drôle de tête d’Espagnol, cet Espagnol !

    En revanche, les quelques milliers qui ont commis des actes bien moins graves, comme des agressions, des vols, des viols et même des meurtres, ces récidivistes, eux, ont le droit de rester sur notre sol… ils ne sont pas « Espagnols » !

    Manuel Gomez


    votre commentaire
  • Peut être une image de 1 personne


    votre commentaire
  • Hello les cobayes !

    Aucune description de photo disponible.

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique