• À Nice,deux fillettes blessées par des tirs pendant la récréation

    À Nice, deux fillettes blessées par des tirs pendant la récréation

    Par: lefigaro.fr , AFP, AP, Reuters Agences

    Photo du quartier populaire de l'Ariane, à Nice.

    Photo du quartier populaire de l'Ariane, à Nice. Crédits photo : JACQUES MUNCH/AFP

    Agées de quatre et cinq ans, les deux écolières ont été touchées, l'une à la tête et l'autre au dos, par des tirs de plomb vendredi pendant la pause déjeuner. Les policiers recherchent toujours un ou plusieurs tireurs.

    En pleine récréation, vendredi, après le déjeuner, des enfants de l'école maternelle Ariane-Muriers, dans un quartier dit sensible de Nice dans les Alpes-Maritimes ont été la cible de tirs de plomb effectués depuis l'extérieur de l'établissement. Deux fillettes, âgées de 4 et 5 ans, ont été transportées à l'hôpital, touchées à la tête pour l'une, au dos pour l'autre, par ces tirs, a indiqué le rectorat de la ville. Leurs blessures sont superficielles.

    Selon Le Parisien, qui cite la mairie, une douzaine de tirs auraient été effectués. Les enfants ont été immédiatement placés en sécurité à l'intérieur de l'école, en attendant l'intervention des forces de l'ordre. Le ou les tireurs sont toujours en fuite, recherchés par les policiers de la sûreté départementale. D'autres plombs ont été retrouvés dans la cour de l'école.

    Selon les premiers éléments de l'enquête, une carabine ou un pistolet à plomb aurait été utilisé. Un dispositif de sécurité va être mis en place autour de l'école, le temps de l'enquête. Lundi, le rectorat va installer une cellule d'aide psychologique dans l'école, qui compte 115 élèves. Le recteur sera présent pour échanger avec les familles.

    Le président Les Républicains (LR) de la région Paca et maire de Nice, Christian Estrosi, a dénoncé dans un communiqué des «actes intolérables à l'encontre d'enfants» et dit apporter tout son «soutien aux deux enfants blessés, aux parents, aux enseignants, au personnel municipal, tous fortement choqués par cette violence gratuite». «Ces faits violents confirment ma décision d'installer au sein des établissements scolaires, un dispositif d'alerte directement relié au CSU pour que les polices municipale et nationale puissent être contactées immédiatement», a-t-il encore écrit, sur sa page Facebook.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :